Énergie

La diga della Grande-Dixence
Le barrage de la Grande-Dixence en Valais. © Grande Dixence SA – essencedesign.com

Le DFAE travaille en étroite collaboration avec l’Office fédéral de l’énergie, le Secrétariat d’État à l’économie et les autres services compétents de la Confédération pour coordonner et contribuer à la politique énergétique globale de la Suisse.

Politique énergétique de la Suisse

La sécurité de l’approvisionnement énergétique, la lutte contre les changements climatiques, la durabilité et la compétitivité de l’économie suisse constituent les principaux défis qui se posent dans le domaine de l’énergie. Pour y répondre, le Conseil fédéral a adopté la Stratégie énergétique 2050. Celle-ci contribue en outre à réduire la pollution de l’environnement liée à la consommation d’énergie en Suisse.

Dans ce contexte, la politique extérieure joue un rôle capital car les enjeux énergétiques sont complexes et ne peuvent pas être résolus sans une étroite coopération internationale.

Relations bilatérales et multilatérales

Les relations de la Suisse avec les pays voisins et les pays partenaires dans le secteur de l’énergie se caractérisent par une forte dépendance mutuelle, observée notamment au niveau de l’interconnexion des réseaux ou de l’approvisionnement énergétique. La collaboration concerne les enjeux de la sécurité de l’approvisionnement, des infrastructures énergétiques transfrontalières, de la promotion des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Une politique énergétique active aux niveaux bilatéral, européen et multilatéral est indispensable pour entretenir ces relations de manière optimale. Cette politique vise à garantir les intérêts de la Suisse, dont l’approvisionnement énergétique dépend à près de 75% des importations de carburants et combustibles fossiles et de combustibles nucléaires.

La Suisse s’engage par ailleurs au sein d’organismes multilatéraux, où elle peut, en sa qualité d'État membre, exercer un droit de parole, tels que l’Agence internationale de l’énergie (AIE), l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), la Charte de l’énergie ainsi que l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA).

Elle participe en outre à des initiatives visant à réduire la dépendance aux agents énergétiques fossiles, notamment au sein du groupe des Amis de la réforme des subventions aux énergies fossiles («Friends of Fossil Fuel Subsidy Reform»).