La troisieme conference mondiale sur le climat instaure un cadre mondial pour les services climatologiques

Berne, Communiqué de presse, 03.09.2009

Les participants à la troisième Conférence mondiale sur le climat (CMC-3), qui réunit à Genève, du 31 août au 4 septembre 2009, plus de 2000 climatologues, professionnels des différents secteurs et décideurs, ont instauré aujourd'hui un Cadre mondial pour les services climatologiques «afin de consolider la production, l'accessibilité, la fourniture et l'application de services et de prévisions climatologiques à base scientifique».

La Déclaration instaurant le Cadre mondial a été adoptée aujourd'hui à la CMC-3 par des responsables politiques de haut rang de plus de 150 pays, au nombre desquels figurent les chefs d'État ou de gouvernement de l'Éthiopie, de Monaco, du Mozambique, de la Slovénie et du Tadjikistan, les Vice-Présidents des Comores et de la République-Unie de Tanzanie, le Premier Ministre de Nioué, les Premiers Ministres du Bangladesh et des Îles Cook, le Vice-Premier
Ministre de la République populaire de Chine, plus de 80 autres ministres et d'autres
hauts fonctionnaires gouvernementaux.  La Déclaration a été adoptée sous la présidence de M.ArmandoEmílioGuebuza, Président du Mozambique, et de M. Moritz Leuenberger, Conseiller fédéral de la Confédération suisse, pays hôte de la Conférence.

«Cette journée, où il a été décidé de rendre les services climatologiques accessibles à tous, est à marquer d'une pierre blanche», a déclaré M. Michel Jarraud, Secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale, qui a convoqué la CMC-3 avec ses partenaires.  «Mais le travail ne fait que commencer», a-t-il poursuivi, «car il s'agit maintenant de mettre en place une structure en bonne et due forme qui permette de fournir des produits faciles à interpréter à tous les secteurs d'activité pour qu'ils puissent anticiper l'évolution des conditions climatiques.  La concrétisation de ce Cadre mondial est une entreprise dont la portée dépasse celle de la CMC-3 et des négociations sur le climat qui se tiendront à Copenhague en décembre prochain.  La société aura besoin d'informations spécifiques pour s'adapter à la variabilité et à l'évolution du climat, qui se poursuivront malgré les mesures prises pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.»

«La troisième Conférence mondiale sur le climat constitue un trait d'union entre la science du climat et les négociations de Copenhague», a déclaré M.Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU, qui a pris la parole lors de l'ouverture du segment de haut niveau de la Conférence après s'être rendu sur la banquise, au nord de l'archipel norvégien du Svalbard. «Le savoir scientifique doit constituer le fondement de la politique mondiale sur le climat, qu'il s'agisse d'atténuer les incidences inévitables des conditions climatiques ou de s'y adapter.  Le Cadre mondial pour les services climatologiques représente une étape importante dans l'action engagée pour mettre encore plus résolument la science du climat au service de la prise de décision à l'échelle locale, régionale, nationale et internationale».

«Ce Cadre mondial nous donne les moyens de mieux nous adapter aux changements climatiques tels que nous les constatons», a déclaré M. Moritz Leuenberger, Conseiller fédéral en charge du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication, qui a présidé par deux fois la Confédération suisse.  Le Cadre mondial constitue en quelque sorte un trait d'union entre la science du climat, les climatologues et les bénéficiaires de services climatologiques dans le monde entier et relie aussi entre eux le plus grand nombre possible d'utilisateurs dans divers secteurs socio-économiques», a poursuivi M. Leuenberger, qui a coprésidé la séance d'ouverture du segment de haut niveau de la CMC-3.

«Le changement climatique et la variabilité du climat sont des phénomènes d'envergure mondiale qui nous affectent tous de diverses manières», a déclaré M. Armando Emílio Guebuza, Président du Mozambique et coprésident du segment de haut niveau.  «Les vagues de chaleur et les inondations que connaissent les pays développés sont la preuve qu'aucun pays n'est à l'abri.  Chose plus importante encore, le simple fait que le changement climatique et la variabilité du climat mettent en péril la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement devrait tous nous inciter à agir dès aujourd'hui car demain pourrait être trop tard.»

