Politique de l’UE en matière de cohésion et mécanisme de financement de l’EEE

Jeunes en Lettonie
La politique de cohésion promeut le développement durable de régions moins avancées, renforçant ainsi la cohésion au sein de l’Europe. © SECO

Pour l’UE, le renforcement de sa cohésion économique et sociale est primordial. L’UE investit environ un tiers de son budget dans sa politique de cohésion. La Norvège, l’Islande et le Liechtenstein, membres de l’AELE/EEE, versent depuis 2006 une contribution à la cohésion, nettement supérieure à celle de la Suisse.

Pour renforcer la cohésion au sein de l’UE, les États membres de l’UE et de l’AELE/EEE apportent une contribution considérable en vue de réduire les disparités économiques et sociales au sein de l’Europe.

Contribution de l’UE pour le développement durable de l’Europe

La politique de cohésion de l’UE est une politique d’investissement ; elle soutient la création d’emplois, la compétitivité et la croissance économique, l’amélioration de la qualité de vie et le développement durable. Pour atteindre ces objectifs et tenir compte des différents besoins de développement dans toutes les régions de l’UE, 351,8 milliards d’euros, soit près d’un tiers du budget total de l’UE, sont réservés pour la politique de cohésion durant les années 2014 à 2020. La grande majorité de ces fonds se concentrent sur les pays et régions européennes moins développées. Environ deux tiers des fonds vont aux États ayant adhéré à l’UE depuis 2004 (EU-13), qui financent ainsi jusqu’à 80 % de leurs investissements publics. La contribution à l’élargissement de la Suisse, qui s’élève en moyenne à 130 millions de francs par an, correspond à moins de 0,5 % des investissements annuels de l’UE dans l’UE-13.

Il ressort d’une expertise indépendante examinant la période de financement 2007-2013 que les investissements réalisés dans le cadre de la politique de cohésion entre 2007 et 2013 généreront environ 1000 milliards d’euros supplémentaires jusqu’en 2023.

Contribution de la Norvège, de l’Islande et du Liechtenstein

Durant les années 2014 à 2021, l’UE recevra un soutien d’environ 2,8 milliards d’euros de la Norvège, de l’Islande et du Liechtenstein, membres de l’AELE/EEE. La Norvège assume la part principale de ce montant (97 %), si bien que durant la période en cours, sa contribution à l’élargissement sera d’environ 3 fois supérieure à celle de la Suisse. Le soutien est destiné à l’UE-13 ainsi qu’à la Grèce et au Portugal.