La coopération suisse au développement très bien notée par l’OCDE

Berne, Communiqué de presse, 11.02.2014

Dans son examen portant sur la Suisse, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) relève la qualité et l’efficacité de la coopération internationalede la Suisse. Elle met particulièrement en exergue l’augmentation de l’aide publique au développement, portée à 0,5 % du revenu national brut, ainsi que la nouvelle stratégie commune adoptée par la DDC et le SECO pour la période 2013-2016 en matière de coopération internationale.

Le président du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE, Erik Solheim, a salué le 11 février 2014 à Berne les progrès accomplis par la Suisse depuis le dernier examen mené en 2009. Selon l’OCDE, la décision du Parlement suisse de porter l’aide publique au développement à 0,5 % du revenu national brut d’ici à 2015 constitue un résultat majeur en période de crise financière internationale. A cela s’ajoute que la Suisse a renforcé l’orientation stratégique et la cohérence de son action en matière de coopération internationale (coopération économique et technique, l’aide à la transition, l’aide humanitaire). En effet, dans le message concernant la coopération internationale 2013-2016, elle a intégré les activités en la matière dans une stratégie commune de la Direction du développement et de la coopération (DDC) et du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO).

En mettant davantage l’accent sur la réduction de la pauvreté et l’atténuation des risques globaux, en renforçant son engagement dans les contextes fragiles et en resserrant sa coopération avec le secteur privé, la Suisse répond aux mutations du contexte mondial, d’après l’OCDE. D’une manière générale, le Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE arrive à la conclusion que la coopération internationale de la Suisse, comparée à celle de ses 29 membres, obtient de très bons résultats.

Le CAD apprécierait  que la Suisse assume davantage un rôle de chef de file au niveau international, a indiqué son président Erik Solheim lors de la conférence de presse tenue aujourd’hui à Berne, au cours de laquelle le rapport d’examen de la Suisse a été présenté. « Forte d’une vaste expérience, la Suisse est bien placée pour jouer un rôle moteur de premier plan dans la coopération internationale au développement. »

Dans le même temps, l’organisation installée à Paris estime que des efforts s’imposent pour mieux concilier les objectifs de la politique du développement et ceux qui relèvent d’autres domaines comme les politiques en matière de migration, d’agriculture ou d’environnement. L’OCDE reconnaît les efforts déployés par la Suisse en la matière, saluant notamment la publication d’un rapport du Conseil fédéral sur la question des matières premières qui préconise des mesures concrètes. Elle recommande toutefois de renforcer les activités d’analyse et de compte-rendu concernant l’influence des politiques nationales et internationales sur les pays en développement.

Coopération efficace entre la DDC et le SECO

Les deux acteurs suisses de la coopération au développement, la DDC et le SECO, présentent une bonne complémentarité, selon l’OCDE, et coopèrent efficacement. Cette conclusion a été corroborée par les résultats des visites effectuées par l’OCDE sur le terrain, au Kirghizistan et au Burkina Faso. Le fait que la Suisse regroupe sous un même toit l’aide humanitaire et la coopération au développement contribue, d’après l’OCDE, à créer des synergies entre ces deux instruments. Pour l’OCDE, une telle coopération fait figure d’exemple au niveau international.

Le directeur de la DDC Martin Dahinden s’est exprimé favorablement sur le nouveau rapport : « L’examen par les pairs de l’OCDE confirme que la Suisse contribue efficacement au développement dans le monde, grâce à la cohérence de sa stratégie. Il s’avère que la réorientation engagée ces dernières années apporte les bonnes réponses aux défis globaux, ce qui a suscité des échos favorables, y compris au niveau international », a-t-il relevé à la conférence de presse.

« En tant qu’organisations apprenantes, nous cherchons à améliorer nos programmes en permanence. Le dernier rapport de l’OCDE prouve que nous sommes sur la bonne voie : nos projets prennent appui sur les compétences respectives de la DDC et du SECO et s’adaptent aux besoins essentiels de nos pays partenaires », a précisé Beatrice Maser Mallor, cheffe du centre de prestations Coopération et développement économiques du SECO.

Examen par les pairs de l’OCDE

Dans le cadre d’un examen par les pairs mené tous les quatre ou cinq ans, le Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE évalue la qualité et le volume de la coopération internationale de ses 29 membres. Les recommandations formulées à cette occasion permettent à un pays membre d’améliorer encore ses activités de coopération au développement.

Pour plus d’informations :

Information DFAE, +41 (0)31 322 31 53
SECO : Nicole Müller, +41 (0)31 324 09 10


Informations complémentaires

Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et Comité d’aide au développement (CAD)


Contact

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
Fax: +41 58 464 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères
Département fédéral de l