La Suisse appelle à la libération de tous les prisonniers politiques détenus au Myanmar

Berne, Communiqué de presse, 15.05.2009

Le gouvernement suisse s’inquiète de la détérioration de l’état de santé de Daw Aung San Suu Kyi et de son transfert en prison. Il appelle le gouvernement du Myanmar à libérer immédiatement et sans condition tous les prisonniers politiques détenus dans le pays, y compris Daw Aung San Suu Kyi.

Le respect des droits humains est indispensable à l'instauration de l'État de droit, à la réconciliation nationale et à la démocratie. Le gouvernement suisse est très inquiet du fait que des personnes continuent d'être arrêtées et emprisonnées en Union du Myanmar simplement pour avoir exercé paisiblement leurs droits à la liberté d'expression, d'association et de réunion, ou parce qu’elles ont mené des activités politiques, pourtant non violentes. La Suisse déplore que le nombre de prisonniers politiques ait augmenté ces deux dernières années, pour dépasser aujourd'hui 2 000. L'emprisonnement politique viole gravement des droits humains, et compromet d'une façon générale la paix et la réconciliation nationale au Myanmar. 

Le gouvernement suisse avait pris acte avec intérêt, il y a quelques années, de l'annonce d'une feuille de route pour la démocratie. Il regrette vivement que, malgré l'adoption récente d'une constitution et l'annonce d'élections pour 2010, le gouvernement du Myanmar n'ait pas donné suite à ce plan par des mesures convaincantes, propres à consolider et à maintenir sa crédibilité. 

Le gouvernement suisse appelle le gouvernement du Myanmar à engager avec les Nations unies une coopération sérieuse et systématique visant à un meilleur respect des droits humains dans le pays.


Contact

Service de presse et d'information
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: (+41) 031 322 31 53
Fax: (+41) 031 324 90 47
E-Mail: info@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral des affaires étrangères