Soutien de la Suisse aux opérations du HCR en Irak

Projet terminé
Une enfant et son père près d'une tente du HCR contenant des fruits et des légumes.
Parmi les millions de personnes déplacées en Irak figurent de nombreux enfants. La DDC soutient le HCR qui les protège et leur fournit des services de base. © DDC ©

La situation humanitaire en Irak, pays en proie à un conflit depuis 2003, s'est détériorée depuis la fin de l'année 2013. Le regain de violence entre les groupes armés et les forces gouvernementales a entraîné le déplacement à travers le pays de 3,3 millions de personnes et rendu 10 millions de personnes tributaires d’une aide humanitaire. L’Irak accueille également plus de 250 000 réfugiés syriens qui ont fui les atrocités perpétrées dans leur patrie. Outre l'envoi d'experts suisses, la DDC a débloqué en 2016 1,5 million de francs pour les opérations du HCR en Irak.

Pays/région Période Budget
Iraq
01.01.2016 - 31.12.2016
CHF 1'500'000

Dans le but d'alléger les souffrances de la population touchée en Irak, la DDC soutient plusieurs agences humanitaires au moyen de contributions financières et d'une expertise technique. Le HCR est l'un des principaux partenaires de la Suisse dans ce pays. En 2016, la Suisse a prévu de verser 1,5 million de francs au HCR pour gérer la crise sur place. 

La plupart des déplacés internes et des réfugiés ont trouvé un abri dans le Kurdistan irakien, où la population concernée devrait atteindre plus de 4 millions de personnes en 2016 selon le HCR. «La gestion inappropriée des ressources en eau dans la région est l'un des problèmes majeurs. L'eau est utilisée plus rapidement qu'elle n'est réalimentée», explique Claudia Hungerbühler  du Corps suisse d'aide humanitaire. Cette experte technique en hydrologie soutient le travail du HCR dans quatre camps de réfugiés et 17 camps de déplacés internes dans la région depuis 2013. «Cela a aussi un impact sur les 30 000 réfugiés syriens qui ont été relogés dans le camp «Domiz 1», où nous ne pouvons fournir en moyenne que 50 à 60 litres d'eau par personne et par jour. Or, les réfugiés ont souvent besoin de plus d'eau, surtout durant les mois très chauds de l'été.» A titre de comparaison, une personne vivant en Suisse utilise en moyenne 150 à 200 litres d'eau par jour. 

Des mesures de protection 

En qualité d'experte en hydrologie, Claudia Hungerbühler a pour principale mission de garantir un approvisionnement adéquat en eau, de planifier et de gérer les sites ainsi que de discuter avec la population des camps pour évaluer ses besoins. Mais elle doit également veiller à leur protection. «Lorsque nous installons des toilettes pour les femmes, nous devons nous assurer qu'elles ne soient pas trop isolées et que les portes ne donnent pas sur la route», explique-t-elle en ajoutant que ces mesures se sont révélées efficaces pour diminuer la violence sexuelle et sexiste dans les camps. 

La protection est une priorité pour le HCR en Irak. En plus de l'eau et de l'assainissement, les mesures de protection s'appliquent aussi dans les secteurs de l’abri et dans la distribution des produits non alimentaires. «Bien que la situation en matière de protection soit assez bonne dans les camps, nous devons améliorer la réponse pour les personnes handicapées et les adolescents, lesquels pourraient être confrontés à des risques plus grands, comme le recrutement par des groupes armés et le mariage précoce ou le travail des enfants», précise Jacqueline Parlevliet, conseillère senior en protection du HCR à Erbil, dans le nord de l'Irak. 

Une attention particulière accordée aux enfants 

Récemment, le HCR a mené une campagne contre le mariage des enfants, en soulignant les répercussions négatives de cette pratique sur le développement et le bien-être des jeunes. Par ailleurs, la mauvaise situation économique et l'accès limité à une éducation de qualité conduisent nombre d’entre eux à abandonner l'école. Plusieurs rapports font ainsi état d'une augmentation du travail des enfants, qui les expose à des risques élevés en matière de protection (exploitation, trafic, abus ou violations). 

Par le biais de centres communautaires installés dans les camps, le HCR propose différents services, notamment pour prévenir la violence sexiste et sexuelle et pour y répondre. Les personnes peuvent y recourir plus facilement grâce à un accès discret. «A ce jour, les mesures de protection du HCR ont bénéficié à plus de 1,5 million de personnes», indique Jacqueline Parlevliet. 

Compte tenu des besoins, la Suisse détachera bientôt un autre expert en protection du Corps suisse d'aide humanitaire pour prêter main-forte à l'équipe du HCR dans le nord de l'Irak. 

Des biens de première nécessité 

Outre un soutien financier et technique, la DDC fournit aussi du matériel de première nécessité au HCR en Irak. Avant l'hiver 2014-2015 par exemple, la Suisse avait envoyé des tentes familiales, des radiateurs, des couvertures thermiques et d'autres biens de secours pour les millions de personnes déplacées dans le nord de l'Irak qui devaient se protéger contre les rigueurs hivernales. Deux membres du Corps suisse d'aide humanitaire ont organisé la réception du convoi, dont le poids était de quelque 125 tonnes, avant qu'il ne soit transféré pour distribution au HCR.