Alliance publique-privée en faveur d’un projet de formation en Serbie


Dans une grande pièce, cinq femmes sont assises l’une derrière l’autre derrière des machines à coudre et cousent.
Grâce à un projet pilote de la DDC, de jeunes Serbes recoivent une formation qui augmente considérablement leurs chances de recrutement. © SCO Serbia

La crise économique a affaibli la compétitivité de la Serbie. Les entreprises manquent de personnel qualifié, malgré un taux de chômage élevé parmi les jeunes. Un projet de la DDC fondé sur une approche inclusive résout ces deux problèmes dans un secteur économique très prometteur. 

Pays/région Thème Période Budget
Serbie
Emploi & développement économique
No Theme defined
Développement de petites et moyennes entreprises
Création d'emplois
01.10.2014 - 31.07.2022
CHF 5'530'000

Problèmes de coopération

Après l’ouverture de son marché, la Serbie a connu une économie florissante. L’instabilité de la croissance des années 1990 est toutefois devenue manifeste durant la crise économique de 2007, où elle s'est stoppée net. Depuis lors, l’économie serbe n’est pas parvenue à renouer avec la croissance. 

Ce sont avant tout les régions rurales et les jeunes qui subissent les effets de ce marasme économique. En 2017, le taux de chômage des jeunes atteignait 40%, un niveau très élevé en comparaison internationale (estimé à 12,6%). Ce taux inquiétant ne s’explique pas seulement par le manque d’emplois, mais aussi par le fait que les qualifications d’un grand nombre de jeunes intégrant le marché du travail ne sont pas en adéquation avec les besoins de l’économie. 

À l’inverse, nombre d’employeurs ne parviennent pas à trouver dans le pays le personnel qualifié dont ils ont besoin, ce qui les empêche de contribuer à la croissance économique. 

Cette situation problématique est notamment due au fait que le système de formation ne permet pas aux jeunes d'acquérir les compétences recherchées par le secteur privé. Mais l’origine du problème se trouve ailleurs: le manque de collaboration entre le secteur privé et le secteur public fait obstacle à toute perspective de changement. 

Le projet «South Serbia Private Sector Development» de la DDC mise sur une approche inclusive: il vise, d'une part, à induire des changements dans le secteur très prometteur de l'industrie de l’ameublement et du bois et, d'autre part, à résoudre le problème de fond, en instaurant une relation de confiance entre les secteurs privé et public. En Serbie, cette confiance a jusque-là toujours fait défaut: sous l’ère socialiste, l’organisation relevait de la compétence exclusive de l’État et le nouveau secteur privé n’a pas réussi depuis lors à construire une relation de confiance avec le secteur public.

Approche poursuivie par la DDC

Le projet de la DDC a mis l’accent sur le secteur de l'ameublement et du bois, qui représente le troisième secteur économique le plus important de la Serbie en termes de PIB, juste après l’agriculture et le secteur alimentaire. Ce choix a été motivé par la forte demande, dans ce secteur, de personnes jeunes et par sa grande sécurité de l’emploi. Pour autant qu’elle dispose de suffisamment de personnel qualifié, cette industrie est en mesure de croître et de renforcer l’économie dans son ensemble. 

La DDC collabore avec les écoles, les entreprises et le gouvernement pour élaborer un programme d'études permettant de former du personnel qualifié pour ce secteur de l’industrie. Ce projet permet non seulement aux entreprises de trouver des travailleurs qualifiés, mais aussi aux jeunes qui terminent leur formation de trouver un emploi attrayant et sûr. L’accent ne porte toutefois pas sur le plan d’études en soi, mais sur le processus d’élaboration, qu’il conviendra ensuite de transposer à d’autres secteurs.

Mise en œuvre à Užice

Le projet visait à mettre au point un programme de formation adapté aux besoins de la Serbie, en associant le secteur privé et le secteur public à son élaboration. Le choix de la région d’Užice comme région pilote du projet «South Serbia Private Sector Development» s'est imposé naturellement: une étude préliminaire a montré que les acteurs d’Uzice étaient ouverts, motivés et prêts à s’engager sur la voie du changement et qu'ils disposaient des capacités requises. 

Sept entreprises et une haute école technique de la région ont participé au programme, dans le cadre duquel elles ont élaboré conjointement des plans d'études pour les différents profils professionnels de l’industrie de l’ameublement et du bois. Ces plans ont ensuite été testés et adaptés. Au terme de cette étape, le groupe de travail a pris contact avec des représentants du gouvernement. Résultat: grâce au climat de confiance réciproque qui s’est instauré entre les parties, les plans d’études ont été approuvés et déclarés applicables à l’ensemble de la Serbie. Le premier cursus a débuté en 2016 et en 2017 déjà, des entreprises et des étudiants témoignaient de leur expérience positive à cet égard.

Quel avenir?

Les ambitions en matière de formation sont élevées: les industries métallurgique et textile sont en train de mettre sur pied leurs propres groupes de travail et quatre nouveaux plans d’études axés sur la pratique ont été élaborés à ce jour. Un nouveau projet de loi visant à associer activement le secteur privé au développement de plans d’études a en outre été élaboré par le gouvernement. 

Les prochaines étapes du projet «South Serbia Private Sector Development» viseront avant tout à soutenir les processus mis en place et à asseoir la confiance entre acteurs publics et privés.