Bons offices : la Suisse investie d’un mandat de puissance protectrice pour représenter les intérêts de l'Iran en Arabie saoudite et inversement

Communiqué de presse, 25.10.2017

Les ambassadeurs de Suisse à Riyad et à Téhéran ont signé le 25 octobre 2017 les accords pour la représentation des intérêts iraniens en Arabie saoudite et pour celle des intérêts saoudiens en Iran. À l'occasion de sa séance du 25 octobre 2017, le Conseil fédéral a accordé son feu vert à l’exercice du mandat de puissance protectrice.

Suite à la rupture des relations diplomatiques entre l’Arabie saoudite et l’Iran début janvier 2016, la Suisse a convenu avec les deux États qu’elle assumerait, pour l’un comme pour l’autre, un mandat de puissance protectrice, conformément à sa tradition de bons offices. Les négociations sur les modalités du mandat ont débuté en février 2016, lors des entretiens que le conseiller fédéral Didier Burkhalter a menés avec ses homologues d’Arabie saoudite et d’Iran. 

Une fois que les deux pays ont accepté le mandat de puissance protectrice de la Suisse et que le Conseil fédéral a donné son feu vert lors de sa séance du 25 octobre 2017, les accords en ce sens ont pu être signés à Riyad et à Téhéran. La représentation des intérêts porte sur les services consulaires en Iran et en Arabie saoudite.

La Suisse bénéficie d’une longue tradition en matière de représentation d’intérêts étrangers. Lorsque deux États rompent leurs relations diplomatiques, la Suisse assume s’ils le souhaitent une partie de leurs tâches diplomatiques et/ou consulaires. Le Conseil fédéral souligne explicitement ce type de mandat dans sa Stratégie de politique étrangère 2016–2019.


Contact

Information DFAE
Tél. +41 58 462 31 53
info@eda.admin.ch


Editeur:

Conseil fédéral
Département fédéral des affaires étrangères