Début de la page

Femmes, paix et sécurité

La Suisse se mobilise pour que les femmes contribuent activement à la prévention des conflits et aux processus de paix, ainsi qu’à la reconstruction de l’État et à la réconciliation après la fin des hostilités. Parallèlement, les femmes doivent être mieux protégées, notamment contre les violences sexuelles. La Suisse confirme cet engagement dans le Plan d’action national pour la mise en œuvre de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU.

Photo de groupe avec femmes et hommes se tenant les bras croisés, symbole de leur engagement contre les violences sexuelles.
Photo de groupe lors du séminaire sur les violences sexuelles liées aux conflits. Les bras croisés symbolisent l'engagement contre la violence sexuelle. (Halte au viol). (© IPSTC Nairobi)

La résolution 1325 «Femmes, paix et sécurité» du Conseil de sécurité de l’ONU et celles qui ont suivi imposent aux États membres des Nations Unies de se doter de plans d’action pour leur mise en œuvre. Le plan d'action 2018-2022 de la Suisse, qui constitue le quatrième de ce genre, définit cinq grands axes thématiques:

  1. Engagement efficace des femmes dans la prévention des conflits

  2. Participation et influence des femmes dans la résolution des conflits et dans les processus de paix

  3. Protection contre les violences sexuelles et sexistes dans les situations de conflit, de fuite et de migration

  4. Participation des femmes aux missions de maintien de la paix et aux activités de politique de sécurité

  5. Engagement multilatéral et bilatéral pour l’application de la résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité

Plan d’action national pour la mise en œuvre de la résolution 1325 de l’ONU

Le premier rapport sur le quatrième plan d'action national suisse "Femmes, Paix et Sécurité" illustre la manière dont la Suisse a mis en œuvre la résolution 1325 du Conseil de Sécurité de l'ONU entre octobre 2018 et fin 2019.

Rapport sur la mise en œuvre du plan d'action national sur les femmes, la paix et la sécurité (PAN 1325). Phase de mise en œuvre 2018-2019. (PDF, 20 Pages, 319.0 kB, Anglais)

Les mesures prises et leur application font l’objet d’un contrôle annuel. Les résultats obtenus sont entre autres consignés dans un rapport à l’intention du secrétaire général des Nations Unies.

Le DFAE se mobilise

Le DFAE soutient les organisations qui tiennent compte de la résolution 1325 dans leurs projets de promotion de la paix et de la sécurité sur le terrain et dans leurs activités de coopération internationale.

L'exemple des cercles de paix au Mali

La Suisse soutient depuis 2015 le projet des cercles de paix, lancé par l’organisation Femmes Droit et Développement en Afrique (FeDDAF/WILDAF). Le but de cette initiative est d’encourager les femmes et de leur donner les moyens de participer activement au processus de paix et de réconciliation dans lequel est engagé le Mali après des années de conflit. 

Le projet a débuté par la création de cercles de paix réunissant des femmes issues de toutes les régions du Mali, désireuses de discuter de l’avenir du pays, sans distinction de classe, d’origine, de religion ou d’affiliation politique. Le cercle leur donne également une formation à la médiation et à la réconciliation validée par un certificat reconnu. 

Ces femmes s'engagent désormais en faveur de la vulgarisation de l'accord de paix et de sa compréhension par la population. Elles parcourent ainsi toutes les régions du pays et s'arrêtent dans les villages pour en expliquer la teneur à la population. Leurs discussions avec les communautés reposent sur une version simplifiée de l’accord traduite en plusieurs langues nationales. Elles appliquent ainsi directement les connaissances acquises et contribuent activement à la réconciliation nationale et à la cohésion sociale.

La résolution 1325 des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité

La résolution 1325 demande qu'en vertu du droit international, les femmes soient pleinement associées, sur un pied d’égalité et à tous les niveaux, à la prévention des conflits, aux processus de paix, à la politique de sécurité et à la reconstruction de l’État. L’ONU et ses États parties sont en outre tenus de protéger les femmes pendant et après les conflits, notamment contre les violences sexuelles et sexistes, et doivent prendre des mesures de prévention.

Des mesures doivent être prises pour:

  • impliquer davantage les femmes dans les activités de promotion de la paix;

  • mieux protéger les femmes et les filles pendant et après les conflits, prévenir la violence sexospécifique;

  • prendre davantage en compte la perspective du genre dans l'aide d’urgence, la reconstruction pendant et après les conflits violents, la prévention des conflits ainsi que dans le domaine du traitement du passé.

Les États membres de l’ONU sont également tenus de prendre en considération, dans la prévention civile des crises et dans la reconstruction de l’État, les différentes conditions de vie des femmes et des hommes pendant et après les conflits. Par cette résolution, approuvée en octobre 2000, le Conseil de sécurité de l’ONU reconnaît pour la première fois la différence entre les expériences des hommes et des femmes en période de guerre et de paix.

Résolution 1325 de l’ONU du 31 octobre 2000


Dernière mise à jour 20.04.2022

Contact

Division Paix et droits de l’homme

Bundesgasse 32
3003 Berne

Téléphone

+41 (0)58 462 30 50

Fax

+41 (0)58 463 89 22