L’expertise suisse au service de la sécurité routière en Pologne

Projet terminé
Une policière polonaise contrôle les papiers d’un automobiliste.
Depuis 2012, la Pologne a réduit de 17% le nombre de décès dûs aux accidents de la route, notamment grâce au projet suisse. © Andrzej Mitura, police nationale de Varsovie ©

Grâce au projet Road Safety, la Suisse a contribué à une amélioration de la sécurité routière en Pologne. L’échange de connaissances et la modernisation de l’infrastructure ont permis de réduire le nombre de morts sur les routes polonaises. Le modèle suisse d'aide aux victimes a par ailleurs servi de base à la révision de la loi sur la circulation routière. 

Pays/région Thème Période Budget
Pologne
Accroître la sécurité publique
Sécurité des frontières
01.06.2012 - 31.10.2016
CHF 3'927'902

Remarque : les textes de toutes les rubriques, à l’exception des résultats obtenus, décrivent la situation avant le début du projet.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les accidents de la circulation représentent, à l'échelle planétaire, la 10e cause de décès. Ils constituent même la plus fréquente chez les enfants et les jeunes. Les routes de Pologne ont longtemps été parmi les plus dangereuses en Europe. Depuis l’adhésion de la Pologne à l’UE en 2004, le trafic a fortement augmenté mais, parallèlement, l’infrastructure a connu peu d’améliorations. Selon les statistiques de l’UE, en 2012, l’année où le projet a été lancé, 3600 personnes sont mortes suite à un accident de la circulation, ce qui correspond à 93 décès pour un million d’habitants. À titre de comparaison, en Suisse, l’Office fédéral des routes avance un chiffre de 42 personnes par million d’habitants pour la même année, soit moins de la moitié qu’en Pologne. Forte de son expérience dans le domaine de la sécurité routière, la Suisse aide ce pays à réduire le nombre élevé de morts et de blessés victimes d’accidents de la circulation sur son territoire. 

Le projet «Road Safety», financé dans le cadre de la contribution à l’élargissement, a pour but d’améliorer la sécurité routière en Pologne. L’échange d’expériences intensif entre de hauts fonctionnaires suisses et polonais a joué un rôle important à cet égard, la Suisse faisant profiter son partenaire de sa longue expérience et de ses méthodes éprouvées, dans l’objectif de réduire le nombre d’accidents. Le projet a ciblé les piétons, en particulier les personnes âgées et les enfants, ainsi que les motocyclistes, groupes de personnes les plus exposés aux risques liés à la circulation. 

Une baisse notable du nombre de blessés sur la route

Pour atteindre son objectif, la Suisse a réalisé différentes activités en collaboration avec ses partenaires polonais. Ainsi, douze véhicules banalisés et du matériel de contrôle moderne ont été remis à la police routière locale. Il s'agit de véhicules civils disposant d’équipements spéciaux, dont des radars pour le contrôle de vitesse, ce qui permet d’identifier et de confondre les usagers de la route coupables d’excès de vitesse. Ce type de contrôle à bord de véhicules banalisés est une nouveauté pour la Pologne. Par ailleurs, des mesures de modération du trafic dans sept districts des voïvodies de Petite-Pologne, Lublin et Mazovie ont permis de renforcer la sécurité routière.

Outre ces améliorations de l’infrastructure, 650 agents de circulation ont été formés. Le projet s'est avéré efficace et a engendré une nette baisse du nombre d’accidents impliquant des piétons dans les régions dans lesquelles des activités ont été menées. Assorti d’autres initiatives pour améliorer la sécurité du trafic, le projet a contribué à réduire le nombre de morts sur la route de 3571 en 2012 à 2938 en 2015, soit une baisse de 17%.  

Durcissement des sanctions en cas d’alcoolémie au volant

Outre ces activités, le projet a également eu une influence durable sur la législation polonaise. En 2015, le parlement polonais a adopté la nouvelle loi sur la circulation routière. Celle-ci prévoit une augmentation des amendes d’ordre pour les délits en lien avec la circulation routière ainsi qu’un durcissement des sanctions en cas d’alcoolémie au volant. La Pologne a également mis en place une aide aux victimes conçue sur le modèle suisse. Toute personne qui provoque un accident sous l’influence de l'alcool est désormais tenue par la loi de verser une compensation à la victime, à sa famille ou à un fonds d’aide aux victimes. La révision de la loi a été accueillie favorablement par la population polonaise.

Divers facteurs et événements ont conduit à cette révision législative, notamment le projet suisse «Road Safety», qui a lui aussi joué un rôle non négligeable à cet égard. En décembre 2013, le groupe d’amitié parlementaire Suisse-Pologne a organisé un séminaire au parlement polonais, afin de présenter l’expertise technique suisse en matière de sécurité routière et d’examiner des propositions d’amélioration. La présidente de la Commission parlementaire polonaise de la justice et des droits de l’homme a également participé à ce séminaire. Quelques semaines plus tard, elle a lancé le processus de révision législative au parlement polonais.