Département fédéral des affaires étrangères DFAE

Un million de francs pour atténuer une crise persistante

L’Aide humanitaire débloque un million de francs pour pallier les ravages de la sécheresse dévastatrice qui affecte le sud de Madagascar. Elle répond ainsi à un appel lancé par les autorités malgaches. La moitié de la somme est versée au Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM), l’autre à un projet bilatéral réalisé avec une organisation locale dans le domaine de l’approvisionnement en eau, de la gestion des eaux usées et de l’hygiène.

11.02.2021
Das Bild zeigt Frauen, Kinder und einen bewaffneten Mann, die sich um einen Kessel mit dreckigem Wasser scharen.

Sécheresse persistante à Madagascar: les femmes et les filles sont parfois obligées de marcher huit heures pour trouver de l’eau de qualité douteuse. © DFAE

Désireuse de contribuer à améliorer une situation catastrophique dans les régions de Madagascar souffrant de la sécheresse, la Suisse répond à l’appel des autorités malgaches en débloquant un million de francs pour aider les populations en détresse. La moitié de la somme est versée au Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM). Avec l’autre moitié, l’Aide humanitaire de la Suisse soutient un projet bilatéral réalisé avec un organisme d’entraide local dans le domaine de l’approvisionnement en eau, de la gestion des eaux usées et de l’hygiène (WASH).

L’ambassadeur de Suisse à Madagascar rencontre les autorités locales

La presse est présente lors de la rencontre entre l’ambassadeur Chasper Sarott (gauche) et le ministre malgache des affaires étrangères Djacoba Tehindrazanarivelo (droite) © DFAE

Chasper Sarott, ambassadeur de Suisse pour Madagascar, les Comores et les Seychelles, a rencontré le 11 février 2021 Djacoba Tehindrazanarivelo, ministre des affaires étrangères malgache, à Antananarivo. Cette rencontre fait suite à l’annonce de la Suisse de soutenir les activités humanitaires à Madagascar visant à lutter contre les effets d’une sécheresse importante.

«J’ai rencontré cette semaine trois Ministres et le Président du Sénat de Madagascar afin d’annoncer le soutien de la Suisse. Cet acte de solidarité est le bienvenu. La contribution est importante, parce qu’elle est la première d’un partenariat bilatéral faisant suite à l’appel à l’aide internationale. Le soutien de la Suisse contribue à l’image positive de la Suisse à Madagascar», explique le diplomate helvétique à l’issue de la rencontre.

Depuis 2014, la partie méridionale de Madagascar est dévastée par des sécheresses catastrophiques qui se répètent pratiquement chaque année. Les précipitations sont quasi inexistantes et les récoltes sont désastreuses. Certains hauts plateaux des zones côtières n’ont pas vu une goutte d’eau depuis plusieurs années. Si la saison des pluies a déjà commencé au début de l’automne en 2019, les précipitations n’étaient que très occasionnelles par endroit et trop irrégulières pour permettre de bonnes récoltes. Les nappes d’eau souterraines n’ont pas pu se remplir et les populations dépendantes de l’agriculture et de l’élevage n’ont pas réussi à reconstituer les réserves nécessaires. La partie sud de l’île n’a pratiquement pas vu de précipitations depuis décembre 2019.

Loin de l’attention du monde, le sud de Madagascar est ravagé par une crise humanitaire à la fois aiguë et chronique.
Chasper Sarott, ambassadeur de Suisse à Antananarivo

Déjà affaiblie par des années de sécheresse, Madagascar doit maintenant faire face à la pandémie de coronavirus, qui a pour effet d’exacerber les crises. Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) estime que la sécheresse actuelle est la plus grave de ces dix dernières années. Les populations ont de plus en plus de peine à se nourrir, surtout dans le sud et le sud-ouest du pays. Pour survivre, les familles dans les régions les plus touchées mangent des tamarins mélangés à de l’argile, car elles n’ont rien d’autre pour calmer leur faim. Même les Opuntia (cactus), qui sont très résistants à la sécheresse et qui servent d’aliment d’appoint en cas de besoin, ont réagi aux conditions extrêmes par un échaudage et un dessèchement des fruits.

J’ai parcouru des régions qui n’ont pas vu tomber une goutte de pluie depuis des années...
Chasper Sarott, ambassadeur de Suisse à Antananarivo

Entre janvier et mai 2021, on estime qu’1,35 million de personnes souffriront d’une insécurité alimentaire grave. Dans les régions touchées du sud du pays, cela représente environ 35% de la population qui a besoin d’une aide humanitaire. Quelque 135 000 enfants de moins de cinq ans souffrent d’une sous-alimentation à la fois aiguë et chronique. Provenant de puits improvisés, l’eau consommée est contaminée et provoque des diarrhées, des entéropathies environnementales, des parasitoses et des anémies. Une étude a révélé que trois enfants sur quatre n’allaient plus à l’école pour aider leurs parents à trouver de quoi manger.

Aide humanitaire de la Suisse

L’Aide humanitaire de la Confédération se mobilise pour répondre aux besoins des personnes nécessitant une protection pendant et après les conflits, les crises et les catastrophes naturelles. Elle concentre son action sur les domaines suivants: reconstruction et réhabilitation, réduction des risques de catastrophe, protection des personnes vulnérables et aide d’urgence. L’Aide humanitaire est rattachée à la Direction du développement et de la coopération (DDC) du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Haut de page