Stratégie – Cambogia

Dans la région du Mékong, spécifiquement au Cambodge et au Laos, la Suisse participe à l’édification de sociétés inclusives grâce à un développement équitable et durable et à une gouvernance démocratique. Elle soutient les populations rurales avec des activités dans les domaines de la gouvernance locale et la participation citoyenne, l'agriculture et la sécurité alimentaire ainsi que la formation professionnelle et l’emploi.

Malgré la progression économique annuelle moyenne de 7 % depuis le début des années 2000 qui a permis au Cambodge et au Laos d’accomplir des progrès en matière de réduction de la pauvreté, les inégalités s’accroissent, en particulier pour une population rurale qui reste dépendante de la production agricole. . Avec la pandémie de Covid-19, une importante crise socio-économique aggrave les défis actuels, augmentant le nombre de personnes sous le seuil de pauvreté. Les groupes les plus vulnérables comme les femmes, les minorités ethniques et les habitants de régions reculées sont les plus affectés par le modèle économique basé sur une exploitation non durable de ressources naturelles (agro-business à large échelle, méga projets hydro-électriques). Ces pays, qui restent les plus pauvres d'Asie du Sud-Est, s’emploient à relever d'importants défis: stimuler le développement social et environnemental, diversifier l'économie et renforcer une croissance profitant à tous. Bien que l’accord instituant la Communauté Economique de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE) soit entré en vigueur en 2015, les écarts de développement entre les pays les plus développés et les plus pauvres restent importants et devront être réduits avant que l’ANASE ne puisse émerger en tant que zone économique homogène. 

La Suisse maintient depuis longtemps de bonnes relations avec les pays de la région. Conformément à sa stratégie de coopération régionale 2018–2021, elle continue à intervenir au Laos et au Cambodge, tout en adoptant une approche régionale visant à relever conjointement les défis communs en matière de développement avec l’appui d’institutions spécialisées actives dans la région. En 2016, la Suisse a obtenu le statut de Partenaire de Dialogue Sectoriel à l’ANASE, ce qui lui permet de se rapprocher de cette institution clef d’Asie du Sud-Est.

La Suisse encourage l'égalité entre hommes et femmes, la participation des groupes marginalisés et la non-discrimination dans ses programmes. L’adaptation aux changements climatiques, l'atténuation des effets des catastrophes et la réduction des risques en font aussi partie. Une approche intégrant une sensibilité aux conflits est essentielle, en particulier dans le contexte post-conflit du Cambodge. 

L’évaluation externe  du programme actuel 2018-2021 les résultats obtenus sont très bons, les projets de développement les plus importants atteignant pour la plupart les résultats escomptés et étant en mesure d'apporter de réels changements dans la vie et les moyens de subsistance des populations.  Cette évaluation confirme que la DDC est considérée comme un partenaire de développement apprécié par les gouvernements, la société civile et les autres partenaires de développement. Les points forts mentionnés sont le professionnalisme et l'expertise technique de la DDC et de ses partenaires, l'impartialité politique de la Suisse et son rôle d'intermédiaire honnête, sa flexibilité et sa capacité d'adaptation, ainsi que sa capacité à s'engager aux niveaux régional, national et infranational par le biais d'engagements à plus long terme. 

Le programme de coopération pour la région du Mékong 2018-2021 sera suivi par un programme de coopération pour 2022-2025 dont les domaines prioritaires envisagés sont: a) la croissance économique inclusive, b) la gestion durable des ressources naturelles, adaptation au changement climatique et réduction des risques de désastres et c) la bonne gouvernance et État de droit.

Des informations détaillées se trouvent sur la page anglaise.