El Niño: aider les populations du Lesotho à surmonter l’épreuve climatique

Projet terminé
Altext : Deux experts et un agriculteur locaux dans un champ de maïs ravagé par la sécheresse.
Au Lesotho, beaucoup d’agriculteurs n’ont pu que constater les dégâts provoqués par la sécheresse apportée par El Niño. © WFP ©

Pour les pays de l’Afrique australe, El Niño est synonyme d’une catastrophe climatique sans précédent. La sécheresse a détruit des millions d’hectares de terres arables et ce sont les habitants de toute une région qui sont menacés par l’insécurité alimentaire. Le Lesotho fut le premier pays à tirer la sonnette d’alarme. La DDC a débloqué un million de francs pour soutenir les opérations du Programme alimentaire mondial des Nations Unies qui reçoit également l’appui d’experts suisses. 

Pays/région Thème Période Budget
Lesotho
Aide alimentaire d'urgence
01.07.2016 - 31.12.2016
CHF 1'000'000

Depuis la fin de l’année 2015, plusieurs pays sont durement touchés par le phénomène climatique El Niño, à l’image des Etats de l’Afrique australe. Toute la région connaît d’importantes sécheresses qui ont détruit des millions d’hectares de terres arables. Résultat: la production agricole a chuté et des millions de personnes sont confrontées à une situation d’insécurité alimentaire.  

En décembre 2015, le gouvernement du Lesotho a été le premier de la région à déclarer l’état d’urgence. Ce petit pays de plus de deux millions d’habitants connaissait déjà de grandes difficultés puisque le niveau des pluies était au plus bas depuis 2013. Avec la baisse du niveau de production local, les prix des denrées alimentaires ont augmenté  jusqu’à 60%. Les fruits et légumes importés sont devenus inaccessibles pour plus de la moitié de la population qui vit en-dessous du seuil de pauvreté. Avec l’arrivée d’El Niño, ce sont plus de 700'000 habitants du Lesotho qui sont confrontés à  l’insécurité alimentaire et près de la moitié d’entre eux requièrent une aide d’urgence.     

Une réponse dans l’immédiat et en prévision des futurs chocs

Pour répondre à cette crise sans précédent et éviter le risque de famine, la DDC a débloqué un million de francs pour soutenir les opérations du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) au Lesotho. L’agence onusienne s’engage sur deux fronts: l’assistance d’urgence pour pallier aux besoins les plus pressants et l’adoption de mesures pour renforcer la résilience des populations face aux futurs chocs.

L’aide immédiate est assurée à travers la distribution de nourritures ou de liquidités. Pour la seconde option, le PAM distribue 60 dollars par mois et par ménage. Ce montant est déterminé sur la base d’une analyse de marché et il permet aux familles de se nourrir selon leurs habitudes alimentaires.  Depuis mars 2016, 21’000 personnes ont bénéficié de cette assistance immédiate en liquidités à Mohale’s Hoek et Mafeteng, deux districts du Lesotho gravement affectés par la sécheresse.

Parallèlement, le PAM a initié un programme  visant à redonner une activité rémunérée aux agriculteurs qui ont perdu leurs récoltes et ne peuvent plus travailler leur terre. L’objectif  est de les associer à la construction de petits barrages hydrauliques, de systèmes d’irrigation ou d’autres installations qui leur permettront de surmonter les futurs chocs climatiques.

La réponse à El Niño s’inscrit dans le cadre d’un engagement bien plus large du PAM au Lesotho. Depuis 2013, l’agence onusienne travaille aux côtés du gouvernement pour assurer la nutrition des écoliers du niveau pré-primaire et primaire. Elle fournit également une aide alimentaire aux populations particulièrement vulnérables comme les porteurs du virus HIV/SIDA (le pays compte un taux de prévalence à 25%, soit l’un des plus élevé au monde).