Rendez-vous de l’éducation et de la formation en Afrique

Article, 08.02.2012

Triennale 2012 de l’ADEA

La Triennale de l’éducation et de la formation en Afrique réunit du 12 au 17 février 2012 à Ouagadougou les différents acteurs œuvrant pour l’éducation sur le continent – ministres, représentants d’agences de coopération bilatérales et multilatérales, membres de réseaux de recherche, ONG, secteur privé et organisations socio-professionnelles. L’objectif est d’encourager un large dialogue sur la nécessité d’adapter les systèmes éducatifs aux défis du développement durable. La Triennale est organisée par l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA), un partenaire de longue date de la DDC.

Le thème global discuté dans la capitale du Burkina Faso est le suivant : «Promouvoir des connaissances, compétences et qualifications critiques pour le développement durable de l’Afrique: comment édifier/concevoir une réponse efficace des systèmes d’éducation et de formation?» Trois axes articulent le débat:

  • une vision réaliste du futur de l’Afrique
  • la réalisation de cette vision par la promotion de nouvelles politiques et stratégies d’éducation et de formation ciblées sur une prise en charge efficace des demandes économiques, sociales et culturelles
  • la mise en œuvre de parcours et de programmes diversifiés et intégrés d’éducation et de formation susceptibles d’initier et de développer les compétences critiques nécessaires à un apprentissage tout au long de la vie

Un vaste forum pour discuter des défis à relever

La Triennale (anciennement biennale) est le plus grand forum africain d’échanges d’expériences dans le secteur de l’éducation. Elle est organisée par l’ADEA, un partenaire de longue date de la Direction du développement et de la coopération, compte tenu de sa capacité d’influence sur les politiques et pratiques éducatives en Afrique. La DDC fait une contribution générale à l’ADEA qui lui permet de mettre en œuvre son plan d’action stratégique (2008-2012) construit sur ces cinq objectifs : dialogue politique, coopération sous-régionale/continentale, travail analytique, diffusion du savoir, renforcement organisationnel.

Ces dernières années, des progrès notables ont été réalisés dans le secteur de l’éducation en Afrique. Depuis 1995, les taux bruts de scolarisation se sont sensiblement accrus à tous les niveaux de l’enseignement. Cette progression coïncide avec une croissance économique relativement forte et stable avec un taux moyen de 5,6%.

Les défis demeurent toutefois importants, notamment en ce qui concerne la qualité médiocre de l’éducation, l’accès limité à la formation professionnelle, l’inadaptation des offres aux besoins sociaux et économiques des communautés rurales. De manière générale, les systèmes éducatifs africains restent marqués par de fortes disparités– par exemple les discriminations pesant sur les femmes (celles-ci représentent 60% des analphabètes), le lieu de résidence, le niveau de vie. Ainsi, au Niger, un garçon issu du milieu urbain d’une famille aisée a 19 fois plus de chances d’être scolarisé au niveau secondaire qu’une fille rurale provenant d’un milieu défavorisé.

Contributions de la DDC et de ses partenaires

La DDC a saisi l’opportunité de cette Triennale pour soutenir plusieurs études ainsi que deux processus de concertation menés avec les acteurs de la société civile. Ces derniers ont été engagés avec des partenaires de la DDC qui mettent en œuvre des approches d’éducation/formation particulièrement adaptées aux enfants, jeunes et adultes du milieu rural qui sont restés exclus de l’éducation formelle. Pour les partenaires de la DDC, la rencontre de Ouagadougou représente un tremplin pour partager, valoriser et diffuser leurs alternatives éducatives et leurs réflexions sur l’éducation et la formation.