La Suisse soutient l’organisation des élections au Burkina Faso

Article, 30.11.2012

Le Burkina Faso renouvelle ses autorités législatives le 2 décembre 2012. Quelque 8 millions d’électeurs sont appelés à se prononcer à la demande des autorités burkinabè. Plusieurs pays, dont la Suisse, soutiennent l’organisation du scrutin, qui couple pour la première fois les élections municipales, régionales et législatives. Ce vote constitue un test de stabilité pour le Burkina Faso et marque une étape importante dans le processus de construction de la démocratie, de l’état de droit et de la gouvernance locale du pays.

Aux côtés de l’éducation et de la sécurité alimentaire, la décentralisation et la gouvernance locale figurent parmi les axes prioritaires de la coopération suisse au Burkina Faso. Elle participe, avec d’autres pays donateurs, au fonds géré par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) au profit de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Cette dernière est chargée d’organiser les élections. La contribution de la Suisse s’élève à 2 millions CHF.

La Suisse soutient également différentes organisations de la société civile à travers des actions directes afin de faire progresser la participation citoyenne. Un accent particulier est mis sur les enjeux liés au genre. Au-delà de l’effort de sensibilisation auprès des électrices, la participation des femmes au processus électoral, tant au sein du personnel administratif, du personnel des bureaux de vote, que comme commissaires, est encouragée.

Le Burkina Faso figure parmi les dix pays les moins développés du monde. Voisin du Mali, le pays connaît une forte augmentation démographique. La population y est analphabète à plus de 70% et ne dispose généralement pas d’actes d’état civil. Dans ce contexte, la tenue d’élections transparentes et équitables constitue un défi de taille.