Simonetta Sommaruga en Bulgarie pour une visite de travail : signature d’un accord bilatéral de coopération policière

Communiqué de presse, 26.01.2018

La Suisse et la Bulgarie entendent renforcer leur collaboration en matière policière. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga et le ministre bulgare de l’intérieur Valentin Radev ont signé à cette fin, vendredi 26 janvier 2018, un accord de coopération policière. À l’occasion de son déplacement à Sofia, la cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP) a également visité des projets d’aide aux victimes de la traite des êtres humains mis en œuvre dans le cadre de la contribution suisse à l’élargissement de l’Union européenne.

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga et le ministre Valentin Radev ont constaté que leurs deux pays ont un défi commun à relever dans la lutte contre la criminalité. L'accord de coopération policière doit permettre de faciliter la coopération bilatérale et d'accélérer l'échange d'informations, en particulier pour les enquêtes sur des cas de criminalité organisée. Il s'inscrit dans une série d'accords que la Suisse a conclus avec différents États d'Europe du Sud-Est, à savoir le Monténégro, la Roumanie, le Kosovo, l'Albanie, la Bosnie et Herzégovine, la Macédoine et la Serbie, où la cheffe du DFJP s'était rendue mercredi 24 janvier 2018 également pour une visite de travail.  

La Bulgarie compte parmi les principaux pays de provenance des femmes qui se prostituent en Suisse et qui sont susceptibles d'être victimes de la traite des êtres humains. De fait, diverses enquêtes policières ciblent des organisations et des individus qui exploitent des victimes en provenance de Bulgarie : ils contraignent des femmes à se prostituer ou obligent aussi des mineurs à mendier ou à se livrer au vol à la tire. La police a par ailleurs constaté ces dernières années que des ressortissants bulgares étaient liés à des affaires de cambriolage ou de vol à l'étalage.

Victimes de la traite des êtres humains

La cheffe du Département fédéral de justice et police a également visité deux foyers qui hébergent des victimes de la traite des êtres humains et leur fournissent une assistance. Un foyer accueille des adultes et l'autre des enfants qui ont été exploités le plus souvent à l'étranger. Ce projet financé à 85 % par la Suisse, dans le cadre de la contribution suisse à l'élargissement, est le fruit d'une collaboration entre des organisations non gouvernementales suisse et bulgare, à savoir le Centre zurichois d'assistance aux migrantes et aux victimes de la traite des femmes (FIZ) et la fondation bulgare Animus, avec la participation de la Commission nationale bulgare de lutte contre la traite des êtres humains.

Soutien pour la participation à Schengen

Madame Sommaruga a réitéré à son homologue bulgare le soutien de la Suisse pour permettre à la Bulgarie de satisfaire aux exigences d'une participation pleine et entière à la coopération instituée par Schengen. La conseillère fédérale a visité le bureau SIRENE (Supplementary Information REquest at National Entry) créé par la Bulgarie avec l'aide de l'Office fédéral de la police (fedpol). La mise en place d'un tel bureau est une des conditions de l'ouverture des frontières intérieures dans l'espace Schengen.

Les bureaux nationaux SIRENE sont chargés de saisir dans le Système d'information Schengen les données des personnes et des objets signalés à des fins de recherche. Les forces de police et les services chargés des contrôles aux frontières ont accès à ces signalements en quelques minutes, dans tout l'espace Schengen. En cas de réponse positive à une recherche, les bureaux SIRENE coordonnent les mesures policières nécessaires pour assurer par exemple le retour de personnes disparues qui ont été localisées, l'arrestation de personnes signalées à des fins de détention ou la saisie de véhicules ou d'armes. Chacun des bureaux nationaux SIRENE est donc un maillon essentiel  du Système d‘information Schengen, qui permet d'effectuer des recherches 24 heures sur 24, dans tout l'espace Schengen.

Apprentissage professionnel « à la Suisse »

La Suisse aide également la Bulgarie à se doter d'un système de formation duale inspiré de l'apprentissage tel qu'il est pratiqué en Suisse : parallèlement en entreprise et en école. Le projet, qui a démarré en 2015, permet à 800 jeunes de se former dans huit professions, dans 170 entreprises bulgares. La conseillère fédérale a rencontré des apprentis cuisiniers, trois jeunes femmes et un jeune homme, qui avaient préparé un repas pour elle.

Pendant son voyage en Bulgarie, la cheffe du DFJP a aussi participé jeudi 25 janvier 2018 à une rencontre informelle du Conseil des ministres de la Justice et des affaires intérieures des pays Schengen à Sofia. La Bulgarie assume depuis le 1er janvier et pour un semestre la présidence tournante du Conseil de l'UE.


Informations complémentaires

Vous trouverez les liens relatifs à ce communiqué de presse sur le site internet du DFJP


Contact

Service d’information DFJP, T +41 58 462 18 18


Editeur:

Département fédéral de justice et police