Le Conseil de sécurité se rend en Colombie pour soutenir le processus de paix

Du 7 au 11 février, la Suisse co-dirige une visite des 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU en Colombie avec le Guyana et le Royaume-Uni, Pour le Conseil, l’objectif est de se rendre compte de la réalité dans le pays, de l’application de l’accord de 2016 ainsi que d’apporter son soutient à l’établissement d’une paix durable. La Suisse continue à s’engager fortement en faveur du processus de paix en Colombie.

Les délégations des 15 États membres du Conseil de sécurité de l'ONU et le président colombien Gustavo Petro posent pour une photo de groupe.

Rencontre entre les membre du Conseil de sécurité de l’ONU et le président colombien Gustavo Petro, à la Casa de Narino, le 8 février 2024, à Bogota. © Mission de l’ONU en Colombie

Les 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU, dont la représentante permanente de la Suisse à New York, l’ambassadrice Pascale Baeriswyl, ont rencontré ce jeudi à Bogota le président colombien Gustavo Petro. Des réunions avec différents acteurs et actrices du processus de paix, des représentants et représentantes des autorités chargées de la mise en œuvre de l’accord de paix de 2016, de la Juridiction spéciale pour la paix, des anciens combattants et anciennes combattantes et des parlementaires figuraient également au programme.

Durant ce voyage le Conseil va entreprendre plusieurs visites de terrain dans l’ouest et le sud du pays. Il va notamment pouvoir se rendre compte des progrès réalisés dans le domaine du déminage humanitaire, de la reconversion et de la réintégration des ex-combattants, mais aussi de la situation des communautés indigènes et afro-colombiennes, qui ont longtemps été victimes d’exclusion et d’inégalités, et qui continuent à être touchées de manière disproportionnée par la violence.

La Suisse co-dirige ce voyage, avec le Guyana, qui préside le Conseil de sécurité en février, et le Royaume-Uni, qui endosse de rôle de rédacteur sur le dossier colombien. La Suisse est engagée depuis plus de 20 ans dans la politique de paix en Colombie. Depuis le début de son mandat au Conseil en janvier 2023, elle a pu renforcer son soutien au processus de paix en Colombie dans ce cadre également. Grâce à son implication de longue date et son expertise, c’est un acteur connu et respecté de la politique de paix en Colombie. La Suisse assume le rôle d’Etat garant dans le cadre des négociations avec le groupe rebelle Estado Mayor Central de las FARC-EP (EMC) et le rôle d’Etat accompagnateur des pourparlers de paix avec l’Ejército de Liberación Nacional (ELN). Elle soutient en outre la mise en œuvre de l'accord de paix de 2016 et apporte également une importante aide humanitaire pour la population civile touchée par les actes de violence et soutient différents projets de promotion de la paix et des droits de l’homme dans le pays.

La Colombie est marquée depuis plusieurs décennies par des conflits armés. Selon des estimations, ils ont fait plus de 200’000 victimes à ce jour – majoritairement des civils - et ont entraîné le déplacement de 8 millions de personnes. En 2016, un accord de paix a été conclu entre le gouvernement colombien et les FARC-EP. Certaines régions du pays ont cependant connu par la suite une intensification des combats impliquant d’autres groupes armés, compliquant notamment la mise en œuvre de l’accord de paix et le développement des régions rurales touchées par la violence armée.

Il s’agit de la troisième visite en Colombie du Conseil de sécurité qui s’est saisi de ce dossier en 2016. A la demande du gouvernement colombien, la Mission de vérification des Nations unies en Colombie a été créée afin de vérifier la mise en œuvre de l'Accord de paix final et d’aider la Colombie à mettre fin au conflit et à construire la paix. Le Conseil se penche tous les trois mois sur la situation en Colombie.

Début de la page