Département fédéral des affaires étrangères DFAE

Un acteur privé suisse met son expertise au service du FIDA en vue de la réalisation des objectifs de développement durable

L’engagement avec le secteur privé étant essentiel pour atteindre les objectifs de l’Agenda 2030. En vue de le renforcer, la Suisse soutient également les organisations multilatérales qui sont prioritaires pour elle. Depuis son lancement en février 2019, le Fonds ABC du FIDA est géré par la société d’investissement à impact social Bamboo Capital Partners, sise à Genève. Le Fonds ABC permet aux petites exploitations agricoles et aux PME rurales d’accéder au capital, afin qu’elles puissent faire croître leur activité et augmenter leur production.

 Un producteur étale des fèves de cacao sur une bâche en plastique pour les faire sécher.

Les investissements du Fonds ABC dans la coopérative agricole Socak Katana, en Côte d’Ivoire, améliorent les conditions de vie de plus de 2700 producteurs de cacao et de leurs familles. © Bamboo Capital Partners

Dans le monde entier, les petits exploitants agricoles et les PME rurales, qui transforment les produits de ces derniers pour le marché local, ont beaucoup de difficultés à obtenir des fonds pour assurer leur croissance et augmenter leur productivité, en raison principalement des risques supérieurs à la moyenne que présentent les investissements dans ce secteur. Ainsi, comme les investissements privés sont rares dans l’agriculture en général, ils le sont encore plus dans l’agriculture paysanne des pays en développement. On estime que les petits paysans d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine auraient besoin d’environ 200 milliards de dollars pour augmenter leur production. Cette augmentation améliorerait la sécurité alimentaire et la santé de millions de personnes, tout en créant des emplois.

À cela s’ajoute que précisément dans les pays en développement, le nombre de jeunes à la recherche de travail ne cesse d’augmenter. Rien qu’en Afrique, ils sont chaque année 10 à 12 millions à entrer sur le marché du travail. Tous ces jeunes ont besoin d’emplois, d’opportunités d’engagement et d’une autre solution que la migration.

Pour stimuler la productivité, améliorer les revenus et les conditions de vie de la population et surtout créer des emplois – en particulier pour les jeunes –, il est indispensable d’investir dans les PME rurales et les entreprises agricoles locales.

Le Fonds ABC du FIDA est géré par un acteur privé

L’engagement avec le secteur privé étant essentiel pour atteindre les objectifs de l’Agenda 2030, la Suisse soutient également les organisations multilatérales qui sont prioritaires pour elle en vue de le renforcer, notamment le Fonds international de développement agricole (FIDA). Un acteur suisse occupe une place centrale pour remédier au problème du financement: Bamboo Capital Partners, une société d’investissement à impact social sise à Genève. En étroite collaboration avec le FIDA, cette société gère le Fond d’investissement pour l’entrepreneuriat agricole (Fonds ABC). Depuis décembre 2019, des petits paysans peuvent bénéficier pour la première fois d’un financement assuré par ce fonds. Emanuele Santi, gestionnaire du Fonds ABC chez Bamboo Capital Partners, explique de quoi il retourne exactement.

 Portrait d’Emanuele Santi
Emanuele Santi, gestionnaire du Fonds ABC chez Bamboo Capital Partners © Bamboo Capital Partners

Le Fonds ABC est un fonds d’impact qui propose des financements aux entrepreneurs ruraux des pays en développement. Ces financements prennent principalement la forme de prêts, mais parfois aussi de participations au capital, et visent à soutenir des organisations d’agriculteurs, des PME rurales et des institutions financières de pays en développement à faibles et moyens revenus. Ces entreprises agricoles et ces institutions locales sont soigneusement sélectionnées et doivent présenter, pour être soutenues, toutes les garanties d’une forte croissance créatrice d’emplois. Elles doivent également contribuer à accélérer le développement social des collectivités locales et du pays.

