Réforme de l’ONU

La Suisse réclame un système des Nations Unies qui soit fort, moderne et efficace, afin que l’organisation reste performante et qu’elle puisse atteindre ses objectifs. Il est dans l’intérêt de la Suisse que l’ONU soit en mesure de remplir sa mission. Elle soutient donc depuis des années les réformes des Nations Unies et en a fait une priorité de sa politique onusienne. Elle s’engage notamment pour la mise en œuvre des propositions de réforme actuelles du Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, approuvées en 2018 par les États membres.

Réformes actuelles de l’ONU

Les réformes en cours se concentrent sur trois domaines.

Réforme du système des Nations Unies pour le développement
L’ONU a réorganisé ses équipes de pays et a réformé leur financement, ce qui doit permettre d’améliorer l’efficacité des activités de développement sur le terrain. Grâce notamment à l’engagement de la Suisse, les États membres ont réussi à s’accorder sur les étapes de la réforme dans ce domaine complexe. Les États membres discutent actuellement des propositions du Secrétaire général des Nations Unies concernant la réorganisation de l’ONU au niveau régional.

Réforme de la gestion de l’ONU
L’ONU a restructuré le secrétariat et simplifié le processus budgétaire. Ainsi, elle devrait pouvoir travailler de manière plus efficace et en faisant preuve d’une plus grande souplesse. D’autres projets de réforme suivront, notamment dans le domaine des ressources humaines.

Réformes dans le domaine de la paix et de la sécurité
L’ONU a réorganisé deux unités: le Département des affaires politiques et de la consolidation de la paix (DPPA) et le Département des opérations de paix (DPO). Les deux départements ont désormais réuni leurs divisions régionales en une entité commune. L’amélioration de la coordination qui en résulte doit contribuer à prévenir les conflits violents. En outre, le domaine de la consolidation de la paix est renforcé. L’objectif est de stabiliser à long terme les États affectés par des conflits armés une fois ceux-ci terminés.

Autres efforts de réforme

Outre les réformes actuelles dans les trois domaines susmentionnés, d’autres efforts de réforme sont en cours aux Nations Unies. La réforme du Conseil de sécurité est probablement la réforme la plus connue. Des processus d’examen et de revitalisation sont par ailleurs régulièrement menés dans les différentes unités et programmes du système onusien, par exemple au sein de l’Assemblée générale, du Conseil économique et social (ECOSOC), du Conseil des droits de l’homme ou de l’UNESCO. Le mandat de nombreuses organisations prévoit ces examens périodiques.

Au cours des dernières années, la Suisse a œuvré à plusieurs reprises pour faire progresser les mesures de réforme concrètes, notamment celles appliquées aux méthodes de travail du Conseil de sécurité ou au renforcement de la prévention des conflits.

Méthodes de travail du Conseil de sécurité de l’ONU

Depuis 2006, la Suisse s’efforce d’améliorer les méthodes de travail du Conseil de sécurité de l’ONU. Les objectifs principaux de la réforme, présentés dans le document final du Sommet mondial des Nations Unies de 2005, consistent à promouvoir la participation des États non membres du Conseil, à accroître la responsabilité du Conseil envers tous les États membres de l’ONU et à améliorer la transparence et l’efficacité de son action.

En tant que coordinatrice du groupe ACT (Accountability, Coherence and Transparency), la Suisse s’emploie à améliorer les méthodes de travail du Conseil. Ce groupe a été créé en mai 2013 et s’appuie sur les travaux d’un précédent groupe restreint de cinq pays (Costa Rica, Jordanie, Liechtenstein, Suisse, Singapour), connu sous le nom de «Small 5». Le groupe ACT comprend 25 États de toutes les régions du monde.

Le groupe ACT reconnaît les efforts déployés à ce jour par le Conseil de sécurité pour améliorer ses méthodes de travail, mais estime que la mise en œuvre actuelle des mesures déjà adoptées n’est ni uniforme ni satisfaisante. Des mesures supplémentaires sont dès lors nécessaires pour permettre au Conseil de remplir pleinement son mandat (voir fiche d’information en anglais).