Protection dans la région d’origine

La Suisse soutient les pays de premier accueil en assurant aux réfugiés, aux migrants et aux déplacés internes la protection la plus rapide et la plus efficace possible. Dans cette optique, elle a créé l’instrument de politique extérieure en matière de migration «Protection dans la région» (protection des réfugiés dans leurs régions d’origine) et mis en place des programmes en conséquence dans la Corne de l’Afrique et au Moyen-Orient.

Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), on dénombre actuellement plus de 27 millions de réfugiés et 41 millions de déplacés internes (personnes déplacées à l’intérieur du pays, PDI), parmi lesquels beaucoup de jeunes et d’enfants. S’y ajoutent plusieurs millions d’individus qui ne relèvent pas du mandat du HCR.

Près des trois quarts des réfugiés que compte la planète se trouvent en Afrique, en Amérique latine, en Asie, au Proche-Orient et au Moyen-Orient, fréquemment dans des pays en développement qui ne disposent pas des capacités suffisantes pour accueillir un grand nombre de réfugiés et leur assurer une protection efficace.

Soutenir les pays de premier accueil et freiner la migration périlleuse

Lorsque les réfugiés et les migrants ne trouvent pas suffisamment de soutien dans les pays de premier accueil, ils sont souvent contraints de poursuivre leur route vers d’autres régions ou pays, généralement dans des conditions périlleuses. Ils risquent d’être victimes de la traite des êtres humains ou d’autres violations des droits de l’homme, ou d’être contraints de recourir à des passeurs.

Traite des êtres humains