La Suisse élue au Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO

Berne, Communiqué de presse, 27.10.2009

La Suisse s’est fait élire hier au soir au Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO à l’issue d’un vote très clair. L’élection a eu lieu lors de la tenue bisannuelle à Paris de l’Assemblée générale des 186 Etats parties à la Convention du patrimoine mondial. Sur les 21 sièges du Comité, 12 devaient être repourvus, pour lesquels 29 Etats avaient présenté leur candidature.

Durant les quatre prochaines années, la Suisse va s'engager au sein du Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO (voir encadré 1) en faveur de la protection du patrimoine culturel et naturel de l'humanité. Des 140 Etats partie à la Convention du patrimoine mondial participant au vote hier au soir, la Suisse a reçu 104 voix, distançant largement les autres candidats. Elle a ainsi été élue au premier tour comme membre du comité, dans lequel 21 Etats sont représentés. Pour repourvoir l'un des 12 sièges vacants, 29 Etats parties avaient présenté leur candidature. Après un premier mandat de 1978 à 1985, la Suisse siège pour la deuxième fois dans cet organe exécutif, qui se situe au niveau interétatique et jouit d'une grande influence. Pour la Suisse, le résultat clair de la votation est une preuve de confiance et un encouragement à s'engager encore plus pour la communauté internationale et la mise en œuvre de la convention. 

L'un des enjeux principaux du Comité consiste à mettre en œuvre une stratégie globale afin d'établir une liste du patrimoine mondial qui soit équilibrée, représentative et crédible. La reconnaissance nationale dont jouissent de nombreux biens culturels et naturels à travers le monde ainsi que le vif intérêt que suscite l'emblème du Patrimoine mondial se traduisent par une multitude de demandes d'inscription sur la Liste du patrimoine mondial. Cet afflux représente un défi de taille pour les organes de l'UNESCO, qui disposent de ressources limitées, et peut accentuer les pressions politiques auxquelles le Comité est exposé. La Suisse va s'engager pour une liste équilibrée du point de vue thématique et géographique et maintenir le niveau de qualité de la Convention.

La Suisse sera représentée au Comité par l'ambassadeur de la Délégation permanente de la Suisse auprès de l'UNESCO à Paris, par des représentants de l'Office fédéral de l'environnement OFEV (DETEC) et de l'Office fédéral de la culture OFC (DFI), ainsi que du Département fédéral des affaires étrangères DFAE.

La Suisse s'engage davantage

La notion de patrimoine mondial a pris de l'importance depuis quelques années en Suisse avec l'inscription de nouveaux sites sur la Liste du patrimoine mondial (voir encadré 2). Parallèlement, la Suisse a intensifié ses efforts en faveur de la mise en œuvre de la Convention et a organisé dans ce contexte des congrès et des ateliers internationaux. D'ailleurs, une rencontre internationale d'experts de l'UNESCO se tiendra cette année du 10 au 13 novembre dans le Lavaux (VD) afin d'élaborer des mesures concrètes pour améliorer la formation en matière de gestion des sites du patrimoine mondial.

La Suisse entend apporter ses compétences techniques, son expérience et son savoir-faire dans la prise de décisions en matière de gestion du patrimoine mondial, de suivi, de soutien international et de processus participatifs. Depuis des années, la Suisse apporte, dans le cadre de la coopération au développement, un soutien financier en faveur de la protection et de la restauration de biens appartenant au patrimoine mondial, comme à Sanaa, la capitale du Yemen, dans le parc national du Pirin en Bulgarie ou à Angkor au Cambodge.


ENCADRE 1:
Rôle du Comité du patrimoine mondial

Organe important pour l'application de la Convention du patrimoine mondial de 1972, le Comité définit des stratégies en faveur de la protection du patrimoine culturel et naturel de l'humanité, est responsable de la mise en œuvre de la Convention et, en particulier, décide de l'inscription et de l'exclusion de sites sur la Liste du patrimoine mondial. Celle-ci comprend actuellement 890 sites d'une valeur universelle exceptionnelle, dont 10 se trouvent en Suisse, et constitue l'instrument le plus visible du système collectif créé par la Convention pour conserver le patrimoine culturel et naturel à l'intention des générations futures.


ENCADRE 2:
Patrimoine mondial en Suisse

La Suisse a adhéré à l'UNESCO en 1948 et a ratifié la Convention du patrimoine mondial en 1975. Trois services fédéraux sont responsables du patrimoine mondial en Suisse: le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), l'Office fédéral de la culture (OFC) et l'Office fédéral de l'environnement (OFEV). Aujourd'hui, dix sites suisses sont inscrits sur la liste de l'UNESCO.

La Commission suisse pour l'UNESCO conseille depuis 1949 les autorités fédérales (Parlement, Conseil fédéral, administration fédérale) sur les questions liées à l'UNESCO et sensibilise le public au respect des valeurs de l'UNESCO.

Les 10 sites du patrimoine mondial en Suisse:

1983    Vieille ville de Berne
1983    Couvent bénédictin Saint-Jean à Müstair
1983    Domaine conventuel de Saint-Gall
2000    Trois châteaux, muraille et remparts du bourg de Bellinzone
2001    Alpes suisse Jungfrau-Aletsch (2007 élargissement)
2003    Monte San Giorgio
2007    Lavaux, vignoble en terrasses
2008    Chemin de fer rhétique dans les paysages de l'Albula et de la Bernina
2008    Haut lieu tectonique suisse Sardona
2009    La Chaux-de-Fonds/Le Locle, urbanisme horloger

Candidatures:

L'œuvre architecturale et urbaine de Le Corbusier
Les sites palafittiques préhistoriques autour des alpes (en préparation)


Informations complémentaires

Patrimoine mondial en Suisse
UNESCO Patrimoine Mondial
OFEV: Patrimoine mondial de l'UNESCO


Contact

M. Nicolas Mathieu, division politique V, DFAE, tél. 079 664 30 79, (coordination)
M. Johann Mürner, section Patrimoine culturel et monuments historiques, OFC, tél. 079 277 37 81, (patrimoine culturel mondial)
M. Bruno Stephan Walder, section Paysages d’importance nationale, OFEV, tél. 079 312 92 59, (patrimoine naturel mondial)


Editeur:

Département fédéral de l
Département fédéral des affaires étrangères