Relations bilatérales Suisse–Cameroun

Les relations entre le Cameroun et la Suisse sont empreintes d'amitié et de coopération mutuelles. On observe un regain d’intérêt pour dynamiser les relations bilatérales, notamment dans le domaine de la migration.

Points clés des relations diplomatiques

Les questions liées à la migration constituent un objet important de la coopération bilatérale; il y a une concertation efficace entre les deux gouvernements.

Membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), les deux Etats plurilingues ont l’avantage d’avoir le français en partage. Cette collaboration a eu un impact concret dans le domaine de la recherche et de la formation grâce à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Coopération dans le domaine de l'éducation et de la formation

D'étroits liens de coopération se sont tissés entre des institutions académiques suisses et camerounaises à Yaoundé. Une coopération intense s’est développée entre Polytech Yaoundé 1 et l’EPFL, notamment par le lancement de deux programmes de cours en ligne ouverts (Massive Open Online Course, MOOC) ainsi que de CURES, un centre conjoint de recherche sur la production d’électricité venant de sources renouvelables.

Les chercheurs et artistes du Cameroun peuvent déposer leur dossier de candidature auprès du Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) pour obtenir des bourses d’excellence de la Confédération suisse.

Bourses d’études universitaires de la Confédération suisse

Coopération au développement

Le Cameroun ne figure pas parmi les pays prioritaires de la coopération bilatérale suisse au développement. La Suisse continue néanmoins à soutenir des projets ciblés d'organisations non gouvernementales dans les domaines de la création d'employ, de l'agriculture, de la culture et de la promotion des droits de l'homme et de la promotion des femmes.

Une coopération décentralisée s'est mise en place notamment au travers de la coopération des Cantons du Jura et de Genève, deux cantons de la Confédération suisse surtout actifs dans le développement des zones rurales. Des représentants d’églises et de diverses ONG suisses sont également actifs sur le terrain, témoignant d’une société civile solidaire, active et entreprenante.

Les Suissesses et les Suisses au Cameroun

En 2017, 319 Suissesses et Suisses étaient enregistrés auprès de l'Ambassade de Suisse au Cameroun.

Historique des relations bilatérales

La Suisse est présente au Cameroun depuis la fin du XIXe siècle avec des membres de la Mission de Bâle et d’autres communautés religieuses, actives notamment dans le secteur éducatif.

A partir de 1960, la stabilité politique du jeune pays et le développement des activités commerciales, en rapport notamment avec le cacao, contribuèrent à une augmentation de la présence suisse au Cameroun. La communauté suisse, qui comptait environ 250 membres en 1960, dépassa le demi-millier de personnes en 1970.

Au début des années 1980, le Conseil fédéral approuva deux crédits mixtes, contribuant à intensifier les échanges commerciaux. Des entreprises suisses ont par la suite renforcé leur présence, notamment dans la chimie, l'alimentation, la construction, la logistique et les machines.

Le désengagement de la Confédération dans le domaine de la coopération technique avec le Cameroun et les crises économiques qui se sont succédé jusqu'à la fin du siècle passé, ont freiné les échanges et réduit ensuite le nombre de Suisses dans le pays.
A partir 1989, les dettes de ce pays ont été rééchelonnées dans le cadre du Club de Paris.

Un consulat a été ouvert à Douala en 1962 et a été transformé en ambassade en 1967. Deux ans plus tard, en 1969, la représentation officielle suisse déménagea dans la capitale Yaoundé. Un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire résident fut nommé en 1982. Après avoir été fermée entre 1996 et 2007 et remplacée par un consulat général - l’ambassade est dirigée depuis lors par un ambassadeur sur place, à l’instar de l’Ambassade du Cameroun en Suisse, située à Berne.

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, cheffe du Département fédéral de justice et police, et occupant alors le poste de vice-présidente du Conseil fédéral, a effectué une visite officielle au Cameroun du 26 au 29 septembre 2014. A cette occasion, deux accords ont été signés dans le domaine de la migration.

Entrée dans le Dictionnaire historique de la Suisse