Famine en Afrique et au Yémen

Une jeune mère porte son enfant sous-alimenté devant un centre de stabilisation soutenu par l’UNICEF à Malualkon, Aweil, Soudan du Sud.
Une jeune mère porte son enfant sous-alimenté devant un centre de soins soutenu par l’UNICEF à Malualkon, Aweil, Soudan du Sud. © UNICEF - Knowles Coursin

Depuis février 2017, le Soudan du Sud, le Nigéria, la Somalie et le Yémen sont confrontés à une situation de famine. Au total, 20 millions de personnes sont menacées par l’insécurité alimentaire en raison des conflits armés et du phénomène climatique El-Niño. Déjà active dans ces quatre pays, la DDC a débloqué des moyens supplémentaires pour appuyer à la fois l’aide d’urgence et renforcer les activités d’aide au développement.

La situation est particulièrement grave dans le Soudan du Sud, où près de cinq millions de personnes sont menacées par la famine. Au Nigéria aussi, plus de cinq millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire et de malnutrition. La Corne de l’Afrique a déjà été mise à mal en 2015 et 2016 par une grande sécheresse aggravée par El Niño – qui a provoqué d’importantes pertes de récolte et la mort d’une partie du bétail. Plus de onze millions de personnes souffrent depuis de malnutrition sévère en Éthiopie, au Kenya et en Somalie.

Renforcement des activités en cours

La Suisse se mobilise pour venir en aide aux populations souffrant de la famine. Le 24 février 2017, l’Aide humanitaire de la DDC a en effet mis à disposition 15 millions de francs additionnels de ses réserves pour les urgences humanitaires afin d’aider les pays gravement affectés ou menacés par la famine. Cette nouvelle contribution s’ajoute aux activités en cours de la DDC [au Nigéria, au Soudan du Sud, en Somalie et au Yémen]. Depuis des années, elle y mène et appuie plusieurs projets notamment dans la lutte contre l’insécurité alimentaire, le renforcement des moyens de subsistance, l’accès à l’eau et à l’assainissement et la protection des civils. Des experts du Corps suisse d’aide humanitaire sont également engagés sur place pour le compte des agences onusiennes et de la DDC.

En prévision de cette catastrophe qui s’annonçait, la DDC avait régulièrement augmenté son engagement dans les pays susmentionnés, pour un budget de 48 millions de francs en début d’année. Avec la nouvelle contribution, elle consacrera donc 63 millions de francs pour financer les opérations humanitaires et les activités de coopération au développement au Nigéria, au Soudan du Sud, en Somalie et au Yémen pour 2017. En outre, la Suisse a versé 5 millions de francs au Fonds central d'intervention d'urgence de l'ONU (CERF) pour 2017, afin que ce dernier puisse financer l’action d’urgence dans ces pays.

Soutien aux opérations du Programme alimentaire mondiale

Le Programme alimentaire mondial (PAM) est le principal partenaire de la DDC dans la lutte contre la faim dans le monde. Il a bénéficié en 2016 de la contribution la plus élevée versée à une organisation de l'ONU œuvrant dans le domaine humanitaire, le montant de celle-ci ayant atteint 69 millions de francs. La Suisse n’est pas seulement un important contributeur du PAM, elle est aussi un partenaire majeur de cet organisme pour ce qui est du détachement de personnel spécialisé.

L’Aide humanitaire de la DDC met régulièrement des experts du Corps suisse d’aide humanitaire à la disposition du PAM. En plus de son engagement financier, la Suisse est active dans la coordination des donateurs sur le terrain. En tant que membre des équipes-pays humanitaires ou présidente des groupes de coordination des donateurs en Somalie, la Suisse œuvre par exemple activement à une utilisation efficace des ressources et à la coordination de crise.