Afghanistan: le bureau de coopération ouvrait il y a 10 ans

Article, 09.07.2012

Le bureau de coopération suisse en Afghanistan fête en 2012 son dixième anniversaire. Pays en profonde mutation, l’Afghanistan est un État dit «fragile». Un contexte complexe et volatile, qui pousse la DDC à s’engager davantage, afin de ne pas voir les résultats obtenus réduits à néant. Elisabeth von Capeller, cheffe de la division Asie du Sud, s’est rendue sur place du 6 au 11 juin 2012 et livre ses impressions. L’exposition «Un autre regard sur l’Afghanistan» propose par ailleurs de découvrir les multiples facettes de ce pays à travers les photographies de jeunes artistes afghans.

Si la DDC vient en aide à la population afghane depuis plus de 30 ans, c’est en 2002, un an après la chute du régime des talibans, qu’elle ouvre un bureau de coopération à Kaboul.

«Depuis ses débuts, la présence de la Suisse en Afghanistan n’a jamais été guidée par un agenda politique, par des considérations stratégiques ou militaires. Elle a toujours été conduite et caractérisée par la volonté de travailler et d’apporter un soutien dans les domaines de l’aide humanitaire et de la coopération au développement», soulignait au printemps 2012 Christoph Bubb, Ambassadeur de Suisse en Afghanistan, lors d’un événement organisé à Kaboul pour marquer le dixième anniversaire du bureau de coopération.

En tant que pays impartial sans passé colonial, la Suisse bénéfice d’atouts avérés pour travailler efficacement dans des contextes fragiles et complexes. Aujourd’hui encore, la DDC fait partie des rares agences gouvernementales en Afghanistan à mener des projets sur le terrain sans protection armée.

Une aide humanitaire, avant un engagement à long terme
Si la DDC vient en aide à la population afghane depuis plus de 30 ans, c’est en 2002, un an après la chute du régime des talibans, qu’elle ouvre un bureau de coopération à Kaboul. Il s’agit alors de renforcer l’aide humanitaire en faveur des groupes de population les plus touchés: les personnes déplacées, celles qui reviennent au pays, ainsi que les réfugiés en Iran et au Pakistan.

Depuis 2004, le soutien de la Suisse en Afghanistan s’est transformé en un engagement à long terme axé sur le développement et la reconstruction. La DDC se consacre en particulier à la bonne gestion des affaires publiques, au respect des droits de l’homme ainsi qu’à l’amélioration des conditions de vie des populations défavorisées.

Des expériences réussies
Dans les provinces où la DDC est présente à travers différents projets et partenariats, des résultats positifs ont pu être constatés: augmentation des inscriptions à l’école pour les filles, amélioration de la gestion des sols pour une meilleure résistance aux inondations, accroissement des revenus pour plusieurs milliers de familles propriétaires de fermes.

Autre expérience réussie, celle de la création de boulangeries communautaires dans le district de Bamyan: un millier de familles ont pu économiser sur leurs dépenses en carburant et en bois. La réduction des émanations de fumée dans les foyers a par ailleurs apporté une amélioration sanitaire.

Dans le cadre de la réforme de la justice et de la police afghanes, la DDC soutient notamment le recrutement de policières. En 2011, le corps de la police nationale comptait ainsi plus de 1240 nouvelles recrues féminines. Dans le domaine des droits de l’homme, l’organisation civile ACSF (Afghanistan Civil Society Forum), développée à partir de 2001 par la Division Sécurité humaine du DFAE, est devenue une plateforme influente et reconnue dans le domaine de l’éducation civique.

Améliorer les conditions de vie et renforcer la gouvernance locale
Pour la période 2012–2014, l’engagement total de la Suisse en Afghanistan devrait s’élever à CHF 70 millions. Ce montant comprend le programme régional en Hindu Kush, qui se concentre sur la zone frontalière entre l’Afghanistan et le Pakistan. Principaux objectifs:

  • améliorer les conditions de vie de la population
  • promouvoir la résolution des conflits
  • renforcer la gouvernance au niveau local

Si les conditions sécuritaires le permettent, les efforts de la coopération suisse en Afghanistan continueront au-delà de 2014. Pour éviter que les résultats obtenus soient réduits à néant par un contexte très volatile, la DDC continuera à s’engager tout en adaptant son action.

 

De retour d’Afghanistan
«La détermination des femmes m’a beaucoup impressionnée»
Elisabeth von Capeller, cheffe de la division Asie du Sud de la DDC, était en Afghanistan du 6 au 11 juin 2012.

«L’Afghanistan évoque pour nous des images de terreur, de guerre, de femmes en burka sans droits et sans opinions. Au fil de notre voyage, nous avons eu l’occasion de rencontrer de nombreuses femmes, toutes différentes, auxquelles des projets de développement ont apporté un mieux-être économique, mais aussi social. Dans un camp de réfugiés accueillant des familles déplacées, nous avons rendu visite à un groupe de femmes ayant bénéficié de conseils prénatals prodigués par des sages-femmes. Celles-ci ont examiné des femmes enceintes et se sont entretenues avec elles de leurs besoins et de leurs aspirations. Nous avons été impressionnés de voir la détermination de ces femmes, qui ont participé aux discussions activement et de façon très vivante. Même le rire et l’humour n’étaient jamais loin. A chaque fois que nous avons rencontré des femmes dans un cadre protégé, nous avons pu mesurer leur soif et leur besoin de connaissance, de reconnaissance et de participation à la vie publique et constater à quel point elles souhaitent acquérir ces droits. Les projets soutenus par la DDC les y aident».

 

Un autre regard sur l’Afghanistan
Jeune fille sur une balançoire.
À travers l’œuvre de jeunes artistes afghans, l’exposition internationale «Un autre regard sur l’Afghanistan» montre les multiples facettes de la réalité de l’Afghanistan moderne, bien loin de l’image que nous en donnent généralement les médias. Cette exposition de photographies itinérante, présentée dans 10 provinces à travers le pays, arrive en Suisse. Sa première escale sera le Kornhausforum à Berne, du 17 août au 15 septembre 2012.

Informations sur l’exposition

 

Informations supplémentaires