L’Afrique de l’Ouest et l’Afghanistan en première ligne du combat pour l’alphabétisation

Article, 07.09.2015

L’Unesco a publié, en août 2015, ses toutes nouvelles statistiques sur l’analphabétisme dans le monde. On y apprend que plus de 757 millions de personnes, dont 115 millions de jeunes de moins de 24 ans, ne peuvent ni lire ni écrire une phrase simple. La DDC se donne pour mission de renforcer les systèmes éducatifs là où les besoins sont les plus criants.

C’est une mine d’informations sur l’alphabétisation à travers le monde que vient de publier l’Unesco. Sur internet, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture propose un eAtlas très facile à feuilleter qui propose de nombreuses cartes du monde informatives. Tout un chacun peut consulter les statistiques générales ou désagrégées par groupes de population (femmes, jeunes, etc.), zoomer sur l’un ou l’autre pays, ou encore remonter dans le temps jusqu’aux données disponibles en 1970. A chaque fois, des textes explicatifs développent l’information.

UNESCO eAtlas of Literacy

L’eAtlas de l’Unesco dévoile ainsi les pays les plus à la traîne en matière d’alphabétisation de leurs populations: la majorité des pays d’Afrique de l’Ouest, la République centrafricaine ou encore l’Afghanistan, où 68% des jeunes femmes entre 15 et 24 ans ne sauraient ni lire ni écrire. Malgré des vrais progrès réalisés ces dernières années, plus de 757 millions de personnes à travers le monde sont encore considérées comme analphabètes, dont deux tiers de femmes.

Taux d’alphabétisation des jeunes entre 15 et 24 ans par pays (Unesco)

Carte du monde signifiant le taux d’alphabétisation par pays.
Le Niger, la République centrafricaine ou l’Afghanistan (colorés en bleu très foncé) affichent une proportion de jeunes capables de lire et écrire en deçà de 50%. © Unesco

En 2014, la DDC a alloué 63 millions CHF à des projets de renforcement de l’éducation de base à travers le monde. Il est intéressant de constater, à ce propos, l’action cohérente de la DDC au regard des pays les plus en retard en termes d’alphabétisation, qu’on songe aux pays du Sahel et à l’Afghanistan.

Pays bénéficiaires de projets d’éducation de la DDC

Carte du monde signifiant les pays bénéficiaires de la DDC en matière d’éducation.
En matière de soutien à l’éducation de base, la DDC est principalement active dans le Sahel, en Afghanistan et en Asie du Sud. © DDC

Au Myanmar, où la DDC encourage en particulier l’insertion professionnelle des jeunes femmes, leur taux d’alphabétisation est aujourd’hui similaire à celui des jeunes hommes. En Europe de l’Est, la DDC contribue à un Fonds pour l’éducation des Roms créé pour réduire les disparités entre les enfants roms et les enfants non roms.

L’alphabétisation des jeunes et des adultes est un des chevaux de bataille de la DDC, dans la perspective de garantir une éducation de base de qualité qui soit accessible à tous. Les programmes d’alphabétisation sont particulièrement essentiels pour permettre aux jeunes d’apprendre un métier et d’augmenter leurs chances de trouver un emploi, dans une logique de formation disponible à tout moment de leur vie («lifelong learning»).

Analphabétisme et illettrisme

L’analphabétisme et l’illettrisme sont souvent deux notions confondues. L’analphabétisme décrit l’incapacité de lire ou écrire de personnes qui n'ont pas ou presque pas été scolarisés, alors que l’illettrisme définit la situation d'adultes qui ont été scolarisés, mais qui ne maîtrisent pas ou qu'insuffisamment la lecture, l'écriture et le calcul. En Suisse, on estime que l’illettrisme  concerne un adulte sur six, soit environ 800'000 personnes.