Relations bilatérales Suisse-Géorgie

Les relations entre la Suisse et la Géorgie sont excellentes et marquées par de nombreux échanges. Le soutien de la Suisse à la Géorgie se manifeste notamment dans la coopération au développement. La Suisse s'efforce de contribuer à la résolution des conflits régionaux dans le Caucase du Sud.

Points clés des relations diplomatiques

Les relations entre la Suisse et la Géorgie sont bonnes et intenses. Depuis 1991, la Suisse est présente en Géorgie par le biais de la coopération au développement. Dans le cadre des mandats de puissance protectrice, elle représente depuis mars 2009 les intérêts diplomatiques de la Géorgie à Moscou et ceux de la Russie à Tbilissi.

Banque de données des traités internationaux

Coopération économique

Les relations économiques entre la Géorgie et la Suisse sont en développement. La Suisse importe essentiellement des produits issus du secteur primaire et exporte des produits pharmaceutiques, des machines et des montres. Un accord de libre-échange entre l’Association européenne de libre-échange (European Free Trade Association, EFTA) et la Géorgie a été conclu en 2016.

Soutien commercial, Switzerland Global Enterprise

Coopération en matière d’éducation, de recherche et d’innovation

Des accords de coopération ont été signés entre universités suisses et géorgiennes. Depuis 2013, la Suisse soutient en outre la formation professionnelle dans les domaines de l’agriculture et de l’administration publique.

Les chercheurs et les artistes de Géorgie peuvent déposer leur dossier de candidature auprès du Secrétariat d'Etat à la formation, à la recherche et à l'innovation (SEFRI) pour obtenir des bourses d'excellence de la Confédération suisse.

Bourses d’excellence de la Confédération suisse pour chercheurs et artistes étrangers, SEFRI

Promotion de la paix et sécurité humaine

La promotion de la paix est au cœur de l’action de la Suisse dans le Caucase du Sud.

Le 8 août 2008, un conflit armé a éclaté entre la Géorgie et la Russie au sujet de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie, deux régions géorgiennes séparatistes. Les deux pays ont ensuite rompu leurs relations diplomatiques. A la demande de ces deux Etats, la Suisse assume depuis le 5 mars 2009 la représentation des intérêts diplomatiques de la Géorgie à Moscou et de ceux de la Fédération de Russie à Tbilissi.

Grâce à la médiation helvétique, la Russie et la Géorgie ont conclu, le 9 novembre 2011, un accord sur l’administration des douanes. La Suisse, en tant que partie tierce neutre, est impliquée dans la mise en œuvre de cet accord, qui a permis aux deux pays de surmonter leurs différends sur l’adhésion de la Russie à l’OMC.

Dans le cadre de la Stratégie de coopération Caucase du Sud 2017-2020, la Suisse s’efforce également de favoriser l’émergence de solutions pacifiques aux conflits régionaux.

Dans la continuation de sa présidence de l’OSCE en 2014, la Suisse poursuit son engagement dans la région avec la nomination de l’ambassadeur Günther Bächler comme représentant spécial de l'OSCE pour le Caucase du Sud sous les présidences allemande (2016) et autrichienne (2017) de l’organisation. M. Bächler représente l'OSCE aux Discussions de Genève et s’emploie à favoriser le dialogue et le rapprochement entre les pays de la région.

Coopération au développement

Dans le cadre de la stratégie de coopération 2017-2020, la DDC se propose d’améliorer et de diversifier les revenus des groupes de population défavorisés dans les régions rurales. Elle s’efforce d’impliquer les petits paysans dans les chaînes de valeur agricoles et de promouvoir les petites et moyennes entreprises dans le secteur agricole. L’accès à des crédits et l’établissement d’un système de formation professionnelle en agriculture en sont des éléments importants.  La DDC promeut en outre une coopération régionale plus importante dans le domaine du développement économique. Par ailleurs, la DDC est active dans le domaine de la gouvernance locale et des services publics. Elle s’implique également dans la gestion des risques des catastrophes naturelles, avec un accent sur le développement durable des régions rurales et montagneuses. Enfin, la DDC soutient l’échange entre artistes de la région pour promouvoir un débat sur l’avenir et le développement du Sud Caucase.

Caucase du Sud (Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan)

Stratégie de coopération Caucase du Sud 2017–2020 (PDF, Nombre de pages 44, 1.6 MB, Anglais)

Echanges culturels

Malgré l’absence d’un accord bilatéral en la matière, les échanges culturels sont considérables. Les contacts et initiatives privées sont particulièrement riches dans les domaines de la littérature, de la musique, du cinéma et des arts plastiques. L’ambassade de Suisse à Tbilissi soutient activement la scène culturelle géorgienne, notamment dans le contexte de la semaine de la francophonie, de la semaine de la langue italienne et du mois de la langue allemande.

Semaine de la francophonie 

Semaine de la langue italienne (it)

Les Suisses en Géorgie

Fin 2016, 56 ressortissants suisses vivaient en Géorgie.

Historique des relations bilatérales

Au XIXe siècle, de nombreux Suisses vivaient en Géorgie. Certains étaient actifs dans le secteur des matières premières (pétrole, manganèse), d’autres ont exporté leur savoir-faire et ont ainsi contribué au développement de l’économie laitière. Entre 1883 et 1922, la Suisse avait un consulat à Tbilissi.

Après l’effondrement de l’Union soviétique, la Suisse a reconnu l’indépendance de la Géorgie le 23 décembre 1991. L’Aide humanitaire de la Suisse s’est engagée en Géorgie pendant et après les conflits qui ont secoué l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud dans les années 1991 à 1994 et en 2008. Depuis 1996, il existe un bureau de coopération à Tbilissi.

En 1997, la mission permanente de la Géorgie auprès des organisations internationales ayant leur siège à Genève a été élevée au rang d’ambassade bilatérale de Géorgie. L’ouverture d’une ambassade de Suisse à Tbilissi en juin 2001 a permis de renforcer les relations bilatérales entre les deux pays.

Fin 2008, l’UE a mandaté la diplomate suisse Heidi Tagliavini pour diriger une mission d’enquête internationale indépendante sur le conflit en Géorgie (IFFMCG). La commission a enquêté sur les causes du conflit armé et présenté son rapport le 30 septembre 2009.

La Suisse a joué un rôle actif dans la mission d’observation des Nations Unies en Géorgie (MONUG), dont le mandat a pris fin à l’été 2009.

Géorgie, Dictionnaire historique de la Suisse