Département fédéral des affaires étrangères DFAE

«Consolider et développer la voie bilatérale avec l’UE»

L’accord institutionnel avec l’Union Européenne, la stratégie sur la Chine et la liberté de la presse ont été abordés par le conseiller fédéral lors d’une interview parue sur l’AGEFI ce mercredi 3 mars. Il y présente sa propre vision et celle du Conseil fédéral.

Photomontage pour illustrer l’interview. Elle montre Ignazio Cassis face à une caméra et deux bulles contenant l’une la question et l’autre la réponse.

UE, Chine et liberté de la presse, Ignazio Cassis s’est exprimé dans l’AGEFI pour y défendre sa vision et celle du Conseil fédéral sur différents thèmes d’actualité. © DFAE

En réitérant la stratégie du Conseil fédéral de consolider et développer la voie bilatérale avec l’UE, le chef du DFAE affirme que les négociations en cours s’axent, du côté suisse, sur la recherche du meilleur équilibre entre la prospérité de la Suisse (à travers un accès facilité au marché européen) et la plus grande indépendance possible pour le pays. Que l’on parle de négociations, de renégociations ou de clarifications, le conseiller fédéral tranche: « ce qui compte, c’est la qualité des solutions. » En parallèle, il a aussi assuré ne pas vouloir affaiblir les mesures d’accompagnement, jugées essentielles pour l’acceptabilité de la libre circulation des personnes et la croissance économique de la Suisse.

Enfin, sur les conséquences en Suisse du Brexit, le conseiller fédéral affirme que la Suisse s’est bien préparée à la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Sept nouveaux accords bilatéraux pour assurer la continuité juridique dans les relations entre les deux pays ont été conclus.

La Chine, partenaire et concurrente

Le chef de la diplomatie suisse évoque aussi les dialogues ouverts et constructifs que le Conseil fédéral entretient avec la Chine sur la liberté et la protection des minorités – par exemple à Hong Kong ou en ce qui concerne les Ouïghours. Il avait également soulevé cette question auprès de son homologue chinois. Les Nations unies s'étaient mises d'accord sur les valeurs universelles des droits de l'homme au terme de la Seconde Guerre mondiale. Les bonnes relations qu’entretiennent la Suisse et la Chine permettent de répondre ouvertement à ces préoccupations. La Chine est à la fois un partenaire dans les domaines culturel, scientifique, économique et environnemental mais aussi un concurrent sur le plan technologique. Le pays a néanmoins été capable de sortir plus d’un milliard de personnes de la pauvreté.

Interrogé sur la liberté de la presse, Ignazio Cassis est convaincu que la presse doit rester totalement libre, transparente et diversifiée. Cependant, il s'est dit inquiet de la consolidation des groupes de presse. Finalement, l’importance croissante des réseaux sociaux peut également s’avérer problématique lorsque que l’on ne connaît pas la source des informations véhiculées.

Haut de page