Début de la page

Nouvelles technologies, numérisation et données humanitaires

Les nouvelles technologies s’imposent graduellement dans des contextes de conflits armés ou humanitaires. Alors qu’elles peuvent améliorer la portée et l’efficacité de l’action humanitaire, elles s’accompagnent aussi de risques potentiels pour les populations affectées. La Suisse s’engage pour la protection des populations civiles, un espace numérique sûr et stable et promeut la protection et l’utilisation responsable des données humanitaires.

Les nouvelles technologies et la collecte de données peuvent contribuer à améliorer l'action humanitaire. Par exemple, elles peuvent faciliter la recherche de personnes disparues, la distribution d’articles alimentaires ou d’aide financière, fournir des données plus rapides et plus précises aux décideurs, et transmettre directement des informations vitales aux personnes touchées.

Toutefois, ces mêmes technologies posent aussi quelques questions en terme de risques. Alors que l’emploi des réseaux sociaux permet d’avoir un accès direct aux populations, ces mêmes réseaux peuvent être une source de désinformation, de fake news et de discours haineux. De plus, l’accès aux technologies n’est pas inclusif et il y a toujours un manque de compréhension globale de leur utilisation, potentiels et risques. 

Protection et utilisation responsable des données dans l'action humanitaire

La collecte de données dans le cadre d’opérations humanitaires s’accompagne, elle aussi, de quelques défis. En effet, comment assurer que ces données ne seront utilisées qu’à des fins humanitaires et non pas pour de la surveillance étatique ou pour restreindre l’accès à certaines prestations sociales? Ou alors, comment garantir l’anonymat des bénéficiaires de tels programmes et restreindre les risques de ré-identification ? Toutes ces questions nécessitent de trouver des solutions et des bonnes pratiques pour faire en sorte de maximiser les avantages des nouvelles technologies tout en minimisant les risques de porter atteinte aux population concernées.

Consciente que l’écosystème des données humanitaires est intrinsèquement interconnecté et qu’aucune organisation ne peut relever seule tous ces défis, la Suisse promeut le dialogue et les partenariats intersectoriels, la solidarité et les mesures de confiance pour guider une meilleure action collective.

Dans ce cadre, et en ligne avec sa stratégie de politique extérieure numérique 2021-2024, la Suisse promeut un espace numérique sûr et stable en participant à différents processus multilatéraux et en lançant différentes initiatives telles que la Humanitarian Data and Trust Initiative pour la protection et l’utilisation responsable des données récoltées dans le cadre d’activités humanitaires. 

Humanitarian Data and Trust Initiative

La Humanitarian Data and Trust Initiative est une initiative multipartite lancée conjointement en 2020 par la Suisse, le CICR, et OCHA pour améliorer la protection et l’utilisation responsable des données humanitaires. Elle est construite autour de quatre buts principaux: 

  1. Accélérer le déploiement responsable des technologies liées aux données dans l'action humanitaire 
  2. Réduire au minimum les risques potentiels et maximiser les avantages des technologies liées aux données pour les personnes concernées 
  3. Élaborer des principes et des lignes directrices communs et créer un consensus entre les participants 
  4. Établir la confiance entre les parties par le dialogue et la transparence

Ces différents buts sont mis en œuvre sous l’égide de trois piliers 

  • Politique et dialogue : organiser des discussions sur des thèmes prioritaires spécifiques qui contribuent à catalyser l'action collective.
  • Recherche et développement : faire avancer la recherche qui permettra de prendre des décisions/recommandations politiques bien informées et de mener des actions concrètes et pratiques.
  • Éducation et sensibilisation : diffuser les résultats des discussions thématiques et des recherches auprès des publics concernés.

Dernière mise à jour 02.08.2022