Début de la page

Les discussions sur la reconstruction offrent des perspectives à l’Ukraine en ces temps de guerre

Dans le cadre de l’Ukraine Recovery Conference (URC 2022), organisée les 4 et 5 juillet à Lugano, la Suisse et l’Ukraine souhaitent lancer un processus politique et diplomatique bénéficiant d’une large assise, susceptible de contribuer à la reconstruction de l’Ukraine. Quelque 40 États et 20 organisations internationales ont été invités à la conférence.

Le logo de l’Ukraine Recovery Conference 2022 comporte un cercle moitié jaune moitié bleu à côté duquel figurent des indications de lieu et de date (en bleu).

Logo de l’Ukraine Recovery Conference de Lugano. © DFAE

Comment se fait-il que la Suisse soit l’hôte de l’Ukraine Recovery Conference?

En tant que partenaire de longue date de l’Ukraine dans les domaines politique, économique et culturel, la Suisse a été sollicitée il y a un certain temps déjà pour organiser la 5e conférence sur les réformes en Ukraine (Ukraine Reform Conference) en 2022. En juillet 2021, à Vilnius, le président de la Confédération Ignazio Cassis a repris la présidence de l’URC 2022 au nom de la Suisse. À la suite de l’agression de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022, la Suisse et l’Ukraine ont décidé de requalifier la conférence sur les réformes et de l’axer sur la reconstruction; l’Ukraine Recovery Conference (URC 2022) a lieu les 4 et 5 juillet à Lugano. 

Quel est le résultat visé par la conférence? 

La voie vers la reconstruction de l’Ukraine passe par un processus politique et diplomatique. C’est ce processus que la Suisse et l’Ukraine veulent lancer à Lugano. Ainsi, la conférence doit permettre d’entamer la reconstruction de l'Ukraine.

Il sera discuté concrètement entre autres des principes et des méthodes applicables à la reconstruction. Les questions du plan de reconstruction et de développement de l’Ukraine et des contributions d’organisations internationales seront également abordées. Une «déclaration de Lugano» reprenant les principaux résultats de la conférence viendra clôturer l’événement.

Qui prendra part à l’URC 2022?

Les délégations internationales de quelque 40 États et de 20 organisations internationales ont été invitées à l’URC 2022. La liste des participants actuelle se base en majeure partie sur celles des précédentes éditions de l’URC et reflète les accords conclus entre les pays organisateurs et l’Ukraine. Outre des délégations internationales, des représentants et représentantes du secteur privé et de la société civile sont également attendus à l’URC 2022.

Pourquoi cette conférence se tient-elle à Lugano plutôt qu’à Genève, haut lieu de rencontres internationales?

L’URC 2022 a été planifiée bien avant que la Russie n’agresse l’Ukraine le 24 février 2022. L’une des priorités des réformes en Ukraine est la décentralisation. Dans ce domaine, la Suisse a des choses à faire valoir. Cela tombait sous le sens de le refléter également dans le choix du lieu de la manifestation.

Comment sera assurée la sécurité et qui en est responsable?

Globalement, l'Office fédéral de la police (fedpol) est compétent pour les questions de sécurité dans le cadre de visites de délégations étrangères, en collaboration avec d’autres autorités responsables de la sécurité. En concertation étroite avec ses partenaires chargés de la sécurité ainsi qu’avec le DFAE, fedpol évalue régulièrement la situation et en tire des enseignements qu’il intègre dans le concept de sécurité de la conférence sur l’Ukraine. Pour des raisons tactiques, nous ne donnons pas d’indications sur les mesures de sécurité. La responsabilité de la sécurité sur place est du ressort de la police cantonale tessinoise.

N’est-il pas prématuré d’organiser une conférence sur la reconstruction alors qu’il n’est pas encore question de cessez-le-feu ni d’accord de paix?

Même s’il n’est actuellement pas possible de prévoir la fin de la guerre, il est d’une importance capitale de commencer à réfléchir au processus de reconstruction et au rôle des institutions nationales et internationales. 

L’organisation de cette conférence, à laquelle la Russie n’est pas conviée, n’enfreint-elle pas le principe de neutralité?

Le droit de la neutralité interdit à la Suisse d’apporter un soutien militaire à une partie belligérante. La Suisse respecte cette obligation. Aucune question militaire n’est à l’ordre du jour de la conférence. Être neutre ne signifie pas être indifférent face à la destruction perpétrée et à la souffrance de la population en Ukraine. Le soutien à l’Ukraine dans sa reconstruction civile et dans ses réformes est compatible avec la neutralité suisse.

Quel soutien la Suisse apporte-t-elle à l’Ukraine en dehors de la conférence?

Pour promouvoir la stabilité et la prospérité en Europe, la Suisse a déployé en Ukraine, depuis déjà un certain moment, toute une série d’instruments de coopération internationale : coopération technique, politique de paix, coopération économique et aide humanitaire. Depuis le 24 février 2022, la Suisse a réorganisé la majeure partie de ses activités et intensifié à plusieurs reprises son aide humanitaire.