Droits de l’homme dans le cadre des Nations Unies

Salle de conférence du Palais des Nations, ONU, Genève
Salle de conférence du Palais des Nations accueillant un grand nombre d'acteurs internationaux, ONU, Genève. © DFAE, Présence Suisse

La section des droits de l’homme de la Mission Genève promeut et défend les intérêts de la Suisse au sein du Conseil des droits de l’homme et de ses mécanismes subsidiaires. La section travaille étroitement avec les autres Etats, le Haut-Commissariat aux droits de l’homme et les représentants de la société civile.

Conseil des droits de l’homme

A travers la section des droits de l’homme de la Mission Genève, la Suisse participe activement aux travaux du Conseil des droits de l’homme. Cet organe intergouvernemental, basé à Genève, est principalement en charge de la promotion et de la protection des droits de l’homme au sein des Nations Unies. Composé de 47 membres, il se réunit en session ordinaire dix semaines par an. Lorsqu’il le juge nécessaire, le Conseil peut également se réunir de manière extraordinaire pour traiter de situations urgentes impliquant des violations de droits de l’homme. Le reste de l’année est consacré aux groupes de travail établis par le Conseil des droits de l’homme sur une multitude de thématiques. Un de ces groupes de travail est consacré à l’Examen périodique universel. Ce mécanisme novateur examine régulièrement la situation des droits de l’homme de tous les Etats et émet des recommandations afin de les encourager à mieux protéger et respecter les droits de l’homme sur leur territoire.

Initiatives diplomatiques et négociations

Au sein du Conseil des droits de l’homme, la Suisse développe des initiatives diplomatiques sur des thèmes prioritaires de sa politique étrangère, tels que la peine de mort, la justice transitionnelle, la promotion et la protection des droits de l’homme dans le contexte de manifestations pacifiques, ainsi que le droit à la vie privée à l’ère du numérique. La Suisse participe également activement aux négociations sur divers thèmes et situations de droits de l’homme qui font l’objet d’initiatives menées par d’autres Etats et qui sont jugées prioritaires pour la Suisse.

La Suisse s’est beaucoup investie lors de la création du Conseil des droits de l’homme en 2006. Elle continue à s’engager au quotidien pour que le Conseil demeure un organe efficace et pertinent afin de lutter contre les violations de droits de l’homme. La Suisse a été vice-présidente du Conseil des droits de l’homme en 2006 et en 2013.  A partir de janvier 2016 et jusqu’à fin 2018, elle exercera son troisième mandat de membre du Conseil.

Haut-Commissaire aux droits de l’homme

Le Haut-Commissaire aux droits de l’homme et son Bureau, tous deux basés à Genève, sont également des partenaires stratégiques de la Suisse. Parmi ses diverses tâches, le bureau du Haut-Commissariat des droits de l’homme agit comme Secrétariat du Conseil des droits de l’homme. La Suisse soutient le Haut-Commissariat aux droits de l’homme financièrement et politiquement et défend fermement son indépendance. Elle est en faveur d’un financement renforcé du «pilier droits de l’homme» de l’ONU. Ce financement permettrait de donner plus d’importance à ce domaine face aux autres piliers de l’ONU que sont les secteurs «paix et sécurité» et «développement».

Organisations non-gouvernementales

La Suisse attache beaucoup de valeur au travail des organisations non-gouvernementales actives dans les droits de l’homme. Elle soutient la participation de la société civile aux travaux du Conseil des droits de l’homme et défend l’espace qui permet aux représentants de la société civile de pleinement contribuer aux travaux du Conseil. La Suisse participe ainsi activement aux initiatives visant à lutter contre toute forme de représailles commises par les représentants d’Etats à l’égard des défenseurs des droits de l’homme en raison de leur participation aux travaux du Conseil des droits de l’homme et ses divers mécanismes.