Début de la page

Promotion multilatérale de la paix

La coexistence pacifique des peuples est un objectif de politique étrangère ancré dans la Constitution fédérale. Promouvoir la paix fait partie des tâches clés du DFAE: d’une part, la Suisse travaille sur le plan bilatéral dans des régions prioritaires avec des parties en conflit pour les aider à surmonter des conflits violents. D’autre part, elle se mobilise en faveur de la paix dans les enceintes multilatérales, en cherchant à mieux coordonner ses efforts avec d’autres États et avec les Nations Unies et à promouvoir l’adoption d’actions plus novatrices et efficaces au sein de l’ONU.

Les régions touchées par la violence se trouvent souvent confrontées à un grand nombre de défis, comme le changement climatique, l’extrême pauvreté, la corruption ou la mauvaise gouvernance. Pour contribuer à y répondre, la Suisse a besoin de partenariats. Quant aux sociétés qui veulent se libérer du fléau de la violence armée, elles ont besoin que l’aide qu’elles reçoivent de la part des États et des organisations internationales soit coordonnée de manière optimale et ne leur nuise pas involontairement.

C’est pourquoi la Suisse inscrit ses efforts de promotion de la paix dans le cadre multilatéral, et en particulier dans celui du système onusien. Au cours des dernières années, elle a renforcé de manière ciblée sa présence dans ce que l’on appelle communément l’architecture de paix de l’ONU. Elle y défend en particulier les trois dossiers suivants: 

  1. une réforme du système des Nations Unies qui permette de renforcer l’efficacité des activités de promotion de la paix de l’ONU: la Suisse peut faire progresser ces réformes grâce au siège qu’elle occupe au sein de la Commission de consolidation de la paix de l’ONU et, si elle est élue, à celui qu’elle occupera au Conseil de sécurité de l’ONU à partir de 2023;
  2. la coordination des activités déployées par la Suisse en matière de promotion de la paix avec les programmes de l’ONU: pour ce faire, la Suisse collabore notamment avec le Fonds des Nations Unies pour la consolidation de la paix (FCP) et le State and Peacebuilding Fund (SPF) de la Banque mondiale.
  3. une approche plus novatrice et une plus grande prise de risques de la part de l’ONU: la promotion de la paix exige la disposition à prendre des risques calculés, par exemple lorsqu’il s’agit d’instaurer un dialogue avec des parties mises à l’écart ou de défendre les droits de l’homme et de protéger la société civile. Mais aussi lorsqu’il s’agit de développer de nouveaux partenariats pour la paix: une implication des institutions financières internationales et du secteur privé est indispensable pour assurer un financement durable et pérenniser les efforts de paix. 

Que sont le FCP et le SPF?

Le FCP est l’instrument principal auquel peut recourir le secrétaire général de l’ONU pour financer rapidement des projets de promotion de la paix. Durant la période 2020-2021, 55 pays ont bénéficié de projets pour un montant de 350 millions de dollars, notamment dans les domaines de la réconciliation, de la promotion de la démocratie, des initiatives économiques ou des réformes du secteur de la sécurité.

Le SPF est un fonds multidonateurs établi par la Banque mondiale, qui a pour vocation exclusive de financer des projets de promotion de la paix et de renforcement de l’État dans des contextes particulièrement fragiles. Doté d’un budget annuel de 30 millions de dollars, le SPF soutient dans une vingtaine de pays des projets de petite envergure dans le but de renforcer la capacité des gouvernements et des communautés à promouvoir la paix et à gérer les crises.

L’architecture de paix de l’ONU et la Suisse

En allouant au FCP une contribution de 20 millions de francs jusqu’en 2024, la Suisse compte parmi ses douze principaux bailleurs de fonds et participe aux discussions stratégiques annuelles. En 2021, la Suisse a accueilli ces discussions à Glion et mis l’accent sur le financement durable du FCP et sur une meilleure documentation de l’impact de son action sur le terrain.

La Mission permanente de la Suisse auprès des Nations Unies à New York participe activement aux réunions du Groupe des amis du FCP, qui comprend 20 pays. La Suisse siège depuis mai 2020 dans le groupe consultatif du FCP.

Présidente de la Configuration Burundi au sein de la Commission de consolidation de la paix et membre du comité d’organisation en 2021, la Suisse a la possibilité d’influencer le travail du FCP sur le plan stratégique.

Grâce au réseau d’experts en matière de promotion de la paix, de droits de l’homme et de développement déployés dans les ambassades et les représentations de la Suisse dans les pays où le FCP est actif, la Suisse peut intervenir au niveau opérationnel et mettre à profit les synergies entre l’action multilatérale et sa propre politique de paix bilatérale.

L’architecture de paix de l’ONU et la Suisse (en)

Contribution aux objectifs de développement durable 2030 de l’ONU

L’Agenda 2030 pour le développement durable, qui trouve son expression concrète dans les objectifs de développement durable de l’ONU, constitue le cadre dont s’est dotée la communauté internationale pour relever les grands défis mondiaux. La promotion de la paix fait partie intégrante des objectifs de développement durable, puisqu’il a été démontré qu’il ne pouvait y avoir de développement durable sans paix, ni de paix durable sans développement. Ainsi, l’objectif 16 vise à promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et inclusives, à assurer l’accès de tous à la justice et à mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes.

Par son engagement dans la promotion de la paix, la Suisse contribue à la réalisation des objectifs de développement durable de l’ONU. 

Dernière mise à jour 18.07.2022