Promotion de la croissance du secteur privé et création de nouveaux emplois pour les jeunes en Macédoine du Nord

Projet terminé
Biljana, co-fondatrice de «The Good Earth», tient un panier de fruits et légumes bio.
Biljana, co-fondatrice de «The good Earth», coopérative de consommation biologique. © DDC

La Macédoine du Nord connaît un taux de chômage particulièrement élevé, notamment chez les jeunes et les femmes. Une part importante de la population se trouve par ailleurs en situation de pauvreté. Dans ce contexte, la Suisse s’engage à développer la croissance des entreprises et à améliorer la qualité des produits et des services en renforçant les PME dans certains secteurs.

Pays/région Thème Période Budget
Macédoine
Emploi & développement économique
Création d'emplois
01.11.2013 - 31.07.2019
CHF 7'500'000

Plus de la moitié des jeunes de Macédoine du Nord était touchée par le chômage en 2013 tandis que la pauvreté restait élevée. Malgré différentes stratégies de lutte mises en place par le gouvernement, les résultats apparaissent comme très timides. Les bas salaires, les faibles perspectives de carrières ainsi que le manque de confiance en l’avenir favorisent la fuite des cerveaux, phénomène qui touche près d’un tiers des jeunes diplômés. 

Dans la lignée du programme gouvernemental, la DDC vise à redynamiser l’économie de la Macédoine du Nord. Travaillant sur les causes qui empêchent la création de postes de travail, elle soutient un projet qui tend à assurer la croissance durable des entreprises, et indirectement à favoriser l’employabilité.

Soutien à certains secteurs spécifiques 

En se focalisant sur certains secteurs spécifiques, la DDC vise à établir une meilleure coopération et coordination des différentes parties prenantes. Elle facilite l’accès des entreprises à différents savoirs, compétences et technologies et met en place des formations continues pour que les aptitudes des travailleurs répondent aux besoins du marché du travail. L’amélioration des conditions-cadres pour les entreprises ainsi que l’encouragement de la demande pour les produits et services locaux font également partie des activités mises en œuvre par le projet. Les PME dans les trois secteurs de l’agriculture organique, du tourisme ainsi que des technologies de l’information et de la communication bénéficieront ainsi d’un meilleur soutien technique et de meilleures pratiques professionnelles. Le projet portera également une attention particulière à l’inclusion des jeunes et des femmes. 

Technologies de l’information et de la communication et agriculture organique 

Dans le secteur des technologies de l’information et de la communication, le gouvernement tend à développer des opportunités pour les prestataires locaux de services en ligne, comme par exemple l’administration ou la santé. Cela implique une main d’œuvre qualifiée. Aussi, le projet intervient principalement pour former des travailleurs, notamment des jeunes, selon les besoins du marché et aider les entreprises locales à faire leur entrée dans l’économie.

Quant au secteur de l’agriculture organique, il s’agit de renforcer ce marché de niche grâce à des activités de promotion ou de soutien technique. A Skopje, la capitale, le «bio» est justement tendance depuis peu, selon les groupes des consommateurs locaux. 

Suzanna Dimitrievska, agricultrice, s’est lancée dans l’aventure du bio. Grâce à l’aide qui lui a été fournie, elle a pu trouver des graines de qualité et de bons conseils pour sa plantation de haricots. Aujourd’hui, elle espère les exporter jusqu’en Suisse, s’ils sont conformes aux standards requis. En outre, elle peut désormais partager son expérience et ses connaissances auprès des autres paysans de la région.   

Tourisme 

Afin d’attirer un plus grand nombre de visiteurs, le projet a pour but d’exploiter le patrimoine et l’héritage culturel du pays en développant l’offre et la prestation de services et en facilitant les liens entre les hôtels, les services touristiques, les municipalités et les agences. Les diverses activités du projet sont concentrées dans les trois destinations touristiques que sont Mavrovo, Ohrid et Krushrevo. Comme la saisonnalité influence l’offre de ces destinations, les entreprises sont encouragées et soutenues afin de proposer des formules en marge de la  haute saison.

Le projet de la DDC accompagne la stratégie du gouvernement qui vise à augmenter le nombre d’emplois dans le secteur du tourisme. D’ici avril 2019, le projet devrait également permettre aux entreprises sélectionnées de générer 15 millions CHF supplémentaires de chiffre d’affaire.