«Le Cadre mondial pour les services climatologiques vise à renforcer l'observation et la surveillance du climat, à élaborer des produits et des applications adaptés aux différents secteurs sur la base des données recueillies et à diffuser largement ces produits», a déclaré M.AlexandreBedritsky, Président de l'OMM, qui a présidé le segment expert de la CMC-3.  Les 1500 scientifiques et professionnels des différents secteurs qui ont pris part au segment expert de la CMC-3 (31 août - 2 septembre) se sont dits favorables à l'instauration du Cadre mondial proposé et ont préconisé la colonisation de cinq éléments essentiels:

  • Le Système mondial d'observation du climat et toutes ses composantes, ainsi que l'échange des données climatologiques et l'accès à celles-ci;
  • Le Programme mondial de recherche sur le climat, étayé par des ressources informatiques adéquates et bénéficiant d'une coordination accrue avec d'autres initiatives mondiales consacrées à la recherche sur le climat;
  • Le Système d'information sur les services climatologiques, qui doit tirer parti des mécanismes nationaux et internationaux existants;
  • Les mécanismes de liaison avec les utilisateurs visant à renforcer le dialogue entre ceux qui fournisseurs et ceux qui utilisent les services climatologiques et à favoriser l'assimilation des informations;
  • Le renforcement des capacités, qu'il convient de pérenniser par des activités de formation et de nouvelles campagnes d'information et de sensibilisation.

Les auteurs de la Déclaration prient le Secrétaire général de l'OMM «de convoquer, dans les quatre mois suivant l'adoption de la Déclaration, une réunion intergouvernementale des États Membres de l'OMM en vue d'approuver le mandat et la composition d'une équipe spéciale de haut niveau, constituée de conseillers indépendants qui seront désignés par le Secrétaire général de l'OMM en veillant à l'équilibre des compétences, de la répartition géographique et de la représentation hommes/femmes».  Dans les douze mois suivant sa création, l'équipe spéciale, en étroite concertation avec les gouvernements, les organisations partenaires et tous les autres acteurs concernés, établira un rapport énonçant les prochaines mesures à prendre pour développer et mettre en œuvre le Cadre mondial.  Le Secrétaire général de l'OMM communiquera alors le rapport aux Membres de l'Organisation pour qu'ils l'examinent lors du Congrès météorologique mondial, en 2011, en vue de la mise en œuvre du Cadre mondial.  

M. Rajendra Kumar Pachauri, Président du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat et co-lauréat du prix Nobel de la paix en 2007, a pris la parole aujourd'hui lors de l'ouverture du segment du haut niveau.  Il a évoqué les implications scientifiques d'un réchauffement climatique limité à 2 degrés Celsius.  Du seul fait de l'expansion thermique, la hausse du niveau de la mer est inévitable et constituera une menace pour des millions de personnes habitant les zones côtières et les très grands deltas.  Pour limiter à 2 degrés Celsius l'ampleur du réchauffement, il faudra que les émissions mondiales de gaz à effet de serre atteignent leur maximum en 2015 et qu'elles diminuent ensuite rapidement.  Il a souligné les immenses avantages que les secteurs de la santé, de l'agriculture, de l'emploi et de la sécurité énergétique retireraient des mesures d'atténuation.  «Étant donné l'inertie du système climatique, nous ne pourrons échapper à l'évolution du climat et à ses conséquences même si nous ramenions aujourd'hui à zéro nos émissions.  C'est pourquoi la communauté mondiale se doit de prendre des mesures d'adaptation, en particulier dans les régions les plus vulnérables», a-t-il déclaré.

Pour de plus amples renseignements, veuillez vous mettre en rapport avec le Bureau de la communication et des relations publiques de l'OMM:

  • Mme Carine Richard-Van Maele, chef du Bureau. Tél.: +41 (0) 22 730 8314/15;
    courriel: cvanmaele@wmo.int (porte-parole de l'OMM pour la CMC-3)
  • Mme Marie Heuzé, conseillère spéciale. Tél. : +41 (0) 22 730 8478; courriel: mheuze@wmo.int (coordination avec les agences des Nations Unies)
  • Mme Lisa Muñoz, attachée de presse pour la CMC-3. Tél.: +41 (0) 22 730 8213;
    courriel: lmunoz@wmo.int (questions générales et manifestations spéciales)
  • Mme Gaëlle Sévenier, attachée de presse. Tél.: +41 (0) 22 730 8417;
    courriel: gsevenier@wmo.int (interviews et conférences de presse)
  • M. Kosmos Akande-Alasoka, fonctionnaire chargé de l'information (audiovisuelle)
    Tél.:  +41 (0) 22 730 8097; courriel:  kakande-alasoka@wmo.int


Informations complémentaires

WCC-3 HIGH-LEVEL DECLARATION
Discours du conseiller fédéral Moritz Leuenberger
31.08.2009 - Pour des services climatologiques
Site du WCC-3
OFEV: Climat


Contact

Adrian Aeschlimann, (porte-parole de la délégation suisse), chef du Service de presse, Office fédéral de l'environnement Tél.: +41 (0) 79 277 51 83


Editeur:

Département fédéral de l
Département fédéral des affaires étrangères