Plannes Project: Promotion de la coopération transfrontalière locale


Jusqu’ici, l’UEMOA[1] a abordé l’intégration régionale par le haut, à travers les Etats. Les collectivités territoriales ne sont directement éligibles ni à ses allocations budgétaires[2], ni à ses programmes sectoriels. Le Conseil des Collectivités Territoriales (CCT) veut changer cette situation en initiant le PCTL qui donne aux élus locaux les ressources pour réaliser des projets transfrontaliers améliorant l’accès des populations aux services publics de base.  Il replace la décentralisation au cœur de l’intégration régionale et du développement socioéconomique.

[1] Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine créée en 1994 et regroupant huit pays d’Afrique de l’Ouest.

[2] De 1996 à 2006, l’UEMOA a alloué aux pays CHF 270'000'000 au titre de compensations financières liées à l’intégration. Ces ressources sont destinées exclusivement aux Gouvernements.

Región/País Tema Período Presupuesto
África Occidental
Governance
Otro
Descentralización
Sector not specified
Política del sector público
01.01.2013 - 31.12.2020
CHF 8'187'500

Les élus de l’Afrique de l’Ouest collaborent à l’échelle sous régionale

Le  programme de coopération transfrontalière place les élus au cœur de l’intégration régionale. Ces derniers initient des projets au bénéfice de 90 millions d’africains frontaliers.

Jusqu’à ce jour, les grandes institutions régionales d’Afrique de l’Ouest géraient les projets transfrontaliers. Pourtant, les politiques de décentralisation attribuent cette responsabilité aux élus locaux. Désormais, grâce à la coopération transfrontalière locale soutenue par la Suisse, ceux-ci pourront initier leurs propres projets. Avec ce programme, le conseil des collectivités territoriales de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine renforce l’intégration régionale.

Des infrastructures aux frontières des pays

Les collectivités territoriales réaliseront trois grands projets de construction. Elles mettront en œuvre un projet hydro agricole et un centre de santé à la frontière du Burkina et du Mali. Aux frontières du Mali, du Niger et du Burkina, le programme soutiendra la construction d’un marché. Au total, 50 millions d’habitants bénéficieront de ces ouvrages. Environ un millier d’élus cogéreront ces réalisations avec la société civile, le secteur privé et les organisations professionnelles.

Des élus en formation

Par ailleurs, le programme proposera aux élus un voyage d’étude en Suisse. Des visites dans les agglomérations franco-suisse leurs permettront de s’inspirer de l’expérience de ces pays en matière de décentralisation. Ils suivront également des formations sur des thèmes divers: gouvernance, uniformisation des tarifs douaniers, régime juridique des activités économiques transfrontalières, harmonisation de la fiscalité….