Visite officielle en Suisse du secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg

Communiqué de presse, 02.03.2017

Le conseiller fédéral Didier Burkhalter, chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), et le conseiller fédéral Guy Parmelin, chef du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS), ont reçu le secrétaire général de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), Jens Stoltenberg, au manoir du Lohn, près de Berne, pour une visite officielle. Le secrétaire général Jens Stoltenberg avait rencontré la veille la présidente de la Confédération Doris Leuthard. Les discussions menées au Lohn ont porté sur la sécurité en Europe, le développement des partenariats dans le cadre de l’OTAN et l’engagement de la Suisse en faveur de la paix et de la sécurité. Après les entretiens tenus au Lohn, M. Stoltenberg a visité la Maison de la paix à Genève.

Conseiller fédéral Guy Parmelin, chef du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) – Secrétaire général de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), Jens Stoltenberg et Conseiller fédéral Didier Burkhalter, chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) © DFAE
Conseiller fédéral Guy Parmelin, chef du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) – Secrétaire général de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), Jens Stoltenberg et Conseiller fédéral Didier Burkhalter, chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) © DFAE

Les conseillers fédéraux Didier Burkhalter et Guy Parmelin ont abordé avec le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg des sujets d’actualité liés à la sécurité européenne. Ils ont expliqué les contributions que la Suisse apporte à la paix et à la sécurité dans le cadre de sa politique de paix et de sécurité et salué le rôle que joue l’OTAN pour assurer la stabilité de l’environnement stratégique de la Suisse. Parmi ces contributions figurent, entre autres, la promotion d’un dialogue sur la sécurité incluant tous les États ainsi que l’engagement de la Suisse dans la crise ukrainienne, dans le Caucase du Sud et dans les Balkans occidentaux. Les deux parties ont réaffirmé la nécessité d’entretenir un dialogue régulier avec la Russie pour améliorer la sécurité en Europe. Les conseillers fédéraux ont en outre plaidé en faveur d’une relance des discussions sur la maîtrise des armements conventionnels en Europe, qui représente une mesure importante d’instauration de la confiance.

Concernant le partenariat établi depuis plus de deux décennies entre la Suisse et l’OTAN, les deux parties en ont tiré un bilan positif. Le Partenariat pour la paix (PPP) constitue pour la Suisse non seulement une plateforme majeure de coopération en matière de politique de sécurité, mais aussi une instance de dialogue, par exemple entre l’OTAN et les États européens non membres de l’OTAN que sont l’Autriche, la Suède, la Finlande et l’Irlande. La Suisse contribue de son côté aux échanges sur la politique de paix par le biais de la Maison de la paix à Genève et des trois centres qu’elle abrite, qui sont dédiés à la politique extérieure et à la promotion de la sécurité et de la paix, ainsi que du Centre de recherche sur les politiques de sécurité de l’EPF de Zurich. Parmi les sujets évoqués, il a également été question de la coopération avec des États partenaires du voisinage méridional de l’Europe, dans la perspective de la réforme du secteur de la sécurité – domaine dans lequel la Suisse possède une expertise reconnue.

Les discussions ont aussi porté sur la sécurité dans le cyberespace et sur la menace grandissante exercée par des acteurs étatiques. Les deux parties ont souligné l’importance de la coopération internationale face à de telles menaces transnationales. Les deux conseillers fédéraux ont présenté l’action que la Suisse mène dans diverses enceintes, comme l’OSCE et l’ONU, en faveur de mesures d’instauration de la confiance et de règles internationales applicables au cyberespace, et ont réaffirmé la volonté de la Suisse de poursuivre également le dialogue avec l’OTAN sur les questions ayant trait au cyberespace. Dans ce contexte, les conseillers fédéraux ont informé le secrétaire général de l’OTAN de l’intention de la Suisse de devenir un État partenaire du cybercentre de Tallin (Cooperative Cyber Defence Center of Excellence - CCDCoE). Cet institut de recherche international génère des connaissances et des compétences dans le domaine de la cybersécurité et de la cyberdéfense. Il conduit des exercices et des projets de recherche (par ex. sur la question de l’application du droit international dans le cyberespace).

L’OTAN entretient des partenariats avec plus de 40 États et organisations. Grâce à sa participation au Partenariat pour la paix, la Suisse bénéficie depuis 1996 d’un accès institutionnel à l’OTAN, à ses membres et aux autres États partenaires. La coopération dans le cadre du PPP est un élément de la sécurité coopérative qui a fait ses preuves, et elle permet à la Suisse de faire valoir ponctuellement ses propres préoccupations en matière de politique de sécurité, comme le contrôle démocratiques des forces armées et la diffusion du droit international humanitaire. La Suisse propose des cours de formation spécifiques, et des Suisses participent à des manifestations organisées par d’autres pays membres du Partenariat pour la paix. Un autre exemple de coopération est l’engagement dans les Balkans de la Swisscoy, le contingent suisse de maintien de la paix, dans le cadre de la Force de l’OTAN au Kosovo (KFOR). La Suisse attache une grande importance à la stabilité dans les Balkans. Le Conseil fédéral a demandé au Parlement de prolonger la mission de la Swisscoy au sein de la KFOR jusqu’en 2020.

À l’issue des entretiens, le secrétaire général Jens Stoltenberg a poursuivi ce tour d’horizon en se rendant à Genève, où il a été question de l’engagement de la Suisse en faveur de la paix et de la sécurité ainsi que de la Genève internationale. Au programme figuraient une manifestation organisée à la Maison de la paix dans le cadre du Centre de politique de sécurité (GCSP) et une rencontre avec des représentants du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

À la veille des entretiens officiels tenus au manoir du Lohn, le secrétaire général Jens Stoltenberg avait rencontré à Berne la présidente de la Confédération Doris Leuthard pour des discussions. Des sujets liés à la sécurité internationale ont été évoqués à cette occasion.


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères
Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports
Département fédéral de l