Vue d'ensemble

Vers 100’000 avant J.-C.
Premières traces d’Homo erectus sur le territoire que recouvre la Suisse actuelle.

Vers 4300 avant J.-C.
Premiers peuplements autour des lacs de la Suisse actuelle.

Entre 200 et 100 avant J.-C.
Les Helvètes s’installent sur le territoire de la Suisse actuelle.

58 avant J.-C.
Défaite des Helvètes à Bibracte, début de la domination romaine.

Premier siècle avant J.-C.
Les territoires peuplés par les Celtes, dont les Helvètes, deviennent progressivement des provinces de l’Empire romain.

Du IVe au VIIe siècle après J.-C.
Christianisation des futurs territoires suisses

Ve-VIe siècles
Dans le sillage des invasions barbares, les Alamans et les Burgondes peuplent le Plateau suisse. Une frontière entre langues germaniques et romanes se dessine peu à peu.

Du VIe au IXe siècle
Le territoire de la Suisse actuelle est sous domination franque.

Xe siècle
Après la chute de l’empire franc, les futurs territoires suisses sont rattachés au Saint Empire romain-germanique, dont les empereurs sont de langue germanique.

1291
Renouvellement d’une alliance de paix entre les communautés d’Uri, de Schwyz et d’Unterwald, dont le texte constituera le document fondateur de la Confédération suisse à la fin du XIXe siècle.

1351/53
Alliance des cantons forestiers de Suisse centrale avec les villes impériales de Zurich et de Berne, puis formation progressive d’une «Confédération des VIII cantons» (Zurich, Berne, Lucerne, Uri, Schwyz, Unterwald, Zoug, Glaris).

1386
Victoire des Confédérés sur les Habsbourg à Sempach.

1415
Conquête de l’Argovie, fief des Habsbourg, instauration des bailliages communs.

1440-1450
L’Ancienne Guerre de Zurich oppose Zurich aux sept autres cantons.

1460
Fondation de l'Université de Bâle

1481
Après la fin des guerres de Bourgogne, qui se soldent par la défaite du duc Charles le Téméraire, Soleure et Fribourg entrent dans la Confédération.

1499
Guerre de Souabe et Paix de Bâle

1501
Bâle et Schaffouse entrent dans la Confédération.

1513
Appenzell entre dans celle qui sera jusqu’en 1798 la Confédération des XIII cantons. Celle-ci est entourée de «pays alliés» et ses députés se réunissent régulièrement lors des diètes fédérales.

1515-16
La défaite des Confédérés à Marignan et le traité de «paix perpétuelle» signé avec la France mettent fin à l’expansion suisse vers le sud (baillage commun au Tessin, la Valteline passe sous domination grisonne). Désormais, les cantons confédérés n’interviendront plus dans les conflits européens et se contenteront de fournir d’importants contingents de mercenaires aux belligérants.

1522
Début de la Réforme à Zurich avec Ulrich Zwingli. Berne, Saint-Gall, Bâle et Schaffhouse suivront rapidement.

1529-31
Guerres de Kappel entre catholiques et protestants. Mort de Zwingli.

1536
Berne, aidée de Fribourg, conquiert le Pays de Vaud sous domination savoyarde.

A partir de 1536
Jean Calvin introduit la Réforme à Genève.

1587
Alliance des cantons catholiques avec l’Espagne. Jusqu’au XVIIIe siècle, les cantons suisses concluront de nombreuses autres alliances particulières, notamment protestantes, avec des puissances étrangères. Seule l’alliance conclue au XVIIe siècle avec la France inclut tous les cantons et «pays alliés».

1602
Echec de la tentative des Savoyards de reconquérir Genève (bataille de l’Escalade).

1648
Dans le sillage de la Paix de Westphalie, la souveraineté de la Confédération est progressivement reconnue par les autres Etats. Celle-ci se conçoit de plus en plus comme une entité neutre et se déclare comme telle.

XVIIIe siècle
Outre les produits agricoles et les mercenaires, la Suisse exporte de plus en plus de marchandises fabriquées par une main-d’œuvre rurale travaillant à domicile selon un système de division des tâches (horlogerie, textile).

1798
Révolutions dans les pays sujets, surtout le Pays de Vaud. Entrée des troupes françaises en Suisse. Fin de l’ancienne Confédération des XIII cantons et fondation de la République helvétique, Etat national unitaire centralisé reposant sur les principes de la démocratie représentative et de l'égalité des droits. Les relations de sujétion sont abolies.

1799
La Suisse est le théâtre des affrontements opposant la coalition des monarchies européennes à la République française.

