Coopération internationale

Des récits sur l’eau pour la paix

Cap sur le Proche-Orient à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau. A l’initiative de la Suisse, le Blue Peace Media Lab est dédié au journalisme bleu. Une investigation de qualité sur les questions liées à l’eau aide à instaurer la paix.

Un groupe de journalistes est regroupé autour d’une formatrice.

Formation pour le Blue Peace Media Lab au Liban. © DFAE

Sarah Abdallah est reporter pour le quotidien libanais L'Orient-Le Jour. Avec l’aide du Blue Peace Media Lab, elle couvre les sujets liés au plus grand fleuve du pays, le Litani. Des déchets industriels rejetés en toute impunité causent une super pollution des eaux et des cancers en nombre. Un an après ses premiers papiers, les autorités et les industriels se sont engagés, des usines ont fermés et la situation s’est s’améliorée.

Le rôle des médias est crucial dans la mise en évidence de problèmes liés à l’eau. Le Département des affaires étrangères (DFAE), par le biais de sa coopération internationale, a mis sur pied le Blue Peace Media Lab en 2019.   L’espace s’adresse aux journalistes de cinq pays, l’Irak, la Jordanie, le Liban, l’Iran et la Syrie. A ce jour, plus de 75 récits ont été publiés et des dizaines de journalistes ont été formés et accompagnés.

Contribution du journalisme sur l’eau à la paix

«Au Moyen-Orient, le lien entre l'eau, la sécurité et la paix est souvent dépeint comme très sombre dans les médias. La couverture médiatique dans le secteur de l’eau est très influencée par l'agitation politique», explique Mufleh Aref Haza Alalaween, qui travaille sur le programme pour la coopération suisse à Amman, en Jordanie.

Le journalisme a le rôle et la capacité d’allumer les projecteurs sur les zones d’ombres du secteur de l’eau. Corruption, manque d’engagement, non-respect des lois, pollution, gouvernance aveugle: les sujets ne manquent pas. Cependant, les enquêtes journalistiques doivent être fondées sur une connaissance approfondie du secteur de l’eau afin que les médias soient des sources de données et perspectives fiables.

Le Media Lab met en relation des professionnels à travers la région et propose des formations, un encadrement par des journalistes de l'eau plus expérimentés, un accès libre à des ressources gratuites. «Le Lab les pousse à continuer à alerter sur la sécurité de l'eau dans la région et leur donne de l'espoir», détaille encore Mufleh.

L’eau pour renforcer la coopération

Pour la Suisse, l'eau est bel et bien un outil de gestion des conflits et de renforcement de la coopération. Depuis plus de dix ans, le pays développe des initiatives Blue Peace dans plusieurs régions du monde et a installé un centre mondial à Genève (Le Geneva Water Hub). Le Blue peace Media Lab a été développé dans le cadre du programme «Blue Peace Moyen Orient».

L’eau est vitale et encore plus dans un contexte global de changement climatique. Au Moyen-Orient, les défis sont particulièrement épineux. Si les ressources existent, l’expansion démographique est forte et pèse sur la ressource. Les politiques de gestion ne sont pas toujours adaptées et les conflits sont réels. La dimension transfrontalière complexifie la coopération.

«L'initiative "Blue Peace" au Moyen-Orient a soutenu la création du tout premier mécanisme régional de coopération dans le domaine de l'eau dans l'histoire récente de la région, où la Jordanie, le Liban, l'Irak et la Turquie travaillent ensemble pour trouver des solutions aux problèmes d'eau de la région», détaille encore l’expert en Jordanie.

Les objectifs mondiaux de développement durable – l’objectif 6 vise un accès à l’eau pour tous d’ici à 2030 – et la Stratégie de politique extérieure 20-23 en faveur de la paix, la sécurité et la durabilité fixent le cadre de l’action de la Suisse. Pour répondre à ses engagements sur l’eau, la Suisse a mis au point un programme annuel et travaille sur différentes valeurs de l’eau. La diplomatie bleue est l’une d’entres elles. 

La Suisse est résolument engagée pour faire progresser l’ODD6 et soutenir la mise en œuvre des objectifs de la Décennie d'action pour l'eau.
Ignazio Cassis, Conseiller fédéral

A l’occasion de la réunion de haut niveau sur la mise en oeuvre des objectifs relatifs à l'eau de l'Agenda 2030, le 18 mars, le conseiller fédéral Ignazio Cassis a souligné l’importance de traiter les questions relatives à l’eau dans les processus internationaux. Il a rappelé l’engagement de la Suisse et souligné l’opportunité de cette ressource pour la paix mondiale. 

Déclaration de la Suisse à l’occasion de la réunion de haut niveau sur la mise en œuvre des objectifs relatifs à l'eau de l'Agenda 2030, le 18 mars 2021.
Haut de page