Un ouvrage au service de l’Europe – L’ouverture en 2016 du tunnel de base du Saint-Gothard

Le tunnel ferroviaire le plus long du monde (57,1km) a été inauguré officiellement le 1er juin 2016. Partie intégrante du projet de Nouvelle ligne ferroviaire à travers les Alpes (NLFA), le tunnel de base du Saint-Gothard est la pièce maîtresse du corridor européen Rhin-Alpes pour le trafic des marchandises. Ce chantier du siècle est à la fois une immense contribution de la Suisse aux infrastructures européennes de transport et le symbole des valeurs helvétiques de l’innovation, de la précision et de la fiabilité. Sa mise en service par les Chemins de fer fédéraux (CFF) a débuté le 11 décembre 2016.

Portail nord Erstfeld © AlpTransit Gotthard AG

Le corridor Rhin-Alpes

Le corridor ferroviaire entre Rotterdam/Anvers et Gênes est en Europe l’axe qui voit passer le plus de marchandises. Remontant le Rhin à travers le cœur industriel de l’Europe, il relie des régions en plein essor économique telles que Rotterdam, Amsterdam, Anvers, Cologne, Francfort-sur-le-Main, Bâle, Zurich, Milan et Gênes. Selon les prévisions, les volumes affrétés sur cette ligne devraient encore croître. L’aménagement du corridor Rhin-Alpes étant prioritaire aux yeux de l’UE, celle-ci y investira près de 25 milliards d’euros au cours des prochaines années. Le corridor relève de la politique européenne de développement du réseau transeuropéen de transport (RTE-T), au sein duquel il joue un rôle de précurseur.

Le peuple suisse favorable à une politique des transports durable

Depuis les années 1980, la Suisse fait le pari d’une politique des transports durable, dont la priorité est le transfert du trafic transalpin de marchandises de la route vers le rail. Le peuple suisse a confirmé cette politique à plusieurs reprises. Il a ainsi approuvé à une large majorité le concept de la NLFA le 27 septembre 1992 et son modèle de financement le 29 novembre 1998 (par 64% des voix à chacune de ces deux votations). Ce projet d’envergure trouve donc sa légitimité dans la procédure de démocratie directe. 

La NLFA, le projet du siècle

La NLFA est le plus grand projet de construction jamais entrepris par la Suisse. Elle comprend trois nouveaux tunnels de base (Loetschberg, 34,6km; Saint-Gothard, 57,1km; Ceneri, 15,4km) et l’aménagement des tronçons d’accès. Le tunnel de base du Loetschberg est en service depuis 2007 et celui du Ceneri devrait être inauguré en 2020. La Suisse investit quelque 23,5 milliards de francs (21,5 milliards d’euros) dans la construction de la NLFA, ce qui correspond à près de 3,5% de son produit intérieur brut (PIB).

Une fois le chantier du Ceneri achevé et les tronçons d’accès aménagés, les trains pourront traverser les Alpes sans déclivité ou presque. Le temps de trajet entre Zurich et Lugano sera réduit d’environ 45 minutes pour le transport de voyageurs et un nombre plus important de trains de marchandises pourront traverser les Alpes plus rapidement, avec un nombre réduit de locomotives. Le trafic ferroviaire gagnant en efficacité et en fiabilité, le rail devient plus compétitif et le marché intérieur européen s’en trouve renforcé. Rendement économique et protection des Alpes vont de pair.

Le tunnel de base du Saint-Gothard, l’ouvrage de tous les superlatifs

Les premières esquisses d’un tunnel de base entre Amsteg et Bodio furent dessinées dès 1947. Près de 70 ans plus tard et après 17 ans de construction, le tunnel de base du Saint-Gothard et ses 57,1km détrônent le tunnel du Seikan au Japon qui, avec 53,9km, était jusque-là le tunnel ferroviaire le plus long du monde. Le tunnel de base du Saint-Gothard, qui a coûté environ 12,5 milliards de francs (11,5 milliards d’euros), relie Bodio (canton du Tessin) et Erstfeld (canton d’Uri). La première jonction souterraine a eu lieu en octobre 2010.

Le tracé par le tunnel de base du Saint-Gothard est réduit d’une trentaine de kilomètres par rapport à l’actuel tracé par la montagne. Le nouvel ouvrage permet d’accroître les capacités de transport: jusqu’à 260 trains de marchandises et 65 trains de voyageurs pourront circuler chaque jour, alors que la limite était de 180 trains de marchandises pour le tunnel historique, qui suit la ligne de faîte. Les trains de voyageurs rouleront à une vitesse de 200km/h et pourront même atteindre 250km/h.

La Suisse investit pour l’Europe

Grâce à des temps de trajet réduits, la distance entre les différentes régions de Suisse, mais également d’Allemagne et d’Italie, diminue. Rien que dans la partie située entre le sud de l’Allemagne et le nord de l’Italie, plus de 20 millions de personnes pourront profiter du tunnel de base du Saint-Gothard. Par cet ouvrage, la Suisse apporte une contribution considérable à la politique européenne des transports et œuvre pour un rapprochement au sein de l’Europe.

Financé par la Suisse, le tunnel de base du Saint-Gothard est tout autant le fruit d’une idée qui a germé en Suisse que le résultat d’une étroite coopération internationale. Des entreprises et des travailleurs issus d’une quinzaine de pays ont participé au chantier: les tunneliers sont de fabrication allemande, l’entreprise spécialisée dans la construction de puits vient d’Afrique du Sud et bon nombre d’ingénieurs et de mineurs sont originaires d’Italie, d’Autriche et des Balkans.