Climat

La Suisse compte quatre saisons bien marquées. Par ailleurs, les conditions climatiques varient fortement d’une région à l’autre, principalement en raison de la topographie et des différences d’altitude.

Les berges de l'Aar en automne, près de Gösgen
Les berges de l'Aar en automne, Gösgen, canton de Soleure. © astrogator / flickr.com

De par sa situation centrale au cœur de l’Europe, la Suisse est au croisement de plusieurs grandes zones climatiques. La proximité de l’océan Atlantique – dont la masse d’air humide est dirigée vers les Alpes – influence fortement le climat suisse. Ce courant d’ouest a pour effet de tempérer les hivers comme les étés. Par ailleurs, il apporte toute l’année des précipitations.

En raison de sa topographie et des fortes variations d’altitude, la Suisse compte un grand nombre de microclimats. Selon l’emplacement ou la période de l’année, il est possible d’expérimenter des conditions apparentées tantôt à la Sibérie, tantôt aux bords de la Méditerranée.

Températures

Les températures varient fortement en fonction de l’altitude. Les valeurs moyennes sur le Plateau se situent autour de 1 °C en janvier et de 17 °C en juillet.  Au Tessin, les températures sont généralement supérieures de 2 à 3 °C à celles du Plateau. A 1500 m d’altitude, les valeurs moyennes sont de -5 °C en janvier et 11 °C en juillet.  A cette altitude, les précipitations hivernales tombent essentiellement sous forme de neige. Les chutes de neige jusqu’en plaine sont rares dans les régions les plus basses de Suisse romande (région de Genève), au nord de la Suisse (région de Bâle) et dans l’extrême sud du Tessin.

Climat alpin

La chaîne des Alpes agit comme une barrière climatique majeure entre le nord et le sud de la Suisse. Elle abrite aussi une multitude de microclimats complexes, en particulier dans les vallées grisonnes et valaisannes, dont l’une des particularités est la sécheresse. Le foehn est une autre particularité du climat suisse. De l’automne au printemps, ce vent perpendiculaire aux Alpes produit des conditions très marquées de sécheresse et de douceur.

Réchauffement

Depuis le début des années 1990, les températures annuelles mesurées en Suisse sont supérieures à la moyenne: 8 des 10 années les plus chaudes enregistrées depuis 1864 sont postérieures à l’an 2000, l’année la plus chaude étant 2015.
La Suisse apporte sa contribution à l’objectif international consistant à limiter le réchauffement climatique. La loi sur le CO2 vise une réduction des émissions de gaz à effet de serre en Suisse d’au moins 20% en 2020, par rapport au niveau de 1990.