La Suisse renforce son engagement multilatéral en faveur des Etats fragiles d’Afrique

Berne, Communiqué de presse, 13.11.2015

La Suisse va augmenter sa contribution en faveur du Fonds Africain de Développement (FAD) de 21 millions de francs, une partie intégrante de la Banque Africaine de Développement (BAD). Ces fonds sont destinés à renforcer les compétences de l’institution en matière de prise en compte des dimensions de fragilité et de conflits ainsi que de promotion de l’égalité des sexes.

Evoluant sur un cycle triennal (actuellement 2014-2016), le FAD a présenté ses résultats à l’occasion de sa revue à mi-parcours. Malgré un environnement des plus délicats (crise Ebola, chute des prix des matières premières), le FAD a su s’adapter afin de remplir ses engagements (investissements dans les infrastructures, en particulier les secteurs de l’énergie, de l’eau et des transports ; efficacité des processus opérationnels). La Suisse a dès lors décidé de procéder au versement d’une contribution supplémentaire. Négociée au début du cycle, celle-ci était en effet conditionnelle aux résultats obtenus par le Fonds. La Suisse souhaite ainsi renforcer les progrès importants du FAD en matière de prise en compte des dimensions de fragilité et de conflits ainsi que de promotion de l’égalité des sexes dans les projets élaborés par la BAD. Les inégalités entre les sexes ainsi que les conflits, la violence et la fragilité représentent en effet des obstacles importants au développement durable, à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté. Une telle contribution témoigne également de l’importance accrue de l’Afrique pour la coopération internationale de la Suisse. Elle renforce ainsi le FAD en vue de développer une croissance inclusive et durable dans les pays les plus pauvres du continent africain.

La Suisse est un partenaire de longue date du FAD. Partie intégrante du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD), il a pour vocation de faire reculer la pauvreté dans les pays membres régionaux les plus pauvres en contribuant à leur développement économique durable et à leur progrès social. Ses ressources - via des prêts à taux préférentiel - sont ainsi utilisées pour des pays à faible revenu ayant un accès très limité aux marchés des capitaux. Il fournit également une assistance technique et des subventions non remboursables pour des projets de développement.


Contact

Daniel Birchmeier, Chef Coopération multilatérale SECO
Tel. 058 464 08 19, daniel.birchmeier@seco.admin.ch

Chantal Nicod, Cheffe Division Afrique de l‘Ouest DDC
Tel. 058 463 35 81, chantal.nicod@eda.admin.ch


Editeur:

Département fédéral de l
Département fédéral des affaires étrangères