Programme d’Appui à la Radiodiffusion Télévision du Burkina (ARTB)

Projet terminé

La Radiodiffusion Télévision du Burkina (RTB) est le seul média aujourd’hui qui couvre toutes les régions du pays. Elle participe à l’information et à l’éducation des populations. Cependant, les installations de la RTB Ouaga, centre de production et de diffusion de l’information nationale ont été pris pour cible par les manifestants de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. En réponse à une demande du gouvernement de la transition, la Suisse s’engage à appuyer la RTB afin qu’elle tienne son rôle durant la transition et soit à terme un Service Public qui travaille pour tous les Burkinabè.

Pays/région Thème Période Budget
Burkina Faso
Governance
Conflit & fragilité
Décentralisation
Technologies de l’information et de la communication (TIC)
Prévention des conflits
01.07.2015 - 31.12.2017
CHF 1'830'000
Contexte

Le paysage médiatique au Burkina Faso est relativement pluraliste et ouvert. Avant l’insurrection populaire de fin octobre 2014, l’image dans le public de la RTB était particulièrement négative. Elle était plus considérée comme servant les intérêts du régime en place et de n’avoir pas su toujours proposer une information équilibrée, juste et saine. Ce ne fut donc pas par hasard que les manifestants ont pris pour cible les installations de la RTB qui ont été saccagées et brûlées. Cet ultime acte venait rappeler combien ce média public a progressivement entaché sa réputation au sein de l’opinion nationale. A la suite de l’expression de la colère des manifestants, le bilan pour la télévision nationale est lourd avec la destruction de matériels importants. Le Gouvernement de la transition a fait appel à la Suisse pour l’accompagner à faire de la RTB, un vrai service public pendant et après la transition. Cet engagement est cohérent avec la SCADD[1] et les axes prioritaires du message 2013-2016.

 

[1] SCADD : Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable

Objectifs

La Radiodiffusion Télévision du Burkina sert la population burkinabè en lui fournissant une information qui répond à ses besoins et ses attentes.

Groupes cibles

Environ 17,4 millions de citoyens et citoyennes burkinabè, sur l’ensemble du territoire burkinabè, constituant l’audience de la RTB.

La direction et le personnel de la Radiodiffusion Télévision burkinabè. impliqués dans la couverture médiatique du processus électoral. Les antennes régionales de la RTB et de la RTB 2 bénéficiant d’un appui technique et matériel. Les OSC, les médias et les partis politiques participant au cadre de réflexion sur la professionnalisation, la durabilité des médias burkinabè, ainsi que sur l’avenir de l’audiovisuel public. Le Ministère de la Communication jouissant d’un service public audiovisuel et radiophonique crédible, équilibrée et jouissant d’une bonne réputation

Effets à moyen terme

La population du Burkina a accès à une couverture professionnelle, fiable, et équilibrée des processus électoraux (présidentiels, législatifs, et municipaux)

La RTB améliore l’accès de la population à des programmes indépendants qui traitent des sujets importants dans la vie des Burkinabè

Les acteurs du secteur médiatique, de la société civile et des partis politiques ont une vision commune sur le futur rôle et la position de l’audiovisuel public au Burkina Faso et sur l’avenir du secteur médiatique plus large

Résultats

Principaux résultats attendus:  

La RTB a les compétences techniques, les ressources matérielles et active son réseau de relais pour couvrir adéquatement l’ensemble du territoire national ;

La RTB produit et diffuse des programmes de sensibilisation dans les principales langues sur des thèmes comme le vote, l’acceptation des résultats

La Télévision et la radio développent des interfaces de communication pour prendre en compte l’appréciation critique et les besoins en information des burkinabè ;

La télévision et la radio nationales produisent et diffusent des documentaires télévisés sur des sujets de société tel que la bonne gouvernance l’éducation, la sécurité alimentaire et l’environnement, les droits des femmes, et la décentralisation, et qui sont non-facturés.

Les pistes pour améliorer la durabilité et le professionnalisme du secteur des médias sont élaborées par des acteurs des médias burkinabè, les partis politiques et les organisations de la société civile, et leurs homologues des pays de la sous-région.


Principaux résultats antérieurs:  

La DDC accompagne les médias, notamment les radios locales, depuis 2004 à travers le Laboratoire Citoyennetés. Ces contributions ont permis d’engranger entre autres les résultats suivants:

  • la maitrise des enjeux de la décentralisation, de la gouvernance locale et la citoyenneté par les animateurs des radios locales partenaires,
  • une meilleure connaissance des délibérations des conseils de collectivités par les citoyens des communes,
  • une amélioration du civisme et des recettes fiscales dans certaines communes.


Direction/office fédéral responsable DDC
Crédit Coopération au développement
Partenaire de projet Partenaire contractuel
Secteur privé
Organisation suisse à but non lucratif
  • Autre organisation suisse non-profit
  • Sectreur privé étranger Sud/Est


Autres partenaires

Union Européenne, DIAKONIA, CFI, Etat Burkinabè

Coordination avec d'autres projets et acteurs

programmes des domaines prioritaires de la DDC au Burkina, Délégation de l’Union Européenne.

Budget Phase en cours Budget de la Suisse CHF   1'830'000 Budget suisse déjà attribué CHF   1'714'878
Phases du projet

Phase 1 01.07.2015 - 31.12.2017   (Completed)