Relations bilatérales Suisse–Ghana

La Suisse et le Ghana entretiennent de longue date de bonnes relations, basées sur des échanges fructueux pour les deux parties. Les points forts de ces relations sont le commerce (métaux précieux et cacao en particulier) et la coopération économique.

Points clés des relations diplomatiques


En 2017, la présidente de la Confédération en exercice Doris Leuthard s’est rendue au Ghana dans le cadre d’une visite d’État où elle a rencontré le président Nana Akufo-Addo. Ce dernier s’était entretenu plus tôt dans l’année avec le conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann lors du Africa CEO Forum à Genève. L’ancienne ministre des affaires étrangères, Hanna Tetteh, est venue à Berne en 2015 pour des entretiens officiels. En 2010, le président ghanéen John Evans Atta Mills a été reçu en Suisse pour une visite officielle. En 2007, la présidente de la Confédération en exercice, Micheline Calmy-Rey, a effectué une visite d’État au Ghana.

L’ambassade de Suisse soutient le Ghana par des projets en matière de bonne gouvernance et de prévention des conflits. Elle manifeste ainsi son appréciation de la culture démocratique du Ghana et le rôle de premier plan que joue le pays dans ce domaine.

La Suisse et le Ghana ont conclu une série d’accords bilatéraux sur la promotion et la protection réciproque des investissements (1991), en vue d’éviter les doubles impositions en matière d’impôts sur le revenu, sur la fortune et sur les gains en capital (juillet 2008), sur les services aériens réguliers, ainsi que sur les droits de propriété intellectuelle (août 2010). Un mémoire d’entente formalisant la tenue de consultations politiques annuelles a été conclu en 2015.

Banque de données des traités internationaux

Coopération économique

Le Ghana est le premier partenaire commercial de la Suisse en Afrique subsaharienne. En 2016, le volume des échanges entre la Suisse et le Ghana s’est élevé à 2,38 milliards CHF (importations en Suisse: 2,31 milliards CHF; exportations: 34,2 millions CHF). La Suisse importe de l’or du Ghana, pour un montant de 2,3 milliard CHF. Dans ce contexte, elle s’engage en faveur d’un meilleur respect des droits de l’homme au Ghana dans le domaine de l’extraction des matières premières. Le Ghana est par ailleurs le principal fournisseur de fèves de cacao de la Suisse et son deuxième fournisseur d’ananas.

Les exportations suisses vers le Ghana consistent principalement en produits pharmaceutiques, en machines destinées en particulier à la transformation des produits alimentaires (céréales, cacao, chocolat) et en produits de beauté.

Soutien commercial Switzerland Global Enterpirse

Coopération en matière d’éducation, de recherche et d’innovation

Des étudiants ghanéens peuvent bénéficier des MOOC (Massive Open Online Courses) de l’École polytechnique fédérale de Lausanne. En 2016, 4000 étudiants s’y étaient inscrits.

Les chercheurs et artistes du Ghana peuvent déposer leur dossier de candidature auprès du Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) pour obtenir des bourses d’excellence de la Confédération suisse.

Bourses d’excellence de la Confédération suisse pour chercheurs et artistes étrangers, SEFRI

Promotion de la paix et sécurité humaine

La Suisse est l’un des trois principaux sponsors du «Kofi Annan International Peacekeeping Training Centre» (KAIPTC) à Teshie (Accra). Plusieurs membres de l’Armée suisse enseignent au KAIPTC depuis 2006plus d’une décennie. Par son soutien, la Suisse aide le KAIPTC à assumer sa fonction de centre de compétence en matière de promotion civile et militaire de la paix. Le centre fait de la recherche et offre des programmes de formation. Depuis 2003, il a réalisé plus de 170 cours dans les domaines les plus divers du maintien de la paix.

Kofi Annan International Peacekeeping Training Centre (en)

Coopération au développement

Depuis 2010, le Ghana est considéré comme pays à revenu moyen («middle income country»). Il est l’un des pays prioritaires de la coopération économique du Secrétariat d’État à l’économie (SECO). Le soutien du SECO a pour but de contribuer à la croissance durable de l’économie et à la lutte contre la pauvreté. Les activités du SECO se concentrent sur les points suivants: intégrer l’économie ghanéenne dans les marchés mondiaux et l’aider à exploiter les chances de la mondialisation tout en en minimisant les effets négatifs.

La coopération se concentre sur les domaines suivants:

  • macroéconomie: aides budgétaires générales et assistance technique pour l’administration des finances publiques
  • secteur privé: amélioration du climat des affaires et des investissements, introduction de formes novatrices de financement
  • promotion du commerce: élaboration de conditions-cadres pour le commerce et renforcement de la chaîne de création de valeur pour les biens exportables
  • infrastructures: introduction de mesures pour améliorer le rendement du premier fournisseur public d’électricité au Ghana et étendre la portée du réseau électrique aux régions pauvres défavorisées

SECO: Coopération et Développement économiques

Les Suissesses et les Suisses au Ghana

Fin 2016, 435 ressortissants suisses vivaient au Ghana.

Historique des relations bilatérales

La Suisse reconnaît la République du Ghana depuis le 6 mars 1957, jour de l’indépendance ghanéenne. Les deux pays ont établi leurs relations diplomatiques en 1960.

La présence suisse au Ghana remonte cependant à beaucoup plus loin. Dès 1828, en effet, des missionnaires suisses de la Mission de Bâle s’étaient établis sur ce qui était alors la Côte d’Or. Le travail de la Mission de Bâle se poursuit aujourd’hui dans l’Église presbytérienne du Ghana, ses écoles et ses hôpitaux. Ce sont aussi les missionnaires qui ont apporté la culture du cacao au Ghana. Actuellement, la Suisse importe 47% de ses besoins en cacao du Ghana.

Ghana, dictionnaire historique de la Suisse