Consultation publique sur la coopération internationale 2021–2024

Un homme montre à une femme comment utiliser une machine à souder.
La création d'emplois locaux est l'une des priorités de la coopération internationale 2021–2024. © Dominic Nahr

La coopération au développement de la Suisse doit être davantage ciblée pour gagner en efficacité. C’est ce que prévoit le projet d’orientation stratégique de la coopération internationale de la Suisse que le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et le Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR) ont mis en consultation publique du 2 mai au 23 août 2019 dans le cadre d’une procédure facultative.

Conférence de presse 02.05.2019

  • Ignazio Cassis, conseiller fédéral,
  • Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch, secrétaire d’État et directrice du SECO
  • Manuel Sager, ambassadeur et directeur de la DDC

Conformément à la Constitution fédérale et à la législation, le Conseil fédéral et le Parlement définissent tous les quatre ans l’orientation stratégique de la coopération internationale (CI), qui permet à la Suisse de soulager les populations dans le besoin et lutter contre la pauvreté. Pour la période de 2021 à 2024, les principaux accents seront les suivants: la création d’emplois sur place, la lutte contre les changements climatiques et les causes des migrations irrégulières et forcées, ainsi que l’engagement en faveur de la paix et de l’état de droit.

La coopération internationale tient compte des intérêts de la Suisse en matière de politique migratoire. Le DFAE et le DEFR souhaitent améliorer son efficacité par un recentrage des priorités thématiques et géographiques et l’utilisation des innovations et des technologies numériques. Par ailleurs, la nouvelle orientation doit permettre de réagir avec une plus grande souplesse aux crises et aux opportunités.

Cadre financier

Selon la planification financière actuelle, un montant total de 11,37 milliards CHF est prévu sur la période 2021–2024. Jusqu’à concurrence de ce montant, la Suisse peut, au cours de cette période, contracter des engagements qui servent à réaliser les objectifs. Le Parlement précisera les moyens financiers correspondants dans le cadre des débats annuels sur le budget. Selon les prévisions les plus récentes, l’aide publique au développement (APD) de la Suisse atteindra 0,45% de son revenu national brut. Ce niveau est inférieur à l’objectif de 0,5% fixé par le Parlement en 2011 et réaffirmé à plusieurs reprises depuis lors.

Foire aux questions