La Suisse pendant la guerre froide (1945–1989)

Photo originale du pavillon en forme de hérisson «La Suisse vigilante», Expo 64 à Lausanne
Pavillon en forme de hérisson «La Suisse vigilante», Expo 64, Lausanne. © keystone

En politique intérieure, les années d’après-guerre voient s’établir un gouvernement de concordance associant désormais le parti socialiste. A partir de 1959, les quatre plus grands partis se partagent sept sièges au gouvernement selon une clé de répartition fixe (la « formule magique ») appelée à s’inscrire dans la durée.

Durant la période d’après-guerre, la Suisse connaît une haute conjoncture économique. Sa force, qui résidait traditionnellement dans le secteur industriel, se déplace durant le dernier quart du XXe siècle vers une économie nationale, dont le secteur des services occupe trois quarts de la population active. Au fil de cette évolution, le niveau de vie augmente considérablement. Les conditions de travail et la sécurité sociale ne cessent de s’améliorer et l’offre de marchandises devient de plus en plus diversifiée.

Dotée d’une petite économie nationale ouverte, la Suisse était – et reste toujours – tributaire d’un accès aux marchés étrangers. Bien qu’elle partage les valeurs économiques, politiques et culturelles de l’Occident, elle pratiquera durant toute la période de la guerre froide une politique de neutralité stricte entre les deux blocs.

La Suisse pendant la guerre froide (1945–1989) (PDF, 236.9 kB, Français)