Inauguration du marché international de Malanville

Actualités locales, 04.12.2017

La Coopération suisse accompagne le développement économique local dans le département de l'Alibori à travers le programme de développement des infrastructures économiques et marchandes (P-DIEM).

Benin_Marche international de Malanville
Le marché de Malanville entièrement construit en matériaux locaux grâce à l’appui de la Coopération suisse au Bénin © EDA Benin

L’inauguration du marché international de Malanville s’était déroulé le 1er décembre 2017 en présence d’une forte délégation gouvernementale et de la représentation nationale constituée du ministre de la décentralisation et de la gouvernance locale, Barnabé Dassigli, du  ministre de la santé, Alassane Séïdou, du directeur de cabinet du ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération, de l'honorable Nassirou Arifari Bako, assisté des préfets du Borgou Mama Djibril Cissé et celui de l’Alibori, Mohamadou Moussa, des maires des communes de l'Alibori dont celui de la commune de Malanville, Inoussa Dandakoe.

Le marché de Malanville, un trésor pour les populations et les acteurs politiques

Entièrement construit en matériaux locaux par le programme de développement des infrastructures économiques et marchandes (P-DIEM), ce marché de Malanville est considéré comme un trésor par les populations et les acteurs politiques. Il s’agit du 2ème plus grand marché du Bénin, situé sur une frontière et donc d’importance nationale et internationale. Le marché est le principal levier de structuration économique de Malanville et du département de l’Alibori. Ce marché international est également l’un des plus grands marchés céréaliers de la sous-région ouest-africaine. Les études ont montré que les transactions annuelles sur les produits vivriers sont estimées à plus de FCFA dix (10) milliards. Pourtant, cette opportunité endogène ne contribue pas suffisamment au développement local. Le dernier Plan de Développement Communal 2011-2015 a été exécuté d’un point de vue financier à moins de 50% essentiellement sur les ressources extérieures (Etat central et partenaires au développement). Une telle situation vient du fait que les conditions pour que le marché joue un rôle moteur dans le développement de la commune de Malanville n’étaient pas réunies. La Coopération suisse a soutenu la réhabilitation du marché pour offrir à la commune l’opportunité d’asseoir son développement local sur des recettes liées au marché renforcé. Un développement du potentiel économique qui devrait profiter aussi aux autres communes de l’Alibori et des localités transfrontalières, en particulier Gaya (au Niger), Lolo et Kamba (au Nigéria).

Le P-DIEM, un programme de Gouvernance qui soutient la Politique Nationale de Décentralisation, de Déconcentration et d’Aménagement du Territoire (PONADeC)

Le programme prévoit un aménagement équilibré et durable de l’espace national (ce qui correspond au Pilier 1 du Programme d’Actions du Gouvernement - PAG). En effet, l’investissement à Malanville permet d’assurer un équilibre dans la réponse à l’accès aux opportunités de développement pour les populations de cette partie du Bénin. En mettant les communes et intercommunalités au centre du dispositif de maîtrise d’ouvrage pour des infrastructures choisies par elles-mêmes et produisant des revenus pour les communes, le PDIEM s’inscrit entièrement dans l’agenda de décentralisation. C’est aussi un programme de Développement Economique Rural et agricole qui soutient le Plan Stratégique de Développement du Secteur Agricole (PSDSA), en réalisant des infrastructures marchandes permettant la dynamisation économique et la commercialisation optimisée des produits agricoles bruts et transformés du Bénin. Il correspond aux axes agricoles du PAG, en particulier son Pilier 2, soit la transformation structurelle de l’économie.

P-DIEM, un programme de Formation professionnelle

En effet, le P-DIEM a formé et équipé environ 700 artisan-e-s et 2’425 femmes à la construction d’infrastructures en matériaux locaux. 100 artisans se sont formalisés, des entreprises spécialisées en matériaux locaux se sont créées et ont eu accès à la construction d’autres marchés. Le P-DIEM permet en outre de concrétiser le décret 2005-482 du 04 Août 2005 qui demande que toute infrastructure publique intègre 25% d’utilisation de matériaux locaux. Les 6 infrastructures du PDIEM, entièrement réalisées en Briques de Terre Comprimée (BTC) en sont la preuve.

La 1ère phase du P-DIEM, programme répliqué de la Coopération Suisse au Burkina Faso, a débuté en octobre 2013 et se terminera en mars 2018. Il a permis de réaliser/rénover six infrastructures dans les deux départements de l’Alibori et du Borgou, soit : trois marchés à bétail à Gogounou, Kalalé et Tchaourou, deux magasins multifonctionnels au profit des femmes à Sinendé et Banikoara et une partie de ce marché international de Malanville. Les 6 infrastructures du P-DIEM ont été construites sous la maitrise d’ouvrage/responsabilité des communes via les intercommunalités. L’accompagnement a été fait par le consortium SNV-APIC-SWISSCONTACT, un mécanisme de backstopping assuré par 2 personnes suisse et Burkinabè, ainsi que la Coopération suisse au Bénin.