1803
Après les guerres civiles entre les fédéralistes conservateurs et les partisans de la République helvétique, l’Acte de médiation de Napoléon rétablit l’autonomie des cantons et en crée six nouveaux, dans les frontières de la Suisse actuelle: Saint-Gall, les Grisons, l’Argovie, la Thurgovie, le Tessin et Vaud.

1815
Le Congrès de Vienne attribue à la Suisse trois nouveaux cantons: le Valais, Neuchâtel et Genève. Il étend par ailleurs le canton de Berne aux territoires francophones de l’ancien évêché de Bâle, dans le Jura. En outre, les grandes puissances reconnaissent les frontières intérieures et extérieures de la Suisse et sa neutralité «perpétuelle».

1830
Régénération. De nouvelles constitutions libérales sont adoptées dans les cantons, surtout sur le Plateau, déjà industrialisé.

1847
Première liaison ferroviaire mise en service entre Zurich-et Baden («train des petits pains espagnols»). Début de la construction du chemin de fer en Suisse.

Après des années de conflits de politique intérieure, la majorité libérale de la Diète, sous la direction du général Guillaume-Henri Dufour, s’impose dans la guerre du Sonderbund, contre les catholiques conservateurs défenseurs de la souveraineté des cantons.

1848
Adoption de la Constitution fédérale, acte de naissance de l'Etat suisse tel que nous le connaissons. Berne devient la capitale du pays.

1851
Introduction du franc suisse. Unification de la monnaie, des poids et des mesures.

1863
Fondation de la Croix-Rouge.

1874
Le peuple accepte la Constitution fédérale révisée, qui introduit entre autres le droit de référendum.

1877
La loi fédérale sur les fabriques pose la première pierre de la protection ouvrière.

1882
Inauguration du tunnel ferroviaire du Saint-Gothard.

1891
Introduction de l’initiative populaire. En plus des six conseillers fédéraux libéraux, un catholique conservateur entre pour la première fois au gouvernement.

1902
Fondation des Chemins de fer fédéraux suisses, issus de la fusion de réseaux ferroviaires privés.

1914
Première Guerre mondiale. L'armée, dirigée par le général Wille, est mobilisée.

1918
Grève générale. Introduction du système proportionnel dans les élections au Conseil national. Fin de l’hégémonie libérale au Parlement.

1920
Entrée de la Suisse à la Société des Nations, sise à Genève.

1929
Suite à la crise économique mondiale, le fascisme et le communisme attirent les foules, mais la démocratie parlementaire réussit à se maintenir, notamment en 1935 contre l’initiative pour une révision totale de la Constitution par le Conseil des Etats. Le PS entre au gouvernement (premier conseiller fédéral socialiste en 1943).

1939
Seconde Guerre mondiale. Mobilisation générale sous le général Henri Guisan, qui applique à partir de 1940 la stratégie du réduit national (repli dans les fortifications des Alpes). A partir de juin 1940, la Suisse est quasiment encerclée par les forces de l’Axe (Allemagne et Italie). En novembre 1942, l’étau se referme sur elle, mais elle n’est pas attaquée. Durant les années de guerre, elle sera largement épargnée par les affrontements.

1948
Création de l'Assurance-vieillesse et survivants (AVS)

1959
Première répartition des sièges du Conseil fédéral selon la «formule magique» (le PLR, le PDC et le PS occupent deux sièges chacun, l’UDC a droit à un siège).

1960
La Suisse est l’un des membres fondateurs de l’Association européenne de libre-échange (AELE).

1963
La Suisse devient le 17e membre du Conseil de l’Europe.

1971
Droit de vote des femmes au niveau fédéral.

1972
Conclusion d’un accord de libre-échange avec la Communauté européenne (CE).

1975
Participation à la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE), ancêtre de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

1978
Création du canton du Jura, né du mariage de trois districts francophones et catholiques du canton de Berne.

1985
Le peuple adopte du bout des lèvres la révision du droit matrimonial, conçu sur une base de partenariat.

1992
Le peuple refuse l’adhésion à l’Espace économique européen (EEE, entre AELE et UE).

1999
Acceptation de la Constitution fédérale révisée

2000
Le peuple accepte les Accords bilatéraux I entre la Suisse et l’Union européenne.

2002
Adhésion de la Suisse à l'ONU

2003
Fin de la «formule magique». Le PDC perd un siège au Conseil fédéral au profit de l’UDC, qui doit à son tour le céder en 2007 au PBD nouvellement créé.

2005
Signature des Accords de Schengen et Dublin avec l’Union européenne (Accords bilatéraux II).

2008
Dans le contexte de la crise bancaire internationale, la place financière subit une pression constante des milieux économiques et politiques (sauvetage de l’UBS par l’Etat, abrogation du secret bancaire, accords fiscaux, dépôt de plaintes pour soustraction d’impôt) et réagit en 2012 par une stratégie de l’argent propre.