Discours du 1er août de la présidente de la Confédération aux Suissesses et aux Suisses de l’étranger

Actualités locales, 03.07.2020

Allocution de la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga adressée aux Suissesses et aux Suisses de l’étranger à l'occasion du 1er août.

Simonetta Sommaruga
Simonetta Sommaruga © Beat Mumenthaler

Allocution du 1er août 2020 à l’adresse des Suisses de l’étranger, par la Présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga 
 
Chères concitoyennes, chers concitoyens, 
 
En ce 1er août, j’ai choisi de m’adresser à vous depuis ce lieu appelé Eichholz. C’est un endroit très aimé par la population et qui se trouve au bord de l’Aar à Berne. 
Quand il fait beau, la pelouse est pleine de monde. Les gens y viennent pour faire des grillades et pour se baigner. Les enfants et les chiens courent autour des serviettes de bain. Il arrive qu’un frisbee atterrisse sur un livre. 
A priori, on pourrait imaginer toute sorte de prises de bec ici. Et bien non : les gens qui se retrouvent au Eichholz s’entendent plutôt bien. Parce qu’ils savent que tout le monde n’a pas les mêmes intérêts et qu’il est bon de se parler quand il y a un problème. 
Au Eichholz, les gens vivent en petit ce qu’on appelle la « démocratie ». 
 
Chères concitoyennes, chers concitoyens,
Vous ne vivez pas tous dans des pays dotés de structures démocratiques. Mais dans chacun de vos pays d’accueil, vous représentez la Suisse et ses valeurs démocratiques.
Ces valeurs ne sont pas acquises une fois pour toutes. Il faut se battre pour les défendre, encore et toujours. Et les gens doivent avoir confiance les uns envers les autres pour oser débattre et endurer des conflits. 
La confiance mutuelle ne surgit pas de nulle part. Elle se construit dans un contexte qui garantit la liberté et la participation de la population.  Il faut un Parlement qui reflète toutes les forces en présence dans le pays.   Il faut un gouvernement qui, chaque jour, doit regagner la confiance de la population.  Il faut une justice qui soit indépendante. 
Et :
Il faut aussi des médias forts. Des médias qui ne dépendent de personne, qui observent avec précision et critiquent ceux qui ont le pouvoir. 
Les médias indépendants donnent à chacun la possibilité d’être entendu et de s’exprimer. Ils fournissent aux citoyennes et aux citoyens les informations nécessaires pour se forger leur propre opinion. Et ils disent ce que d’autres aimeraient bien passer sous silence. C’est pour tout cela que les médias font partie intégrante de chaque démocratie. 
 
Chères concitoyennes, chers concitoyens, 
Vous portez les principes démocratiques de la Suisse dans le monde. Chacune de vos rencontres dans votre nouveau pays d’accueil rappelle que la coexistence pacifique est possible dans un contexte de liberté, de participation et de responsabilité.
Je vous remercie du fond du cœur d’être d’aussi bons ambassadeurs et ambassadrices de la Suisse, et je vous souhaite, au nom du Conseil fédéral, une belle fête du 1er août où que vous soyez dans le monde.