Dragon Farming Limited: investissement dans le soja

Un bon exemple est donné par notre récent investissement dans Dragon Farming Limited, une entreprise du Ghana qui transforme des graines de soja brutes en farine de soja ainsi qu’en soja non dégraissé et en huile de soja destinées à l’alimentation animale. Dragon Farming s’est fixé pour objectif de proposer des produits écologiques et durables destinés à l’alimentation animale, tant au Ghana qu’à l’exportation.

Le prêt du Fonds ABC permettra à cette entreprise de développer son activité afin de répondre à la demande et d’accroître ses achats de graines de soja auprès des organisations d’agriculteurs. Grâce à l’augmentation de la production, quelque 14’000 petits paysans pourront lui vendre leurs récoltes de soja. Le prêt permettra en outre à Dragon Farming de réduire ses coûts de production et d’améliorer sa rentabilité. Enfin, le volume accru des graines de soja transformées se traduira par la création d’emplois, y compris pour la main d’œuvre féminine. Le prêt est assorti d’une assistance technique visant à renforcer la stratégie, le développement commercial et les processus de production de Dragon Farming.

Un programme porté conjointement

Nous collaborons depuis de nombreuses années avec des institutions de l’ONU comme le FIDA et des bailleurs de fonds publics comme la DDC, afin de contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) de l’Agenda 2030. En sa qualité de représentant du secteur privé, Bamboo Capital Partners apporte son expertise en matière de développement des marchés et de capital-investissement. En tant qu’investisseur à impact social, nous poursuivons les mêmes objectifs – notamment les ODD – que la DDC et d’autres organisations de donateurs du secteur public, à savoir:

  • Ala lutte contre la pauvreté,
  • la création d’emplois,
  • l’égalité entre hommes et femmes,
  • l’agriculture durable et écologique,
  • la production de denrées alimentaires respectueuse du climat.

La DDC soutient le FIDA, le principal initiateur du fonds, par un apport unique de 9,3 millions de francs, et participe ainsi au financement du Fonds ABC. Le fonds s’appuie sur des réseaux ruraux et des programmes nationaux, régionaux et mondiaux du FIDA ou sur Bamboo Capital Partners, et crée des synergies qui augmentent son impact et son efficacité.

Une contribution durable à fort potentiel

Depuis 2007, Bamboo Capital Partners a investi dans plus de 30 marchés émergents ou pionniers, avec un effet positif sur la vie de 184 millions de personnes.
Emanuele Santi, gestionnaire du Fonds ABC chez Bamboo Capital Partners

Bamboo Capital Partners est une plateforme d’investissement qui propose des solutions de financement innovantes destinées aux entreprises opérant sur les marchés émergents. Répondant aux besoins de groupes de population à faibles et moyens revenus, nos investissements ont un impact positif durable. Nous comblons le fossé entre le financement de la création et celui de la croissance des entreprises par un ensemble d’options de financement – allant des fonds de tiers aux fonds propres –, que nous activons unilatéralement ou en nous appuyant sur des partenariats stratégiques. Depuis 2007, Bamboo Capital Partners a investi dans plus de 30 marchés émergents ou pionniers, avec un effet positif sur la vie de 184 millions de personnes. Bamboo Capital Partners possède un savoir-faire unique en son genre, qui lui permet d’améliorer les conditions de vie des communautés les plus marginalisées, tout en générant un retour sur investissement.

Le Fonds ABC offre d’importantes possibilités de collaboration entre les secteurs public et privé. Par son intermédiaire, le secteur public met des fonds à la disposition de petits exploitants agricoles et de PME rurales à de meilleures conditions que celles du marché. Cela permet de réduire aussi bien les coûts globaux du capital que le risque d’investissement et d’attirer ainsi davantage d’investisseurs privés. Les fonds sont engagés de manière durable, afin de soutenir des personnes et des organisations qui n’ont souvent pas accès aux formes de financement traditionnelles. L’utilisation de fonds publics conjuguée à l’expertise d’acteurs privés offre un important potentiel pour l’avenir également.

