Des biocarburants contre la crise énergétique

Projet terminé
Fernando, paysan, devant un réservoir (fermenteur) servant à la production de biogaz à partir de lisier (Calimete, prov. de Matanzas)
Fernando, paysan, devant un réservoir (fermenteur) servant à la production de biogaz à partir de lisier (Calimete, prov. de Matanzas). Photo : Alejandro González [© DFAE] FDFA

Le développement des biocarburants n’entre pas nécessairement en concurrence avec la production de denrées alimentaires et ne s’oppose donc pas de fait à la sécurité alimentaire. Un projet mené par la DDC à Cuba l’illustre bien : une installation visant à transformer les graines de jatropha en biodiesel a été inaugurée à Guantanamo en juillet 2012. Dans le cadre du projet suisse de biomasse, 6 communes cubaines bénéficient ainsi d’une énergie renouvelable bon marché et fiable.

Pays/région Thème Période Budget
Cuba
Changement climatique & environnement
Agriculture et sécurité alimentaire
Protection de la biosphère
Production d’énergie renouvelable
Développement agricole
Développement de la chaîne de valeur agricole (til 2016)
01.04.2012 - 30.09.2017
CHF 5'715'000

Cuba veut s’affranchir des importations de carburants fossiles coûteux. Aujourd’hui déjà, le pays couvre 28% de ses besoins énergétiques à partir de biomasse. Si la canne à sucre est une importante source d’énergie végétale, d’autres plantes entrent également en ligne de compte selon la qualité du sol et les besoins locaux. Le jatropha, une plante importée d’Inde, revêt une importance croissante à cet égard. Cette plante poussant même sur les sols peu fertiles qui ne se prêtent pas à l’agriculture, sa culture s’accorde idéalement avec l’élevage. En présence d’une surface inculte suffisamment grande, le jatropha n’interfère pas avec les plantes alimentaires et sa culture se révèle judicieuse du point de vue aussi bien écologique qu’économique.

Première centrale de transformation

A Cuba, la première centrale de transformation du jatropha en biodiesel a été créée en juillet 2012. Elle peut traiter une récolte de 130 hectares. Le biodiesel est avant tout utilisé pour faire fonctionner les machines agricoles dans les communes rurales de la province de Guantanamo. La centrale crée des emplois et réduit la dépendance à l’égard des livraisons publiques d’énergie, insuffisantes et pas toujours fiables. Loin de privilégier des installations de grande taille dotées d’équipements technologiques sophistiqués, le projet encourage la mise sur pied d’infrastructures simples, que les petits paysans peuvent exploiter eux-mêmes pour la production d’énergie à partir de biomasse.

Succès du projet-pilote et prochaines étapes

Ce projet est le fruit de plusieurs années de collaboration entre la DDC et l’Institut de recherche agricole Indio Hatuey, qui dépend du ministère cubain des sciences, de la technologie et de l’environnement. Le succès enregistré avec le projet-pilote étant largement reconnu, la prochaine étape consistera à asseoir durablement ces résultats. Des plans seront développés avec 6 communes cubaines pour déterminer comment augmenter et optimiser la production agricole dans la double perspective énergétique et alimentaire.

Le projet contribue à couvrir les besoins énergétiques du pays et renforce la sécurité alimentaire de la population rurale. Le dialogue avec le ministère cubain des sciences, de la technologie et de l’environnement joue un rôle-clé à cet égard. Si la décision était prise d’intégrer les expériences recueillies par le projet-pilote dans la législation nationale sur la promotion des énergies renouvelables, un grand nombre d’autres communes pourraient en effet en profiter.