Intégration de la santé mentale dans les soins de santé primaire au Burundi


L’intégration de la santé mentale dans les services de santé primaire du Burundi vise à renforcer le système de prise en charge des personnes atteintes de maladies mentales post traumatiques. La Suisse est un partenaire important du Burundi qui a un intérêt à contribuer à mettre fin au cycle de violences qui trouvent leur origine en partie dans des traumatismes vécus mais non traités. Le programme appuie les institutions nationales concernées, le système de formation spécialisée et vise l’amélioration du cadre législatif en santé mentale.

Pays/région Thème Période Budget
Burundi
Santé
Formation professionelle
Renforcement des systèmes de santé
Formation professionnelle
Services médicaux
01.01.2019 - 31.12.2030
CHF 12'000'000
Contexte

Depuis de nombreuses années, le Burundi est caractérisé par des conflits aux origines diverses.

L’impunité et l’absence de reconnaissance et de réparation pour les victimes contribuent à attiser le ressentiment et l’esprit de vengeance. La pauvreté, l’absence d’emploi ainsi que les crises violentes à grande échelle ont entraîné des traumatismes psychiques et des séquelles mentales énormes, dont les répercussions font apparaître au quotidien des réflexes de violences, sources de nouveaux conflits.

Le programme d’« Intégration de la santé mentale dans les soins de santé primaire au Burundi » de 2019 à 2030 (3 phases de 4 ans) s’attaque aux sources et conséquences profondes du conflit et vise à contribuer à mettre fin au cycle de violences qui trouvent leur origine en partie dans des traumatismes vécus, mais non traités. Il a pour finalité de participer à l’établissement d’une société burundaise plus paisible et prospère.

Le programme est centré sur trois volets : traitement clinique et communautaire (contribution), formation (mandat), études (gestion directe du Buco). Il vise à intégrer les soins de santé mentale à tous les niveaux de la pyramide sanitaire dans les 4 provinces d’intervention du partenaire principal, et à susciter la demande des soins par des sensibilisations. L’offre en santé mentale sera également renforcée par le biais d’un système de formation adéquat, un pool de prestataires formés et un cadre législatif adéquat. Le but poursuivi est une prise en charge clinique et communautaire des maladies mentales post traumatiques, dans les structures tant publiques que privées, au niveau central et décentralisé. Il vise aussi à réduire la discrimination dont sont victimes les malades. Les bénéficiaires directs de ce programme sont les personnes souffrant de troubles mentaux, mais également leur famille et communauté.

Le programme de santé mentale s’inscrit parfaitement dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et ses objectifs (ODD) ainsi que dans les stratégies de coopération de la Suisse et de développement du Burundi.

La santé mentale constitue une niche pour la Suisse qui a développé une expertise par le biais de plusieurs de ses programmes dans le monde et en particulier dans l’appui au système de santé mentale du Rwanda. En plus de sa bonne connaissance de la région, la Suisse jouit de la confiance du Gouvernement du Burundi grâce à l’efficacité et la pertinence reconnues de ses engagements, ainsi que de sa position politique différentiée des autres donateurs traditionnels. Son approche systémique et dans la durée constitue également un avantage comparatif.

Direction/office fédéral responsable DDC
Crédit Coopération au développement
Partenaire de projet Partenaire contractuel
Organisation non gouvernementale internationale ou étrangère


Budget Phase en cours Budget de la Suisse CHF   12'000'000 Budget suisse déjà attribué CHF   0