«Les objectifs de la coopération internationale de la Suisse ne peuvent pas être atteints sans partenariats publics-privés pour le développement»

La stratégie de coopération internationale de la Suisse accorde une grande importance au secteur privé. Ce dernier joue en effet un rôle essentiel dans la création d’emplois et le développement durable. Il peut être le moteur économique qui propose une voie pour sortir de la pauvreté. La capacité d’innovation du secteur privé, son expertise, ses canaux de distribution, ses possibilités d’investissement et son potentiel en matière de formation professionnelle sont indispensables à la mise en œuvre de la coopération internationale. Le FIDA et le Fonds ABC illustrent la manière dont la Suisse encourage dans un souci d’efficacité le secteur privé local dans les pays en développement. Christian Frutiger, chef du Domaine Coopération globale de la DDC, expose dans un entretien ce que la DDC et son Programme global Sécurité alimentaire attendent de cette collaboration:

 

 Portrait de Christian Frutiger
Christian Frutiger, chef du Domaine Coopération globale de la DDC © Keystone
À quel point une société comme Bamboo Capital Partners est-elle importante pour la DDC?

La DDC œuvre en faveur d’un engagement renforcé et innovant du FIDA avec le secteur privé. Le Fond d’investissement pour l’entrepreneuriat agricole (Fonds ABC) est l’instrument «pionnier» du FIDA pour mettre en œuvre la nouvelle stratégie de cette agence de l’ONU pour l’implication du secteur privé et une collaboration efficace avec ce dernier.

Le Fonds ABC a été créé par le FIDA et capitalisé par la Suisse, le Luxembourg et l’Union européenne; il est géré par des professionnels de l’investissement à impact. Le Fonds ABC investit dans de petites et moyennes entreprises agricoles, qui constituent le «maillon intermédiaire manquant» puisque leurs besoins de financement ne sont pas couverts par les organismes de microfinance ou les banques commerciales, car trop importants pour les premiers et trop faibles pour les secondes. Les PME locales peuvent ainsi se développer pour devenir de solides entreprises de taille moyenne.

La gestion d’un fonds aussi complexe requiert des connaissances spécifiques en matière de finances et de marchés. La collaboration engagée avec Bamboo Capital Partners permet ainsi d’assurer une gestion professionnelle du Fonds ABC.

Quels sont les objectifs de la DDC en matière de sécurité alimentaire?

En 2019, le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire aiguë a atteint 135 millions, soit le nombre le plus élevé depuis quatre ans.

À travers son Programme global Sécurité alimentaire, la DDC contribue à améliorer les politiques internationales et régionales en matière de sécurité alimentaire ainsi que les modes d’alimentation. Ses efforts portent sur divers aspects, qui vont du droit à l’alimentation aux droits des paysans et des paysannes. Les normes internationales ainsi que les innovations institutionnelles et techniques qui favorisent des systèmes alimentaires efficaces, durables, agroécologiques et résilients sont donc ici d’une importance capitale. Concrètement, l’expertise suisse et l’expérience opérationnelle de la DDC sont mises à profit pour encourager notamment la recherche agronomique internationale, les échanges de nouvelles technologies, les investissements responsables et la biodiversité agricole.

Par sa contribution au Fonds ABC, la DDC contribue à renforcer la sécurité alimentaire, favorise des méthodes de culture écologiques et durables, et crée des revenus et des emplois pour les petits agriculteurs et la population rurale.

Serait-il possible d’atteindre les objectifs de la coopération internationale sans le concours d’organisations partenaires du secteur privé?

Dans le programme d’action d’Addis Abeba, la communauté internationale a clairement réaffirmé en juillet 2015 que l’Agenda 2030 pour le développement durable ne peut pas être réalisé sans l’expertise et les capitaux du secteur privé.

Les objectifs de la coopération internationale ne peuvent donc pas être atteints sans partenariats publics-privés. Conformément à une demande formulée de longue date par le Parlement et le Conseil fédéral, la DDC s’emploie à établir davantage de partenariats avec le secteur privé pour réaliser ses objectifs.

Haut de page