Pour un cinéma indépendant au Myanmar

Article, 04.08.2016

Le réalisateur Maung Okkar et la productrice May Zin Myo, tous deux birmans, participent pour la première fois à la section Open Doors du festival de Locarno soutenue par la DDC. Une aubaine pour rencontrer des professionnels internationaux du secteur et contribuer au développement du cinéma contemporain du Myanmar, en pleine transition démocratique.

Un jeune réalisateur birman derrière une caméra procède au tournage d’un film.
Le jeune réalisateur birman Okkar, 29 ans, tourne son premier long-métrage «Craving» qui lui a valu d’être retenu dans le cadre de la section Open Doors de Locarno. © Maung Okkar

Des courts métrages de fictions et des documentaires. Le jeune réalisateur birman Maung Okkar et sa compagne May Zin, productrice, fourmillent de projets pour faire renaître de ses cendres le cinéma indépendant birman mis à mal par des décennies de dictature. Les trentenaires ont déjà à leur actif de nombreuses œuvres cinématographiques. Cette année, leur premier long-métrage «Craving» a été sélectionné dans le cadre de la section Open Doors du festival international du film de Locarno, dont  la DDC est partenaire depuis ses débuts (voir encadré).

«La Birmanie a des tonnes d’histoires à raconter»

Dans la famille Maung, le cinéma se transmet de père en fils. Okkar n’a pas dérogé à la règle. Après avoir joué dans certains films de son père, il suit des études de cinéma à l’école de Rangoon (Yangon film school) puis passe de l’autre côté de la caméra et commence à réaliser ses propres films. 

«Je veux utiliser mes propres expériences dans mon travail. Après des décennies de dictature militaire, le peuple birman a des tonnes d’histoires jamais dévoilées enfouies dans les cœurs. Je voudrais faire remonter ces récits et les transformer en films d’art»,  explique Okkar. 

«C’est une opportunité incroyable d’être impliqué dans Open Doors. Cela me donne la chance de pouvoir rencontrer d’autres professionnels du monde entier. L’expérience que j’acquiers me servira à chaque étape de la réalisation de mes films. De l’écriture, la préproduction, le tournage aux opérations de postproduction.»

Préserver une tradition

Le Myanmar a une tradition cinématographique presque centenaire. Son histoire débute dans les années 30. Le cinéma y est alors florissant et sert à l’expression de nombreux courants de pensée et diverses sensibilités politiques, sociales ou culturelles. La junte militaire prend le pouvoir par un coup d’Etat en 1962 et instaurera une puissante censure. Depuis 2011, le pays connaît une lente transition démocratique.

«Les changements politiques malencontreux ont profondément affecté le cinéma birman. La situation actuelle est le moment opportun pour le faire revivre», souligne encore le jeune homme. 

«Au Myanmar, la production cinématographique ne reçoit pas de subventions du gouvernement ou des organisations locales. Les équipes travaillent dur. Nous avons des histoires fascinantes à raconter, des acteurs et des actrices talentueuses. Nos films possèdent un sens esthétique et un style propre. Mais le cinéma birman manque de professionnels. Pendant longtemps, le Myanmar n’avait pas d’école de cinéma, de société de location de matériel ou de production. L’obsession de la rentabilité freine aussi le développement d’un cinéma indépendant et de qualité. 

Par le passé, notre cinéma a connu un âge d’or. Comme jeune réalisateur, ma mission est de faire de mon mieux pour faire les meilleurs films possibles dans le futur.»

«Transmettre les goûts et la culture du Myanmar à l’international»

May Zin Myo dirige la société Pan Wai Wai qui produit notamment les films d’Okkar. Elle souhaite produire des films qui s’adressent à un public international, tout en transmettant les goûts et la culture du Myanmar. 

«C’est important pour moi de participer à la section Open Doors de Locarno. Cela me permet d’être connectée à un réseau international. Produire un film est loin d’être une entreprise facile! Au nom de la qualité, notre équipe doit disposer de professionnels pour chaque étape de la réalisation d’un film.» 

May Zin mesure l’importance du cinéma pour la société birmane. «Le cinéma reflète un pays, sa culture, ses traditions, sa politique. Si nous pouvons améliorer notre industrie cinématographique, nous pourrons contribuer au développement de l’ensemble de notre pays. Les films ne sont pas simplement un divertissement. Ils servent à l’éducation de la population. 

Comme jeune productrice, je trouverai tous les moyens possibles pour contribuer à la création cinématographique de mon pays», explique-t-elle.

Que peut le cinéma pour la liberté et la démocratie?

Le lancement d’initiatives culturelles dans des pays en développement contribue à promouvoir la démocratie sur place. La Suisse bénéficie d’une longue tradition en matière de soutien de ses pays partenaires à l’art et la culture. L’aide au développement d’un cinéma indépendant favorise la liberté d’expression et contribue au renforcement de la paix et du développement durable. 

En complément du partenariat avec Open Doors, le DFAE soutient, par le biais du programme culture de son ambassade à Yangon, la Yangon Film School. La Suisse aide l’école à développer son propre plan de financement. Des fonds ont également été attribués pour la restauration du plus ancien film birman dont il reste encore les pellicules  (Mya Ganaing/ The emerald jungle, 1934). Ce film sera présenté à Locarno.

Open Doors 2016 – 2018: Exploration de l’Asie du Sud

La section Open Doors du festival de Locarno soutient la visibilité des projets de films de réalisateurs des pays émergents et des pays qui manquent de structures d’aide à l’industrie du film. Open Doors crée des opportunités de rencontres avec des producteurs et d’autres partenaires de l’industrie du cinéma susceptibles d’apporter une aide décisive au développement de projets. Cette 14e édition se déroule du 4 au 9 août.

En 2016, des films de quatre pays - le Bangladesh, le Buthan, le Népal et la Birmanie - sont projetés pendant le festival. Le 7 août, le long-métrage birman «The Monk» est à l’honneur. La séance est suivie d’une table ronde sur le statut de la jeunesse au Myanmar et le rôle du cinéma dans le changement politique et social du pays. La projection et le débat sont réalisés dans le cadre de l’initiative Démocratie sans frontières du DFAE, lancée en 2014 par le conseiller fédéral Didier Burkhalter.

Un portrait de la jeune birmane May Zin Myo qui dirige une société de production de film à Yangon.
La jeune birmane May Zin Myo dirige une société de production de film à Yangon. © May Zin Myo

Projets actuels au Myanmar

Objet 1 – 12 de 34

Myanmar: garantir l’éducation des enfants au milieu des ouragans et des conflits

Une classe pose devant une école reconstruite.

01.12.2015 - 31.07.2018

Reconstruire des écoles détruites par un cyclone dans une région confrontée à des violences intercommunautaires. Tel était l’objectif d’un projet de la DDC et de l’Organisation international pour les migrations (OIM) dans l’Etat du Rakhine au Myanmar. Près de 600 élèves peuvent désormais suivre un enseignement sur des sites plus sûrs. L’expérience acquise servira d’enseignement pour la réhabilitation d’autres écoles du pays.

Pays/région Thème Période Budget
Myanmar
Education
Changement climatique & environnement
Equipements scolaires et formation
Réduction des risques de catastrophes

01.12.2015 - 31.07.2018


CHF 896'514



Projet planifié

Primary Health Care

01.01.2023 - 31.10.2024

After years of underinvestment in the social sectors and decades of civil war, access to basic services is low, in particular in the rural areas of the southeast of Myanmar. This project aims to improve people’s health through a primary health care approach in selected townships of the region, both in Government and Ethnic Armed Group controlled areas, strengthening basic services, empowering communities and supporting convergence of health systems.


Strengthening democratic local governance

01.01.2021 - 30.06.2026

The project aims at supporting the democratic transition and the peace efforts in Myanmar. Using a decentralized budget support approach to all townships of one state in the Southeast of the country, it will strengthen township’s participatory planning and budgeting capacity. The project will also deepen the community’s capacity to demand public services. Additionally it will support national level policy discussions based on this experience.


Joint Peace Fund

01.01.2021 - 31.12.2027

After 60 years of conflict, the government and 8 Ethnic Armed Groups have signed a National Ceasefire Agreement (NCA) in October 2015, opening up a unique opportunity to find lasting peace. The Joint Peace Fund is a multi-donor fund set up to channel coordinated international support for such efforts, including the implementation of the NCA and following political dialogue of the peace process, a requirement for development especially in border areas.


Skills for Local Economic Development SLED

01.07.2020 - 31.12.2030

Switzerland will explore opportunities for supporting local economic development through vocational skills development in predominantly rural areas in Southern Shan. A focus on market-oriented skills opportunities accessible to young women and men, especially from vulnerable groups will be identified that open life-long learning opportunities to improve livelihood options and support peace building and security in conflict-affected areas.


Livelihoods and Food Security Fund - LIFT

01.07.2019 - 30.06.2024

The Livelihoods and Food Security Fund (LIFT) is a multi-donor fund, coordinating and contributing aid to rural development in Myanmar. Within its strategy period 2019-2023 LIFT will benefit 3.7 million additionl people with a strong focus on leaving no one behind, while working on more inclusive government policies and supporting the private sector. As chair for the LIFT Fund Board in the coming 12 months, Switzerland will ensure LIFT’s conflict-sensitivity and benefit from additional access to key decision makers.


Strengthening Civil Society in Myanmar (Paung Ku)

01.07.2019 - 30.06.2023

By supporting Paung Ku, SDC contributes to more participation of vulnerable communities and women in decision-making processes and equitable access to public services. Paung Ku is a local non-governmental organization, unique in the reach of its network in Myanmar’s civil society that advocates for the rights of ethnic and marginalized people and strengthens civil society to drive positive social change towards a development that is pro-poor and environmentally sustainable. 


Choosing coffee over poppy - a public-private partnership (Myanmar)

01.06.2019 - 31.05.2023

In Southern Shan State infrastructure, access to basic services and income opportunities are scarce. Poverty and malnutrition are omnipresent and out-migration is high. Building on a private-public partnership with Malongo, a French coffee company and Walter Matter SA, a Swiss logistics firm, SDC supports the Green Gold coffee cooperative and its 900 members to become a sustainable and business-oriented organisation.


International Humanitarian Law, Security Sector Governance and Leadership in Transition

15.03.2019 - 31.12.2019

The project aims to increase the capacities of middle-ranked officers of the Myanmar Defence Forces to (1) drive forward reforms which improve the adherence of the Myanmar Defence Forces to Human Rights and International Humanitarian Law, (2) to improve protection of civilians in armed conflict and (3) to support reforms towards democratic control of armed forces.


Festival del Film Locarno 2019-2021

01.01.2019 - 31.12.2021

The promotion of cultural diversity is anchored in the Swiss Constitution as part of sustainable development. Switzerland’s support of artists from Africa, Latin America, Asia and Eastern Europe is contributing to diversity in the analysis of social issues ensuring fundamental values in a democratic system. SDC’s partnership with the Locarno Festival supports independent filmmaking through the special Section Open Doors. Participants from Southeast Asia gain visibility, networks, knowledge, and opportunities for film production.



Access to Health Fund (ACCESS)

01.01.2019 - 31.12.2023

The Access to Health Fund (previously 3MDG), is strongly committed to deliver health services in conflict-affected areas to populations beyond the reach of government. By supporting State and Ethnic Health Organizations, the fund contributes to trust, fosters coordination, and mitigates causes of conflict. The Swiss contribution represents a continuation of support to Myanmar's health actors towards achieving universal health coverage.

Objet 1 – 12 de 34